AccueilS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» La famille d'Evangeline de Wiraa (en cours)
Dim 12 Nov - 22:03 par Evangeline M. de Wiraa

» Des news d'YS
Jeu 9 Nov - 20:06 par Invité

» Recensement des Avatars
Mer 8 Nov - 14:53 par Evangeline M. de Wiraa

» Gwendal [en cours]
Mer 8 Nov - 10:34 par Bara van Saquelle

» Des news de Feeling Online
Mar 7 Nov - 15:18 par Invité

» Nouvelles de SexPistols Academy
Mar 31 Oct - 10:53 par Invité

» Yasashi Koji, l'île aux milles secrets : les news !
Sam 28 Oct - 14:31 par Invité

» Fermeture Dear Hybride
Lun 23 Oct - 6:56 par Bara van Saquelle

» [TERMINE] Une rencontre sous le signe de la chance. [PV Ewilan.]
Ven 29 Sep - 17:25 par Daniel Helsing


Partagez | 
 

 Du rhum, des femmes et d'la bière, nom de Dieu! [Marlène]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amayas Sorhan

avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Points Rp:
684/10000  (684/10000)
Point TPS: 15

MessageSujet: Du rhum, des femmes et d'la bière, nom de Dieu! [Marlène]   Jeu 20 Aoû - 13:58

La fête battait son plein dans ce bouge minable qui devait pourtant être le plus classieux de toute la basse ville. Une taverne qui se voulait de renom et tentait de l'afficher par une décoration à la richesse des plus ostentatoires. Des tables gravées s'enfonçaient dans des alcôves pouvant être séparées de la pièce principale par de larges toiles peintes largement élimées, on vous y sera servi volontiers une boisson goûtant un peu trop fort l'alcool pour pouvoir déceler les autres arrières goûts moins savoureux. Et à y regarder de plus prêt, les ornements se voulant d'or et d'argent laissaient voir l'écaillement de fatigue de la peinture sur l'acier forgé. En bref, le « Prince d'en Bas » portait bien son nom. Il n'était qu'un clochard habillé d'un pourpoint de bon facture, trouvé dans les poubelles.
Mais tout ceci n'allait certainement pas empêcher Amayas et son équipage d'y faire la fête ! Des endroits minables, ils avaient côtoyés, et des biens pires. Pourtant, les rires, jurons et chants s'élevaient toujours avec autant d'entrain. Sans oublier que l'occasion était des plus bonnes en cette soirée déjà bien arrosée. Ils fêtaient là un abordage bien plus payant qu'ils ne l'avaient escompté. Après des mois à tourner en rond, il leur devait bien ça. Du coup, ils avaient « réservé » les lieux. Ce qui voulait principalement dire que tout client ne faisant pas partie de ses hommes avaient dû décamper rapidement si il tenait à passer le reste de sa nuit hors du caniveau. Ou du moins plus par ivresse que en pissant le sang. Le patron avait bien quelques réticences à les servir, notamment pour le quart de furry et même d'hybrides composaient son équipage, mais il était difficile de refuser quelques choses à Amayas. Sa réputation arrivait encore à ouvrir des portes, de quoi le mettre d'encore plus bonne humeur. Car il fallait bien l'avouer, les temps étaient des plus durs pour lui. Installé plus sagement que la plupart de ses hommes à la table principale, entouré de ses seconds les plus fidèles. Il buvait avec entrain, tout ceci lui donnant l'impression d'avoir remonter le temps, à une époque ou rien ne pouvait l'arrêter.
Le rhum lui montait à la tête, après le tonneau de la réserve la plus secrète du patron qu'il avait dû vider à lui seul. Il faut dire qu'il savait tenir le bougre. Il en oublia son habituellement air bougon, l’œil moins vif mais pétillant, il en oublia sa retenue de capitaine et se lança lui-même dans quelques chants de marins des plus paillards. Il jouait nonchalamment du poignard sur le table, y grattant peu à peu un trou de la pointe effilé de la lame, sous le regard noir du patron. Mais il en fallait dans le pantalon pour osé réprimander un capitaine pirate, encore plus quand il s'agissait du Furieux. Surtout que Amayas s'affichait sans vergogne en ce soir de beuverie. Sa chemise de lin ayant servit à éponger une large rasade de rhum qu'il avait par mégarde laissé couler sur le parquet qui en avait sûrement déjà vu d'autre. Mais en voyant arriver au pas de course une serveuse sur les ordres secs de son employeur pour nettoyer cela, il l'avait arrêté en grand seigneur et sous l'amusement de son équipage, avait nettoyé lui-même avec son vêtement la flaque d'alcool. Un bon moyen de se faire mousser par la même occasion en montrer son corps musculeux, brûlé par le soleil et une vie sur un pont de navire, barrés de cicatrices. Il n'en avait pas moins laissé la donzelle repartir avec la chemise dégoulinante entre les mains pour aller l’essorer à l'extérieur. Son côté gentleman s'arrêtant là. Il n'était pas du genre à se plier en quatre pour bien paraître, et respecter le savoir vivre envers la gente féminine. Il y avait des femmes dans son équipage, des dures à cuire tout aussi redoutables que les hommes. Il ne les ménageait pas pour autant qu'elles avaient une paire de nibards et rien qui pendouille dans le froc. Il n'empêchait pas non plus ses hommes d'aller fourrager le giron des quelques servantes de l'établissement qui avaient le déplaisir d'être de service ce soir. Certaines finissaient sur leurs genoux avec plaisir, d'autres en affichant plus du dégoûts. Mais lui-même s'en moquait. Ils étaient des pirates. Pas des lords. Et d'ailleurs, en cette soirée ou il sentait revenir à la charge des réminiscences de sa jeunesse, quand lui-même n'était alors qu'un membres d'équipage parmi tant d'autres, il se sentait aussi l'envie de profiter de la soirée avec une compagnie plus charmante que des soiffards déjà à moitié bourrés. Et alors qu'on lui apportait une nouvelle chope de rhum, sa large main vient saisir la taille de la pauvre servante pour l'attirer sans laisser place aux protestations sur ses genoux sous les rires et les sifflets de ses hommes, heureux et amusés à leur tour de voir ainsi leur capitaine se lâcher.

« - Hop là ! Fait donc une pause ma belle, et fête avec nous le retour aux affaires d'Amayas le Furieux ! »

S'en suivi un grand cri de joie de ses hommes, ou du moins ceux encore en état de le faire, et de son sourire satisfait.
Revenir en haut Aller en bas
Nilian Ferkies

avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Points Rp:
1912/10000  (1912/10000)
Point TPS: 83

MessageSujet: Re: Du rhum, des femmes et d'la bière, nom de Dieu! [Marlène]   Ven 21 Aoû - 12:00











Du rhum, des femmes et d'la bière, nom de dieu !



GRANDE SOIREE AU PRINCE D'EN BAS  ! NOUS AVONS BESOIN DE SERVEUSES ! ELLES SERONT BIEN PAYE !
VENEZ NOUS AVONS BESOIN DE BRAS !


Sur cette affiche, on voyait un couple qui danse ensemble en souriant. Je m'étais mis en tête que ça allait être une superbe soirée dansante… Alors j'avais répondu présente sans réfléchir vraiment, sans regarder plus loin, pour moi ça me suffisait. Je voulais juste changer d'être un peu d'air, troquer une soirée de couture silencieuse contre une soirée de serveuse dansante.

Mais lorsque mon regard s'est posé sur les lieux, j'ai tout de suite regretté d'avoir dit mais je ne pouvais pas faire marche arrière et puis cette tenue de serveuse hideuse qu'on m'a tendu… Une robe à corset marron et blanche, dévoilant ma poitrine à qui veut la voir, je tente de temps en temps de la cacher avec mes longs cheveux roux que j'ai attaché en queue de cheval, je n'ai jamais été aussi heureuse que les avoir long, les manches légèrement bouffante court rendait la robe plus hideuse encore.

Maintenant que je suis prête, j'attends sagement les clients. Toutes en rang, les serveuses, aussi bien présente ici depuis des années que nouvelles comme moi, écoutent le patron dire qu'on ne doit accepter personne d'autre que les clients qui ont réservé.

Et voilà les clients… Je passe ma nuit à faire des aller-retour entre les tables gardant le sourire, apportant des choppent d'alcool aux pirates qui sont venus ici. C'est donc ça la grande soirée… Servir des pirates d'alcool et de… Sexe… Je regarde les serveuses assise sur les genoux des pirates, certaines prennent plaisir tandis que d'autres… Je pose des choppes sur mon plateau avant de me diriger vers une table où est assis un homme grand… Dès que je croise son regard, je baisse immédiatement le mien. Je pose les choppes sur la table avant de retourner au comptoir quand j'attends la voix du patron me hurler d'aller ramasser l'alcool tombé au pied… Du grand au regard…

° Sublime… °

Je secoue rapidement la tête pour reprendre mes esprits avant de me précipiter vers la table en question avec un chiffon. C'est alors que je le vois retirer sa chemise et éponger la flaque. J'ai des frissons en voyant son corps couvert de cicatrices… Je tends les mains en avant pour récupérer la chemise de lin avant de m'incliner légèrement vers lui et de le remercier. Je m'aventure à la regarder une dernière fois dans les yeux avant de faire demi-tour et de sortir à l'extérieur essoré la chemise. Je la regarde un moment face à moi… Elle est tellement grande qu'elle pourrait me servir de drap, je la plie comme je peux avant d'entrer et de passer derrière le comptoir pour aller la ranger dans min sac. Lorsque je rentrerais, je la laverais et le rechercherais en espérant pouvoir le retrouver et la lui rendre en main propre. Je sors immédiatement pour aller chercher le torchon que j'avais laissé par mégarde sur la table, si le patron s'en aperçoit, je vais me faire taper sur les doigts.

Je repasse rapidement dans la salle en me dirigeant rapidement vers la table du grand au regard clair en prenant au passage deux choppes destiné à la même table. Je m'attarde un peu plus sur lui. Je n'aimerais pas me frotter à lui. Alors que je pose les choppes et  que je me saisis du torchon, la grande main du pirate se pose sur ma taille. Sans même avoir le temps de réfléchir, je me retrouve assise sur ses genoux. Je regarde tout autour de moi en entendant les cris et les sifflements. Par instinct, j'attrape ma queue de cheval que je sépare en deux parties et pose sur ma poitrine bien trop voyante à cause de ce bustier de malheur. Je tente de le repousser en faire pression sur ses épaules et m'éloignant de lui, bien que je dois avouer et ne pas me mentir, que j'ai une certaine attirance physique envers lui. Mais physique uniquement.

Je me tourne vers lui alors qu'il me parle. Il empeste l'alcool, ce qui n'est pas réellement étonnant puisqu'il n'a pas arrêté d'en boire toute la soirée. Amayas le Furieux… Je connais les diverses rumeurs sur lui et son équipage… Je retire mes mains pour les ramener contre mes cuisses et regarde le patron qui ne semble pas vraiment protester. Je souris en coin avant de passer mon bras autour du cou d'Amayas. Je croise mes jambes passant la gauche sur la droite.

- Si c'est si gentiment proposé, dis-je en me saisissant d'une choppe que j'avais amené sur la table en la brandissant en l'air à la manière que mon père pirate m'avait appris, à Amayas le Furieux ! m'écrié-je en amenant la chope à mes lèvres toujours à la manière que m'a appris mon père.

Je la repose sur la table… Après avoir bu la moitié… Je ne suis pas porté vraiment sur l'alcool mais je fais en réalité cela parce que je n'aime pas vraiment le patron et que j'ai envie de l'emmerder royalement. Mais après mûre réflexion, je me demande ce que je suis entrain de faire, ça ne me ressemble pas vraiment… Mais qu'importe, je ne peux pas faire demi-tour maintenant, je me suis lancée, je suis lancée. Je ne peux plus faire machine arrière à présent. Alors autant profiter de la soirée sous les regards noirs du patron qui me fait beaucoup rire.

_________________
Nilian bavarde avec vous en #3333ff mais pense en #9ED1FE.


Dernière édition par Marlène Elohia le Jeu 27 Aoû - 19:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amayas Sorhan

avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Points Rp:
684/10000  (684/10000)
Point TPS: 15

MessageSujet: Re: Du rhum, des femmes et d'la bière, nom de Dieu! [Marlène]   Ven 21 Aoû - 18:27

La nuit était tombée depuis plusieurs heures déjà, mais les festivités ne faisaient pourtant bien que commencer au « Prince d'en Bas ». Dans un coin dégagé de la salle, une poignée d'hommes de son équipage se sont installé sur des chaises et se saisissent de plusieurs instruments. Ils ont l'air patibulaire, barrés de cicatrices, mais pourtant sous leurs doigts, les notes coulent avec dextérité et ensemble, commence à jouer un air jovial et entraînant, avec autant de maîtrise qu'une barde de métier.
Les hommes dégagent les tables du centre, sans même chercher l'autorisation du patron fulminant dans son coin, et les plus jeunes d'entre eux alors, affublés de leurs sourires le plus enjôleurs attirent une à une les servantes au centre pour se lancer dans une gigue endiablée, sous les applaudissements et les rires des anciens. La blanche cuisse commençant à manquer pour eux, ils ne s'étaient pas fait prié pour siffler depuis l'entrée une poignée de prostituées qu'ils avaient invités à venir se joindre à la fête. Une sorte d'accord discret qui permettait aux servantes de se délester des pirates un peu trop collant et dont elle ne voulait pas, pour les remettre entre les mains de « professionnelles ». Mais cela n'empêchait certaines d'entre elles de continuer à fricoter dans des recoins sombres de la grande salle, les corsets se délassant peu à peu, et des bruits humides se glissant entre deux accords de musique un peu soutenu. Que voulez-vous, les pirates ont toujours fait rêvé les donzelles.

Et dans tout ce brouhaha, Amayas continuait à boire, laissant ses hommes à la fête, regardant le tout avec un air presque paternel. Le rôle d'un bon capitaine. De plus, ses genoux étaient toujours occupés, par une demoiselle à laquelle il ne se serait pas attendu. Sur l'instant, il n'avait pas cherché à être regardant, et avait saisi la première taille venue dans son élan de fougue retrouvée. Mais il l'avait alors entendu lever sa propre choppe à son nom, une chose que l'on ne faisait plus beaucoup depuis sa terrible défaite, principalement car encore une bonne partie du commun le croit mort. Mais entendre quelqu'un, en dehors de son équipage, ainsi porter son nom de gloire... Cela lui faisait presque chaud au cœur.
Il la dévisage alors, calme au milieu de toute la tumulte de la fête. Son regard se pose sur son visage gracieux et remarque aussi bien la couleur de feu de sa chevelure, que le fait qu'ils étaient propre et bien coiffée. Rien que par cela, il savait qu'elle n'était pas de la ville basse, et certainement pas une serveuse de ce bouge immonde au quotidien. Ses yeux glissent sur elle, sans aucune retenue, suivant la courbe de son cou pour tomber sur sa poitrine enlacer dans l'uniforme résolument aguicheur de l'établissement. Il ne bloque par pour autant dessus, simplement pour ne pas la gêner plus que de raison. Oui elle a une poitrine, et une ravissante qui plus est, et les regards lubriques, elle devait connaître. Pas la peine d'en rajouter. Il en revint à elle, son visage dur se fendant d'un léger sourire en coin.

« - Eh bien eh bien... vu que tu connais déjà mon nom, j'ai donc le droit de connaître le tiens également. »

Il amène la chope à ses lèvres, la donzelle lui avait bien sifflé la moitié avant de lui remettre. Mais ce n'est pas comme si ils allaient en manquer pour la nuit. Tout en s'envoyant une rasade purifiante d'alcool dans le gosier, il dégage lui-même du bout des doigts délicatement la chevelure de la jeune femme pour laisser mieux apparaître ses atouts. Ses mains calleuses faisaient bien contraste à se poser sur elle, la tenant légèrement par la taille. Elle était si menue à ses côtés, presque une enfant sur les genoux d'un adulte. Mais il préférait ne pas penser à une telle chose, car il ne donnait pas dans ce genre de perversions.

« - Et cesse de vouloir dissimuler ta beauté. Si je ne me trompe pas, tu es venue ici t'encanailler un peu parmi les bas fonds. Mais il va falloir jouer le jeu complètement ou pas du tout. À moitié, cela ne fonctionne pas ! »

Ses hommes ne leurs prêtaient plus attentions à partir de maintenant. Chacun occupé dans son coin, soit par sa chope, soit par une autres demoiselles. Une équipage avait une vision différente de la vie privée, bien qu'ils fassent quasiment tout ensemble, ils savaient quand ne pas être trop regardant, quand bien même cela se déroulait juste à côté. Et sous le regard atterré du patron, sa précieuse auberge se transformait peu à peu en lupanar.
Revenir en haut Aller en bas
Nilian Ferkies

avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Points Rp:
1912/10000  (1912/10000)
Point TPS: 83

MessageSujet: Re: Du rhum, des femmes et d'la bière, nom de Dieu! [Marlène]   Sam 22 Aoû - 22:06











Du rhum, des femmes et d'la bière, nom de dieu !



Après avoir hurler le nom de l'homme sur lequel je me trouve assise, lui portant gloire au milieu de la fête battante, je ne peux me retenir de faire mon plus beau sourire, les yeux brillant. Étrangement, en ce moment, au milieu des pirates jouant de la musique, hurlant, sifflant… Couchant… Je me sens comme chez moi, comme dans ma famille… Sûrement dû à l'éducation que mon père m'a toujours offerte. Je regarde tout le monde, les yeux pétillants toujours assise sur les genous d'Amayas, un bras autour de son cou et mon buste contre le sien. Ce n'est que lorsqu'il m'adresse la parole que je réalise la position dans laquelle je me trouve. Je sursaute avant de me tenir droite et poser mes mains sur mes genoux. Il me demande comment je m'appelle, je lui sourit timidement.

- Marlène… Mon nom est Marlène Elohia, mon capitaine, lui dis-je le plus naturel du monde tout en gardant mon sourire.

Je le regarde amener la choppe dont j'avais bu la moitié à ses lèvres. Je détourne mon regard en me mordant les lèvres comme si de rien n'étais lorsque j'aperçois une marque de rouge à lèvre sur le bord du récipient. J'irais lui chercher de nouvelle choppe dans quelques instants. C'est alors que je sens mes cheveux glisser le long de mes épaules. Je baisse instinctivement mes yeux sur ma poitrine qui se découvre peu à peu mais je ne cherche pas à me cacher à nouveau. Je le laisse faire ce qu'il veut sans réellement savoir pourquoi. Je sens ses mains sur ma taille et un frisson me parcourt tout le long de la colonne.

Jouer le jeu ? Il veut donc que je joue le jeu ? Je souris avant de me tourner vers lui. Je pose mon bras sur son épaule et commence à jouer avant des mèches de ses cheveux en les tournant autour de mes doigts. Je lui lance un regard enjôleur.

- Et pour vous, ça venir quoi jouer le jeu complètement ? Humm, capitaine, je vous écoute, dis-je en passant l'autre bras autour de son cou.

Je ne cesse de jouer avec ses mèches blondes. Je m'aventure à lancer un regard rapide sur les autres pirates qui sont tous occupés. Personne ne les regarde. Personne ? Non, le patron tient encore son regard noir sur nous, je lui souris. Je dois avouer que même si j'ai une certaine attirance physique vers lui… Il me fait un peu peur… Et je n'ai pas vraiment l'habitude de ce genre de situation… En fait, étant couturière en réalité, ça ne m'est jamais arrivé. C'est pour cela que de temps en temps, je regarde autour de moi, pour savoir ce que font les autres serveuses mais tout en gardant toute mon attention sur le pirate, répondant présente dès lors qu'il a besoin ou parle… C'est mon rôle de serveuse après tout. J'essaie d'approcher mon comportement à celui des autres jeunes femmes. Je lui souris avant de retirer lentement mes bras et de me redresser.

Je regarde rapidement mes jambes avant de lui demander s'il veut une nouvelle choppe… Je dois dire que je me suis servi dans la sienne sans lui demander… Et je ne vais pas tarder à en sentir les effets… Je tiens très mal l'alcool et ça me fait dire toutes les vérités qui me passent en tête, si bien qu'avec ma meilleure amie – que je considère comme ma cousine – on a surnommé ça « Le sérum de Vérité »… Je sens que la soirée va être mouvementée ce soir…

_________________
Nilian bavarde avec vous en #3333ff mais pense en #9ED1FE.


Dernière édition par Marlène Elohia le Jeu 27 Aoû - 19:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amayas Sorhan

avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Points Rp:
684/10000  (684/10000)
Point TPS: 15

MessageSujet: Re: Du rhum, des femmes et d'la bière, nom de Dieu! [Marlène]   Lun 24 Aoû - 16:58

Évidement, les pirates n'étaient pas non plus les plus fins des psychologues. Ni les plus fins tout courts. Mais quand on dirige des hommes pendant la moitié de sa vie, de toute races et de tout sexes, on apprend à remarquer quelques petits signes qui ne trompent pas. Et même avec plusieurs godets dans le nez. Un bon marin même bourré se doit d'être toujours alerte sur le pont.
Et de ses yeux à l'éclat toujours aussi vif, il ne pouvait que remarquer la différence net de la jolie donzelle qui lui offrit le plus docilement son jolie nom, avec le milieu qui l'entourait. Certes, elle arriva très rapidement à se fondre à nouveau dans le décor par un habile jeu d'actrice. Mais il sentait qu'elle n'était pas complètement elle à ce moment. Cela ressemblait plutôt à une personne jouant ce qu'elle voudrait être au fond d'elle. Comme un marin de navire marchand, qui sur le port roule des mécaniques devant les badauds en voulant se faire passer pour un pirate, mais bien trop pleutre pour véritablement voguer avec les vrais. Parfois c'est simplement une envie, un passage frivole dans la vie. Certain de ses hommes quittaient parfois le pont un temps, retrouvant une famille qu'ils avaient fondé malgré eux avec une cuisse pas frileuse. Ils se rêvent alors bon père de famille à la vie tranquille, quand bien même cela se terminait souvent une année plus tard par les pleurs d'une femme délaissé et d'un enfant perdant un père qui ressent à nouveau l'appel de l'aventure et du sang, quand bien même il ait pu être le plus gentil et attentionné qui soit pendant ce rêve fou. Et bien pour Amayas, il voyait en cet instant que la jolie Marlène était bien sage, mais rêvait comme toute d'un gaillard ou deux pour lui apporter la folie qui manquait à son quotidien. La rançon de la gloire quand on était un forban.

Il la regarde donc, toujours sans gêne ni retenue, ses yeux embrassant toujours sont corps délicat mais n'en revenait pas moins à chaque fois à se planter dans les siens. Elle joue son rôle, à la perfection cela va s'en dire. La sagesse disparaît pour en revenir à la séduction. Une partie des relations que beaucoup de ses hommes préféraient esquiver pour passer directement aux réjouissances, comme il était visibles à présent dans plusieurs recoins, sombres ou pas, de la grande salle. Mais lui il aimait cela. C'était une traque, il prenait en chasse un navire aux grandes richesses, gagnant peu à peu du terrain pour finir par l'abordage.
La petite le taquine, le cherche, et ce n'est certainement pas lui qui allait lui refuser d'entrer dans son jeu. Et alors qu'elle se calait encore plus à lui pour jouer avec sa chevelure dont seul les des doigts d'une femme pouvait aussi s'y engouffrer en plus du vent des mers, lui posa une de ses larges mains ferme et caleuse sur la peau douce de sa cuisse dévoilée.

«  - Jouer le jeu complètement, c'est oublier qui tu es dans ta petite vie tranquille, et me laisser te faire devenir celle que tu dois être ce soir, ou réellement. »

Il lui susurre le tout presque à l'oreille. Il n'est pas des plus éloquents évidement, mais savait user des mots. Bon, un capitaine pirate reconnu pour son côté sanguinaire n'allait pas non plus s'ennuyer avec des formules de politesse. Il était franc, direct et le plus souvent cru dans ses propos. Être un bon orateur ne signifiait pas forcement avoir de la verve. Sur un pont, il fallait savoir encourager, insulter et surtout donner des ordres d'une voix qui trancherait tout autant que sa lame quiconque oserait les discuter. Mais le pire, c'est que le plus souvent, c'est ce qu'une donzelle recherchait. Le beau prince aux tournures de phrases de vingts cordages de long, c'était surtout bon pour les rêveries chastes de minettes. Mais quand elle soupire avec les mains glissées sous leurs draps fins, ce n'était pas d'un doux poète à qui elles pensaient en premier. Ni même en second d'ailleurs. Oui, la vie était simple dans l'esprit d'Amayas, et il y avait évidement toujours des exceptions à la règle. Mais personne n'arriverait à lui faire croire le contraire.

La belle baisse à nouveau les yeux, s'assagit en un clin d’œil. Elle passe d'un état à l'autre de manière si imprévisible. Le spectacle était mignon et amusant. Surtout avec ses pommettes rougissantes. Sa chope est effectivement vide, ce qui était toujours un sacrilège pour un pirate. Il acquiesce donc à sa proposition avec plaisir. Et alors qu'elle se lève de ses genoux pour aller quérir à nouveau de l'alcool en arrière-salle, il n'hésite pas à aller claquer légèrement son postérieur de sa large main. Un sourire gras se fait attendre dans la pièce sans qu'il sache de qui, et s'en moque. En attendant le retour de son alcool et de serveuse à présent attitrée, et dans un équipage, dieu sait que celle qui accompagne le capitaine était à présent chasse gardée, il prit le temps de balayer du regard les festivités un peu plus calme à présent que les premiers pochtrons étaient à terres, que les plus beaux étaient déjà occupés, dans une chambre de l'auberge, à l'étable ou même directement à une table, à fourrager le giron et parfois même l’entrecuisse d'une mignonne sans plus de gêne, et les moins beaux pouvaient enfin ramasser les lots n'ayant pas trouvés encore preneur, le plus souvent de la prostituée au rabais. Mais c'est surtout en jetant son coup d’œil satisfait tout en étirant son corps musculeux sur sa chaise grinçant longuement de protestation, qu'il remarque que le petit hargneux patron de l'établissement venait lui aussi de s’engouffrer dans l'arrière-salle, derrière le comptoir...
Revenir en haut Aller en bas
Nilian Ferkies

avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Points Rp:
1912/10000  (1912/10000)
Point TPS: 83

MessageSujet: Re: Du rhum, des femmes et d'la bière, nom de Dieu! [Marlène]   Lun 24 Aoû - 18:56











Du rhum, des femmes et d'la bière, nom de dieu !



Je dois bien avouer que lorsque son regard bleu se pose sur moi, je me sens mal à l'aise, je ne saurais dire pourquoi. Pourtant j'aime quand il me regarde comme ça, je me sens comme vivante… Je ne me sens plus comme le vilain petit canard mais comme une femme. Je lui souris en coin tout en gardant mon regard enjôleur qui se fait de plus en plus sincère, de plus en plus vrai, de plus en plus envieux. Je sais ce que je risque en provoquant sensuellement un pirate, mon père m'avait plusieurs fois averti contre ça, bien qu'il ne m'en parlait pas comme un danger mais plutôt comme une éventualité…
Alors que je joue avec ses cheveux blond, je sens sa main se poser sur ma cuisse. Un geste qui me fait légèrement sursauter et par réflexe, je pose une main sur la sienne. Je lui souris mais ne la retire pas, je la laisse là où elle est pour deux raisons, la première est qu'il veut que je joue le jeu, très bien mais plus ça va moins j'ai besoin de le jouer, l'alcool fait ressortir un côté que j'ai longuement enfoui en moi. Je souris en sentant son haleine me chatouiller l'oreille.

- Mais on dirait bien que vous vous mettez la barre bien haut mon capitaine, lui dis-je en regardant une mèche s'entortiller autour de mon index.

Il a envie d'avoir à nouveau de l'alcool. Je lui souris avant de descendre de ses genoux. À peine suis-je sur pied que je sens sa grande paluche taper mon derrière, je sursaute de surprise, ne m'y attendant pas. Je me tourne vers lui tout en lui offrant un grand sourire enjôleur alors que je me dirige vers l'arrière-salle. Je soupire avant de me saisir d'un grand plateau pouvant contenir une dizaine de choppes. Je me dirige vers les étagères poussiéreuses. J'y passe ma main dessus et grimace en la voyant ressortir grise. Je m'essuie sur mon tablier avant de m'en saisir du nombre nécessaire, je les nettoie rapidement les unes après les autres avant de les remplir à ras-bord pour les poser sur le plateau en bois. C'est alors que la porte s'ouvre sur le patron de l'auberge, je visage rouge de colère.

- Je vous interdis de servir encore une seule seconde de plus dans mon établissement ! D'où levez-vous un verre au nom d'un pirate ? Hurle-t-il.

Je lance un regard rapidement en direction de la porte fermée, j'espère qu'ils n'ont rien entendu à l'extérieur. Il hurle tellement fort que j'ai peur que ses paroles passent de l'autre côté du bois fins constituant la porte mais normalement avec le brouhaha et la musique, rien ne devrait se faire entendre. Je pose mon regard sur lui avant de lui sourire.

- De ses genoux ? lui demandé-je ironiquement en remplissant une seconde choppe.

- En plus vous êtes insolente ! Retirez-moi ce tablier tout de suite ! S'écrie-t-il en pointant le sol de son doigt.

Je ricane avant de me saisir d'une troisième et quatrième choppe que je remplis en même temps. Il croit vraiment que je vais l'écouter alors qu'il n'est rien pour moi.

- Je ne vois pas pourquoi vous faites un scandale pour si peu parce qu'il me semble bien que ce soit vous qui les ai invité à venir dans votre auberge, non ? dis-je en me saisissant de deux autres choppes, je ne suis pas du genre à appuyer du doigt les erreurs des autres mais… Il me semble que vos serveuses sont tous entrain de se faire péter la rondelles sous vos yeux, non ? Alors pourquoi vous venez me casser les couilles à moi ? Parce que je suis venue ici juste pour prêter main forte pour une soirée ? Parce que j'ai l'air fragile ? Ou parce que vous êtes jaloux qu'un pirate vous devance ?

Ça y est, les effets de l'alcool sont là… Je commence à dire ce que je pense au plus profond de moi et fait ressortir la Marlène adolescente que j'étais… Coureuse de pantalon (?)… Qu'importe. Je pose les deux dernières choppes sur le plateau qui se trouve face à moi.

- Je vous interdis de me parler sur ce ton, je suis votre patron !

- Et moi je vous interdis de me parler sur ce ton parce que je suis fille de pirate ! Dis-je en poussant la porte de mon derrière pour sortir en lui adressant un sublime sourire.

Je tourne sur moi-même pour laisser se refermer la porte derrière moi, laissant le patron dans l'arrière-salle seul sans écouter ses répliques. Je pense que je vais m'attirer plus d'ennuis que je ne le devrais. Je m'approche d'Amayas en lui offrant à nouveau le sourire enjôleur que je lui avais donné avant de partir. Je glisse les dix choppes sous son nez avant de m'appuyer sur la table d'une main et de poser l'autre sur ma hanche.

- Le capitaine est-il assez servi ou voudrait-il quelque chose de plus ? Répliqué-je en m'approchant lentement de lui.

Je joue à nouveau avec sa chevelure, debout contre lui à attendre ses instructions. Maintenant pas la peine de regarder les autres, je redeviens celle que j'étais...

_________________
Nilian bavarde avec vous en #3333ff mais pense en #9ED1FE.


Dernière édition par Marlène Elohia le Jeu 27 Aoû - 19:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amayas Sorhan

avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Points Rp:
684/10000  (684/10000)
Point TPS: 15

MessageSujet: Re: Du rhum, des femmes et d'la bière, nom de Dieu! [Marlène]   Mar 25 Aoû - 20:07

Pendant son petit jeu avec le mignonne Marlène, il n'avait même pas remarqué que son second et les heureux élus de l'équipage a pouvoir fêter leur victoire à sa table s’étaient éclipser pour vivre la fête à leur gré et surtout le laisser avec sa charmante compagnie. Encore une fois une preuve que les pirates avaient une manière bien à eux de vivre une vie privée, et savoir la respecter, surtout celle du capitaine, était un principe de base pour pouvoir rester longtemps sur un navire. Mais Amayas n'en avait en tout les cas rien remarqué. Alors que le patron filait dans l'arrière salle dans un bruit peu discret de grincement de porte, le fier capitaine qu'il était se rendait compte qu'il avait été bien plus distrait par cette jolie compagnie qu'il ne le pensait. Lui qui aimait se croire constamment sur le qui-vive, même sous l'effet de l'alcool, il ne s'attendait pas à en avoir occulter les joies, le sexe et les comas éthyliques répandus aux quatre coins de la salle. Mais c'est plus d'amusement que d'agacement qu'il leva de son siège, grinçant cette fois ci de soulagement, étirant son corps aux muscles assoupis par tant de bien être, et se dirigea vers une des alcôves aménagées, préférant à présent plus de quiétude et de discrétion que l'honneur d'être au centre de la pièce et des attentions.

Deux de ses fidèles marins y étaient assoupis, les bouteilles trônant sur la large table de bois, et le manque de chopes pour indices de leur vantardise de ne pas en avoir besoin. D'un sifflement autoritaire, Amayas rappela deux jeunots de l’alcôve voisine en train de butiner ensemble une donzelle, certainement une servante bien que son uniforme avait entièrement disparu sous le mobilier, les forçant à aller balancer les soiffards dans le caniveau à l'extérieur, avec le pantalon encore tombant sur leurs genoux, et non sans grommeler leur agacement à devoir ainsi quitter le doux girons de leur chaude conquête du soir pour une tache si ingrate, mais qui était de toute manière toujours aussi brûlante et désireuse à leur retour. Prêt à s'installer sur la large banquette de bois capitonné derrière la table dans le renfoncement, il jeta d'abord un dernier coup d’œil à la porte derrière salle qui n'avait toujours pas grincé de nouveau. Le patron avait il eu lui aussi l'envie, et la folie, de vouloir goûter aux plaisirs de ses propres employés à les voir ainsi se vautrer dans la luxure tel des félines en pleine chaleur ? Mais alors qu'il était prêt à aller vérifier par lui-même, la porte s’entrouvre sur une vision propre au paradis du marin, sous la forme de la jolie donzelle et un plateau couvert de choppes d'alcool remplie à ras bord et avec laquelle elle arrivait toujours à évoluer avec beaucoup de grâce. Satisfait, le capitaine alla à nouveau s'installer à sa nouvelle tablée, éclairé par quelques lampes à pétroles fixés aux murs, et depuis lequel il pouvait toujours veiller sur une grande partie des lieux.

Alors qu'elle lui met sous le nez ce festin alcoolisé tout en jouant encore plus l'aguicheuse à mettre ainsi ses formes sous son nez, il lui plante un regard prédateur tout en lui adressant un sourire, l'assaut pouvant reprendre de plus belle à présent.
Sans plus de cérémonie, il se saisi de ce cul ferme de sa main, le pressant légèrement de ces doigts comme si il était déjà sa propriété, et la pressa contre lui fermement. Bien qu'il soit assis et elle debout, elle le dépassait à peine bien qu'il devait lever son visage elle, pour cueillir enfin ses lèvres. Il les sentait fines et douces, et bien que l'alcool y goûtait presque autant que les siennes, il pouvait y sentir un parfum de miel, qui ne devait être que le fruit de son imagination voulant donner un sens supplémentaire à la folie qui animait les autres. Ce baiser était presque forcé, il ne laissait pas place au refus de sa main la maintenant contre son buste, mais il n'y avait aucune violence, aucune méchanceté, seulement un pirate volant le trésor qui lui faisait envie, et sans impunité. Il joue de ses propre lèvres, lui offre un véritable baiser sulfureux et désireux, avant de la quitter un instant, lui laissant plus à loisir de s'éloigner non sans jamais la relâcher complètement, une main toujours sur ses formes avantageuse.

«  - Voilà, maintenant j'ai tout ce qu'il me faut ! »

Et comme d'un détachement le plus profond, il la quitte des yeux pour en revenir à la salle au décor orgiaque, amenant une nouvelle choppe à ses lèvres, brûlant par l'alcool ce goût féminin qui s'y était orné, certain que de toute manière, il en reprendra quand l'envie lui prendra.
Revenir en haut Aller en bas
Nilian Ferkies

avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Points Rp:
1912/10000  (1912/10000)
Point TPS: 83

MessageSujet: Re: Du rhum, des femmes et d'la bière, nom de Dieu! [Marlène]   Mer 26 Aoû - 9:31











Du rhum, des femmes et d'la bière, nom de dieu !



Je dois avouer que je suis fière de mon répondant face au patron. Ce n'est pas parce que Monsieur est un grand et dirige une auberge qu'il a le droit de choisir ce qu'il peut faire ou pas. Je suis libre de mes mouvements et personne ni rien n'est maître mes mouvements sauf moi. Lorsque je sors de l'arrière-salle, je pose directement mon regard sur la table et mon sourire s'efface aussitôt, je parcours rapidement la salle pleine de pirates couchant avec des serveuses ou des prostituées. Je me demande si je suis encore la seule à continuer mon service… Bien que je batifole avec un pirate… Deux hommes me passent devant en traînant deux autres hommes qui semblent complètement ivre mort. Je regarde dans la direction de laquelle ils viennent et l'aperçoit. Je lui souris avant de me diriger vers les dix choppes pleines sur le plateau. Je me demande s'il y en a assez… Les pirates boivent beaucoup et en particulier du rhum, c'est ce que m'avais raconté mon père souvent. Certes, il est resté avec ma mère durant toutes ses années mais malheureusement, lorsqu'il me racontait ses récits, je voyais dans ces yeux que l'aventure continuait à l'appeler… Est-ce qu'il me parlait de ces histoires dans l'espoir que je devienne un jour comme lui et prenne la relève ?

Je pose la plateau sur la table, je savais que ma position est un tantinet provocatrice mais ne sommes-nous pas entrain de jouer à un jeu tous les deux ? Je lui souris lorsque son regard se pose sur moi. Un sursaut me prit lorsqu'il me saisit le derrière. A cet instant, je me trouve incroyablement petite… Dans la logique, je devrais le dépasser d'au moins une tête mais ce n'est pas le cas, je le dépasse que de quelques centimètres. Oh, le beau capitaine vient m'embrasser. Est-ce que je le laisse faire ? Hum… Pas totalement en réalité. Certes, je presse moi aussi mes lèvres contre les siennes mais je suis une petite joueuse et je n'allais certainement le laisser gagner aussi facilement ! Je veux mettre un peu de tentation dans cette soirée, ce qui ne peut être que plus marrant. Son baiser a bien évidement le goût de l'alcool, quel autre goût pourrait-il avoir alors qu'il boit depuis le début de la soirée ? Sa barbe me chatouille mais je n'hésite pas à poser ma main sur sa joue.

Après ce baiser, nous nous séparons un court instant. Je reste collé en lui en continuant à passer ma main dans ses cheveux, désireuse. Exactement comme lorsque je faisais adolescente. J'esquisse un sourire lorsqu'il m'annonce qu'il a tout ce qu'il lui faut… Vraiment ? Je me demande si je devrais pas le taquiner à ce sujet. Je m'assieds à ses côtés alors qu'il est entrain de boire, je pose ma main sur son torse découvert dont la chemise se trouve encore dans mon sac, je la laverais en rentrant chez moi. Je colle ma poitrine contre son buste et regarde à mon tour la salle grouillant de pirate et de femmes batifolant. Les deux hommes que j'ai vu me passer devant tout à l'heure reviennent pour s'occuper d'une autre demoiselle. Je souris. Mon père m'avait raconté à plusieurs reprises comment se passait des fêtes pirates, c'est la raison pour laquelle cela ne me surprend pas de voir une orgiaque géante au milieu d'une auberge sous le regard noir d'un patron énervé.

Je ne peux m'empêcher d'esquisser un plus grand sourire mais, pour ne pas qu'il me voit et que je me fasse engueuler devant tout le monde, je tourne mon visage vers Amayas qui garde son regard sur les membres de son équipage. Je pose la main sur sa joue pour tourner son regard dans ma direction.

- Voyons Capitaine, arrêtez de vous occupez d'eux, ce sont de grands garçon vous savez, lui dis-je sur un ton sensuel mais aussi provocateur.

Je remonte une de mes guibolles sur celles du capitaine alors que je pose à nouveau mes lèvres sur les siennes mais plus rapidement que précédemment. Je lui souris et attend sagement.

_________________
Nilian bavarde avec vous en #3333ff mais pense en #9ED1FE.


Dernière édition par Marlène Elohia le Jeu 27 Aoû - 19:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amayas Sorhan

avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Points Rp:
684/10000  (684/10000)
Point TPS: 15

MessageSujet: Re: Du rhum, des femmes et d'la bière, nom de Dieu! [Marlène]   Mer 26 Aoû - 16:40

Sous les eaux froides des océans, dans les abysses les plus profondes, certains marins rêvent de palais de coquillages, ou ils ne feront que boire, manger, rire, danser et baiser pour l'éternité, tant qu'il mourrait en mer. Ils rêvaient tous de vivre à l'infini ce genre de soirée qui se déroulait sous ses yeux, dont il participait même. Mais comment un véritable marin, ou encore plus un pirate, pouvait vouloir d'une vie loin d'un pont de navire, de bataille dantesque au plus loin de toute civilisation, et aux pillages les couvrants d'or et de gloire ? Ce genre de soirée, il ne les appréciait que par-ce qu'elles étaient justement rares, un baume de douceur dans son monde de violence. Mais il n'a jamais voulu y rester, comme certain ont fini par faire en planter un braillard dans une conquête de port et y voyant là le plus beau des trésors. Idiot, tout simplement. Le véritable trésor, c'était la liberté.
Après la petite Marlène était des plus plaisantes à regarder, palper et à présent goûter, et pour cela, il comptait tout de même bien profiter de sa récompense digne de ces fameux paradis aqueux.

Amayas la laisse faire, cherchant à capter son attention vers elle, se faisant encore plus aguicheuse. À ce niveau, il n'avait même plus besoin de la séduire, elle se donnait à lui pas à pas.
Il répond à ses baisers, doux et savoureux, qui contrastait avec ses manières plus fortes, brutales. Son sourire se veut racoleur, pour coller au mieux à son environnement. Mais il gardait une marque de sa pureté, et d'une certaine naïveté au milieu de ce vaste monde. Elle était en train de jouer avec un meurtrier notoire, un pirate parmi les plus violents, le savait elle au moins ? Ou n'était il au final qu'un nom qu'elle avait entendu à quelques reprises dans une ou deux chansons qui traînaient encore sur son compte dans les bars de port ? Difficile de savoir.

Il ne lui répond pas. Elle voulait son attention, elle allait l'avoir. De ses larges mains, il l'amène à nouveau à s’asseoir sur ses genoux, son dos épousant les courbes musculeuses de son torse. Il va lui-même chercher une chope bien pleine qu'elle lui avait apporté. Lui mettant entre les mains et appuyant du bout des doigts pour qu'elle la porte à ses lèvres, il en profite alors pour respirer le parfum de ses cheveux, un parfum léger qui occulte toute les autres odeurs bien moins suaves qui résidaient dans la grande salle et les enivrait à elles seules.
Son visage glisse peu à peu le long de sa chevelure aussi douce que des fin fils de soie pour venir se poser dans son cou délicat et de ses lèvres glisser sur sa peau, alors que ses larges mains libérée commençaient à tâtons à défaire son corsage de servante sur l'avant de son uniforme.

Il sent son corps épouser le sien, et son fessier rebondis au centre duquel il cale nonchalamment sa virilité qui s'éveille peu à peu. Les lacets de son corsage ne faisant pas bien long feu sous des doigts habité à des cordages bien plus résistants, il précipite alors une main sous le vêtement pour aller cueillir de sa paluche un sein qu'il presse délicatement. Ses gestes sont toujours aussi intraitables, dominateurs. Il prend ce qu'il désir.

« - Et maintenant, je te donne assez d'attention ? »

Sa barbe rugueuse glisse sur la peau de son épaule qu'il dénude de ses dents pour laisser un peu plus de loisir à sa bouche de la parcourir.
Il y avait encore de nombreuses boissons sur la table, mais c'est d'une toute autre soif qu'il voulait à présent s'étancher.
Revenir en haut Aller en bas
Nilian Ferkies

avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Points Rp:
1912/10000  (1912/10000)
Point TPS: 83

MessageSujet: Re: Du rhum, des femmes et d'la bière, nom de Dieu! [Marlène]   Mer 26 Aoû - 20:37











Du rhum, des femmes et d'la bière, nom de dieu !



Je dois avouer que je prend du plaisir à sentir ses lèvres jouer avec les miennes. Je souris entre deux baisers, je redouble d'ardeur y mettant chaque fois un peu plus de coeur dans mes embrassades. Je le trouve tout à fait séduisant mais je garde en tête que c'est un pirate… Un pirate reste un pirate. Je sais très bien que cette histoire ne durera qu'un soir ou deux mais pas plus. Et puis zut, elle a aussi le droit de s'amuser un peu, non ?

Il ne répond à mes paroles que par des gestes. Alors que je me détache légèrement de lui, il me prend pour me faire glisser sur ses genoux appuyé contre son giron. Quelques secondes après je me retrouve avec une choppe entre les mains, il m'incite clairement à boire. Je souris avant de porter la choppe à mes lèvres en trinquant doucement à sa santé pour que ça reste entre nous. Je ferme les yeux et penche lentement ma tête sur le côté pour lui offrir mon cou. Que dire lorsque je le sens défaire mon corset ? Je me sens comme en partie libérée comme si une cage vient de s'ouvrir pour me laisser respirer. Je me colle à lui, me blottit contre lui tout en gardant ce sourire qui reste dessiné sur mes lèvres. Je pose la choppe sur la table pour poser une main sur sa jambe et passer l'autre bras autour de son cou.

Je pose ma tête en arrière sur son épaule, me vendant entièrement à lui. Je me peux pas m'empêcher de sourire lorsque je sens les effets de notre frotti-frotta sous mes fesses. Je respire plus rapidement, sentant mon coeur battre contre ma poitrine prêt à faire un bon à l'extérieur. Je regarde rapidement la choppe à moitié vide que je viens de boire. Je referme les yeux pour profiter des baisers d'Amayas en me disant que j'allais passer une bonne soirée mais un mauvais réveil. Qu'importe, ce soir je m'autorise à faire la fête.

Face à ses paroles, je ne peux m'empêcher d'esquisser un petit sourire en coin.

- J'en ai jamais assez mon capitaine, dis-je sur un ton provocateur pour le faire bouillir – en espérant que ça marche.

Je garde mon cou tendu, lui offrant ce qu'il veut de mon corps. Machinalement, je commence à faire de léger mouvement de bassin contre sa virilité. De ma main que j'ai enroulée autour de son cou, je la laisse redescendre un peu pour qu'elle vienne se poser sur la joue du Furieux que je caresse. Je dois bien avouer que c'est plaisant de se sentir à nouveau comme avant, de se sentir à nouveau enviée. Cela faisait tellement longtemps que je n'ai pas ressenti ce frisson qui me parcourt tout le corps dans une vague immense.

Je me lève de lui avant de me retrouver face au pirate. Le corset pendant dont les ficelles effleure mes hanches, je pose une main sur son épaule avant de venir me coller à nouveau contre lui mais face à face maintenant. Je lui souris avant de l'embrasser lentement, je pose ma main contre son torse et descend doucement en le caressant de mes doigts. Je ne m'arrête que juste au-dessus du bas ventre, attendant sagement le feu vert sans quitter ses lèvres des miennes.

_________________
Nilian bavarde avec vous en #3333ff mais pense en #9ED1FE.


Dernière édition par Marlène Elohia le Jeu 27 Aoû - 19:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amayas Sorhan

avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Points Rp:
684/10000  (684/10000)
Point TPS: 15

MessageSujet: Re: Du rhum, des femmes et d'la bière, nom de Dieu! [Marlène]   Jeu 27 Aoû - 1:55

Le feu s'éveille de plus en plus en lui, au fur et à mesure qu'il découvre ce corps offert à ses envies. Sa main glissée sous le corset de la donzelle avait saisi avec avidité un sein doux et bien rond qui lui emplissait la pogne avec laquelle il le massait avec ferveur. Son parfum avait occulté tout les autres et le goût de sa peau finissait par guérir son esprit fiévreux d'alcool, pour le remplacer par bien d'autres chaleurs qui venait nimber son corps. Il avait toujours eu une température plus haute que la normale. Cela l'aidait notamment à tenir lors des lourdes journées sans nuage, ou le soleil venait cuir son équipage directement sur le pont, sans leur accorder une once de vent pour les rafraîchir. Lui se tenait alors toujours debout au milieu de ses hommes, prêt et fringuant comme si de rien était, leur montrant l'exemple et hurlant ses ordres avec toujours autant de fougue. Mais évidement ce soir, la chaleur qui s'écoulait sur son corps venait d'un tout autre soleil.

Il goûte un temps à cette douceur, là ou la plupart de ses hommes culbutaient sans état d'âme dans des cris de passions, eux étaient dans un tout autre monde. Ses délicats baisers déposé dans ce cou gracile et la peau de son épaules ne se montraient rudes que par sa barbe rêche. Mais lorsqu'elle décide de lui faire face, de se montrer une partenaire digne de lui offrir son nom, son visage, plutôt qu'une simple silhouette vague aux formes généreuses dont il ne se serait quasiment plus souvenu demain, encore une fois comme son équipage en grande partie ce soir, il comprit qu'il était aussi temps pour lui de lui accorder de faire tomber le masque, et être lui-même.

Il rend son baiser avec force, plaquant ses lèvres contre les siennes, venant les quérir comme un affamé devant un véritable banquet. Amayas se montre plus fougueux, et surtout plus avide. Elle a beau vouloir aller directement libérer son entrejambe de sa prison de tissu, il la stoppe en lui agrippant le poignet. De là, il prend un air presque sévère et ramène ses bras autour de son coup. Ici, c'était lui qui était aux commandes. Et il n'avait pas encore décidé de lui laisser le champ complètement libre. Avant toute chose, il comptait bien profiter.

Le champ dégagé, les bras de Marlène autour de son cou, il agrippe alors à deux mains le corsage déjà largement défait par son doigté, et d'un geste brusque et violent, l'ouvre d'un coup sec, un bruit de déchirement se faisant entendre sans trop savoir d’où. Mais de ceci, il s'en moquait complètement. Car devant lui apparaissait alors pleinement cette poitrine alléchante. Sa main revient saisir son cul, comme si il n'avait pas d'autres accroches, l'autre agrippant un de ses seins à nouveau, le contournant de ses larges doigts, le serrant un peu, pour bien en faire poindre ce petite sommet rosée, sur lequel il fonce de ses lèvres, l'engloutissant avec gourmandise et commençant à le suçoter et le titiller de sa langue. Que la belle ait le malheur d'un peu trop se tortiller sur lui, et il lui assène alors une bonne claque sur les fesses, du genre à rester marquer de rouge quelques temps avant de disparaître sans laisser de traces. Et quand le capitaine se sentait satisfait de la manière dont il sentait poindre ce téton, il passa directement à l'autre, sans que sa main ne quitte le premier, jouant avec en le pinçant lentement entre ses doigts, le roulant et le tirant légèrement pour qu'il ne faiblisse pas sans l'inactivité. Il comptait bien à ce qu'elle goûte à chaque plaisirs qu'il comptait bien lui offrir.
Revenir en haut Aller en bas
Nilian Ferkies

avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Points Rp:
1912/10000  (1912/10000)
Point TPS: 83

MessageSujet: Re: Du rhum, des femmes et d'la bière, nom de Dieu! [Marlène]   Jeu 27 Aoû - 13:36











Du rhum, des femmes et d'la bière, nom de dieu !



Je dois avouer que c'est un mon plus grand étonnement qu'il m'arrête dans mon élan. J'avais pourtant à plusieurs reprises que les pirates n'étaient pas du genre romantique à profiter de baisers et de caresses mais plutôt aller droit au but sans passer par les préliminaires.  Serait-ce tomber sur un grand romantique ou alors juste un pirate qui veut faire durer le plaisir ? Oh, ce n'est certainement pas moi qui vais me plaindre de cela, bien au contraire. Je ne peux m'empêcher d'esquisser un sourire face à son air sévère. Je le laisse glisser mon bras jusqu'autour de son cou en posant mes lèvres contre les siennes, ce que j'aime beaucoup d'ailleurs. Il vient de me faire clairement comprendre que c'est lui le patron de cette soirée, c'est lui commande. Je souris à cette pensée avant de reposer tendrement mes lèvres contre les siennes… Bien qu'il les prends plus avec fougue que délicatesse.  

Il n'y eut pas beaucoup de temps entre le moment où je passais mes bras autour du cou et le son d'un déchirement qui est celui de mon corsage. Je ne peux m'empêcher de sourire en imaginant la tête du patron en voyant l'état de son hideuse robe tomber en ruine sous les grande mains d'Amayas. Je sursaute en sentant la main se poser sur mon derrière tandis que son autre main se saisit de ma poitrine rebondit. Je souris et glisse mes doigts dans sa chevelure, je lui masse affectueusement le crâne du bout de mes doigts. Je ferme les yeux tandis que mon coeur bat la chamade sous les gestes du pirate, ma respiration suivant le même rythme.  Je sens que tout mon corps est parcouru d'un frisson.  Je sais qu'en temps normal je n'aurais jamais accepté ça, me cachant à la vue de tous et surtout me tenant le plus éloignée de cet homme mais j'ai bu… Certes, pas beaucoup mais suffisamment pour devenir complètement folle. Est-ce que je le regrette ? Je ne sais pas, je le verrais plus tard, de toute manière ce n'est pas le moment de penser à ce genre de chose.

Je sens dans ma poitrine comme des décharges électriques à chaque fois qu'il joue avec. Je souris avant de me penser légèrement en avant et de lui déposer un baiser sur le sommet du crâne.

_________________
Nilian bavarde avec vous en #3333ff mais pense en #9ED1FE.
Revenir en haut Aller en bas
Amayas Sorhan

avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Points Rp:
684/10000  (684/10000)
Point TPS: 15

MessageSujet: Re: Du rhum, des femmes et d'la bière, nom de Dieu! [Marlène]   Jeu 27 Aoû - 22:19

La rançon de la gloire était entre ses mains, et entre ses lèvres aussi en cet instant. Être pirate ne se composait pas que de la liberté, l'aventure, la violence et le gain au bout du voyage. C'était aussi une image. Un nom qui faisait trembler les bonnes gens, et surtout, qui excitait les femmes, les faisaient rougir sous leur passage, honteuse de vouloir se sentir dans les bras d'un homme aussi rude et aussi dangereux. Mais les côtés sombres de l'humanité avait ce don d'attiré. Que ce soit l'enfant rêvant plus d'être pirate que soldat dans la marine de l'Archipel, ou alors les femmes imaginant un bien autre homme les pénétrer plutôt que d'oser ouvrir les yeux et tomber sur leurs mornes maris. Pour avoir tout cela, il fallait aussi et surtout, savoir cultiver son image, que l'on chante sa renommée, que l'on parle de ses exploits. Et aux yeux des badauds, vous devenez alors une légende.

Alors dans ces moments là, il est clair qu'il en profitait pleinement. Il avait été jeune évidement. À cette époque, il aurait déjà le pantalon autour des chevilles, peut-être même qu'il aurait déjà fini et serait couché sous la table pour se réveiller frais et dispo le lendemain. Ou du moins assez pour repartir en mer et y vomir ses tripes directement dans les eaux du port. Mais il avait appris à apprécier, même à savourer, tout ce que l'instant pouvait lui donner. Se presser ne servait à rien, et quand bien même il était toujours question avant tout de son plaisir, il était toujours gratifiant de savoir en donner également.

La plupart des autres pirates ont déjà fini autour d'eux. Les serveuses se rhabillent, souvent avec une moue boudeuse. Leurs jules d'un soir comatant sur leur chaise ou ayant directement après repris la bouteille. D'autres, les plus anciens ayant saisis eu aussi les véritables plaisirs de la vie, en était encore à l'action pure et dur. Mais lui ne faisait que commencer en tout les cas.
Sous la sensibilité de ses lèvres, il sent ses tétons être bien dur. Il continu un léger instant à jouer avec, les suçant et les mordillant doucement. Mais lorsqu'il les sent bien sensibles, réactifs à chacune de ses caresses même les plus légères, il s'en éloigne, s'adossant un peu mieux sur la banquette. Il embrasse du regard ce corps dénudé qu'il avait entre ses mains. Il avait de sacrés formes, comme il les appréciait. À avoir un femme trop frêle entre les mains, il avait toujours l'impression qu'il allait la briser en y allant trop fort. Mais par sa petite serveuse d'un soir. Ce qui ne faisait que attiser plus son envie.

Et justement en parlant de son envie, cette dernière se faisait sentir plus bas. Son membre, bien que n'étant pas encore dressé à son paroxysme, se sentait tout de même bien à l'étroit à présent dans ses braies de marin. Toujours de ses larges mains, comme si elles n'étaient qu'une poupée dont il usait à sa guise en la déplaçant constamment là ou il la désirait, il l'a glisse un peu sur ses longues jambes, de quoi laisser la place de son bassin libre, et surtout bien en vue les ficelles de lin serrant ses hanches, et une bosse proéminente buttant contre le tissu juste entre eux.

« - occupe toi de moi maintenant ! »

Son regard brûlant ne la quitte pas, ses mots sont des ordres même si l’intonation est celle de l'envie. Ses propres mains lui caressent ses cuisses à la peau si douce, les saisissent par moment, les pressant légèrement comme un acheteur tâtant une marchandise. Mais une marchandise qu'il sait d'ors et déjà qu'il souhaite acquérir à n'importe quel prix.
Revenir en haut Aller en bas
Nilian Ferkies

avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Points Rp:
1912/10000  (1912/10000)
Point TPS: 83

MessageSujet: Re: Du rhum, des femmes et d'la bière, nom de Dieu! [Marlène]   Ven 28 Aoû - 9:38











Du rhum, des femmes et d'la bière, nom de dieu !



Comme je  suis dos à la salle, je ne vois pas vraiment ce qu'il se passe, je ne vois certainement pas ce que font les autres et sincèrement je ne sais pas pourquoi je voudrais voir ce qu'il se passe, mon regard sur Amayas me suffit largement et puis c'est mon client, je dois m'occuper de lui, être entièrement à sa disposition pour lui soirée. Je profite de chaque seconde que sa peau touche la mienne, ce n'est pas tout les jours qu'on a la grande chance de coucher avec un capitaine pirate et beau en plus de cela. Certes il a des cicatrices mais c'est ce qui fait son charme, certains pirate ont tellement de cicatrice qu'ils sont plus repoussant qu'enviant. Cette idée me faire sourire. Je me calme alors qu'il s'adosse à la banquette en me regardant. Je ne sais pas comment je dois me sentir, je me trouve à moitié nue, la robé déchirée, assise sur son sexe qui vient se blottir contre le mien dont le tissu en coton de ma culotte est humide…  Ce qui me dérange un peu je dois l'avouer… Ma poitrine monte et redescend au rythme de respiration rapidement et grande qui m'assailit. Je laisse glisser mes mains le long de son torse pour venir les placer sur ses hanches.  Je le regarde droit dans les yeux durant un long moment en attendant ses ordres. C'est lui le capitaine de la soirée non ? En tout cas, il me l'a bien fait comprendre tout à l'heure.

Je suis toujours aussi surprise de la manière dont il arrive à me soulever ou me déplacer aussi facilement comme si je ne suis qu'une simple poupée aussi légère qu'une plume, une simple poupée que l'on pose sur une étagère, alors que je sais que je ne suis pas aussi légèrement que cela. Il me pousse jusqu'à ses genoux, je baisse rapidement les yeux sur son bassin avant de le fixer à nouveau dans les yeux. C'est alors qu'il prononce cette phrase qui me fait sourire. J'ai du mal à faire la part à savoir si c'est un ordre stricte et sévère tel un pirate ou alors l'envie tel un homme qui veut juste s'amuser… Ou les deux ? Bien évidemment, ça ne m'étonne pas le moins du monde d'entendre cela. Je m'approche de son visage pour murmurer contre ses lèvres.

- A vos ordres.

Je lui dépose un doux baisers sur ses lèvres tandis que les doigts jouent avec les ficelles de lin pour les défaire et libérer sa virilité de sa prison de tissu. Je ne met pas bien longtemps, faire, défaire et refaire du tissu est mon métier, j'ai passé la plus grande parti de mon enfance à faire ça alors c'est pour moi un jeu d'enfant à présent. Je tire doucement sur les ficelles sans quitter les lèvres de l'homme. Doucement, je viens caresser les pectoraux tout en descendant lentement en direction de son sexe. Je lui dépose des baisers dans le cou et sur le torse tandis que je joue des mains pour faire glisser lentement le vêtement du capitaine. J'arrête mon visage face un sien avant de l'embrasser. De ma main, je me saisis de son pénis dont je caresse le bout de mon pouce lentement changeant de temps en temps contre un massage complet de la zone érogène jusqu'à ce qu'il soit parfaitement tendu et dur.

_________________
Nilian bavarde avec vous en #3333ff mais pense en #9ED1FE.
Revenir en haut Aller en bas
Amayas Sorhan

avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Points Rp:
684/10000  (684/10000)
Point TPS: 15

MessageSujet: Re: Du rhum, des femmes et d'la bière, nom de Dieu! [Marlène]   Dim 30 Aoû - 13:07

Une chambre aurait-elle été mieux ? Avec des bougies et des pétales de roses disséminé un peu partout sur le lit ? Certainement pas ! Sur la banquette grinçante au fin fond d'une taverne de la ville basse, c'était là la parfaite chambre à coucher d'un pirate, après son navire évidement. D'ailleurs, il aurait pu l'emmener sur son bateau la petite Marlène. Se faire un peu plus moussé aux yeux de la belle en lui montrant son bâtiment, les quelques hommes ayant dû rester à son bord pour le surveiller et le garder prêt à un départ en quatrième vitesse, si les locaux finissaient par vouloir leur chercher un peu trop d'emmerdes. La garde qui rapplique, ou pire, la marine qui apparaît à l'horizon. Il l’aurait emmené dans sa cabine et lui aurait sorti le grand jeu du capitaine pirate. Mais bon, il n'en avait pas eu le temps, ni l'envie sur le coup. La seule envie qu'il avait était de lui soutirer le plus de plaisir possible. Si il la recroise plus tard, peut-être qu'il fera autrement. Mais bon, Amayas était un pirate, il n'imaginait certainement aussi loin que cela.

La demoiselle savait délasser son pantalon avec dextérité. Une habitude ? À la regarder, on ne dirait pas. Mais les apparences pouvaient très bien être trompeuse. Elle ne faisait pourtant pas cela comme une « professionnel ». Il y avait beaucoup de délicatesse, de passion, à l'embrasser et le caresser ainsi, plutôt que de simplement chercher à aller au plus vite dans l'action. Comme lui, elle semblait comprendre l'intérêt de jouer la pièce en entière. Et c'était des plus plaisant. Sous ses doigts fins, il se laissait parfaitement faire, répondait à chacun de ses baisers, et l'envie continuait ainsi à grimper. Si bien que quand elle libéra enfin sa virilité de sa prison de tissu, il était déjà tendu et prêt à la suite des opérations.

Amayas était un pirate comme tout les autres, c'est à dire vantard. Mais la vérité arrivait à coller à ses dires parfois. Et il était difficile de le cacher en cet instant, que ses attributs étaient tout à fait proportionnel à la carrure de l'homme. Une sorte de fierté masculine en somme.
Les caresses qu'elle lui procure étaient toujours de douceur, lentes et subtiles, bien le contraire de la personne à qui elle les prodiguait. Son sexe pulsait d'envie, brûlant et veinés de passion qui ne demandait qu'à s'exprimer. Le feu en lui prenait la forme de la bête peu à peu. Le désir primaire coulait en lui au fur et à mesure qu'elle y glissait ses mains.
La sienne vient alors saisir la nuque de la jeune femme. Il l'attira à lui vivement pour un baiser fougueux, ou il amène sa langue de gré ou de force à aller jouer avec la sienne. Il lui fait sentir son empressement, sa bouillante envie. Il aimait être le maître à bord, et imposer son rythme. Dans cette position de Marlène amenée vers lui, la sexe gonflée entre eux deux, son autres mains vient glisser dans son dos, sur les restes de sa tenue de servantes, et va se faufiler par derrière jusqu'à la lisière de sa jupe qu'il fait relever lentement du bout des doigts. Il se fraye ainsi un chemin jusqu'à le fin tissu de coton qu'il sent en dessous, et commence du bout de l'index à glisser dessus, entre ses cuisses, appuyant à peine, juste de quoi faire sentir sa présence.
Revenir en haut Aller en bas
Nilian Ferkies

avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Points Rp:
1912/10000  (1912/10000)
Point TPS: 83

MessageSujet: Re: Du rhum, des femmes et d'la bière, nom de Dieu! [Marlène]   Lun 31 Aoû - 12:52











Du rhum, des femmes et d'la bière, non de dieu !




Je ne sais pas si je me serais senti mieux dans un lit cachée sous les draps ou ici à la vue de tout le monde qui couchent aussi… Même si à part le patron qui fixe chaque pirate d'un regard noir comme s'il voulait les tuer de ses yeux, personne ne regarde vraiment les autres, trop occupé à une activité diverses. Étrangement, je ne m'en soucis pas vraiment. L'une des raisons est que j'ai un client à servir de mon mieux et la seconde est que l'alcool fait de plus en plus effet. Je n'ai bu qu'une choppe de rhum mais ça me suffit amplement pour ne plus avoir les idées très claires et ne plus réfléchir par moi-même.

Je sursaute alors qu'il m'embrasse fougueusement, étouffant un petit cri de stupeur. Au départ, je garde mes dents serrées l'empêchant de lui faire l'entrée libre pour rire et le taquiner un peu… mais finalement le plaisir prend le dessus, l'envie prend le dessus… Tout prend le dessous… J'ouvre légèrement les lèvres et desserre les dents avant de lui rendre son baiser tout aussi fougueux. Je délaisse mes douces caresses du pouce pour me saisir de son sexe à pleine main et de commencer des va-et-vient d'abord lentement. Je garde mes lèvres plaquées contre les siennes à jouer, non plus avec ses lèvres, mais avec sa langue.

Je rougis… Ma respiration est bien plus rapide qu'au départ lorsqu'il vient de son index toucher un de mes points sensibles. Contrairement à ce que je voulais faire, je resserre les cuisses mais elles sont rapidement bloquées par celles du pirate dont la carrure est bien plus imposante que la sienne. Je le laisse encore un instant jouer tandis que je suis de plus en plus rapide sur sa virilité.

Je décide enfin de séparer nos lèvres pour lui déposer un baiser dans son cou tandis que je passe mes jambes entre les siennes. Je lui dépose de doux et tendres baisers le long de son torse en descendant peu à peu, collant mon corps contre le sien. Mon corps à moitié dénudé ne peut s'empêcher d'être parcouru par un incroyable frisson lorsque je le sens son pénis glisser entre ma poitrine alors que je continue à descendre lentement.

Je ne peux m'empêcher de lui lancer un regard provocateur alors que je glisse un partie de son sexe en bouche. Je reste d'abord statique mais lui donne des coups de langue bien placés sur le bout de sa virilité. Puis lorsque j'estime qu'il est plus bouillant que lors de son baiser fougueux, je commence à faire des va-et-vient lentement puis de plus en plus rapide, le réparant pour la suite des opérations.

_________________
Nilian bavarde avec vous en #3333ff mais pense en #9ED1FE.
Revenir en haut Aller en bas
Amayas Sorhan

avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Points Rp:
684/10000  (684/10000)
Point TPS: 15

MessageSujet: Re: Du rhum, des femmes et d'la bière, nom de Dieu! [Marlène]   Lun 31 Aoû - 23:41

Si le patron rongeait son frein dans son coin, c'était avec tout par peur, mais aussi car il savait que à la fin de cette soirée, il allait être largement payé pour le « dérangement ». Bizarrement, un pirate avait toujours un certaine fierté à payer quand il s’agissait de s'amuser, de fêter sa réussite. Pour eux, il n'y avait rien de mieux pour claquer de l'argent durement gagner, qu'en le dépensant en plaisir jusqu'à devoir reprendre le large car tout avait été dépensé en futilité. Demain, l'auberge rouvrira, les habitués bien plus calmes viendront peupler un endroit bien plus sombre et mort qu'il ne l'était en cet instant. Ils auront peut-être juste la surprise d'un ou deux mobilier manquant car balancé à la benne pour un pied pété ou une dague plantée un peu trop fort dans le bois. Il faudra juste bien penser à rappeler au propriétaire de bien faire nettoyer chaque recoin de son bouge, histoire qu'il n'y retrouve pas quelques surprises comme des vomissures ou d'autres matières provenant du corps humain. Il sourit même rien qu'à penser à la tête du bonhomme lorsqu'il allait lui dire cela. Cela lui apprendra à passer son temps à les foudroyer du regard de ses petits yeux vicieux, devant sûrement se retenir de se palucher sous le comptoir tout en le regardant prendre son pied avec sa petite servante.

La demoiselle continuait à s'obstinait à répondre à sa fougue par de la lenteur et de la douceur. Cela donnait un certain rythme certes, mais évidement, la frustration pointé légèrement derrière les fortes envies du capitaine. Il la laisse pourtant faire, ne voulant pas pour autant trop l'effrayer par ses manières de brute sanguinaire, sachant qu'à un moment l'animal qui était en lui allait devoir être relâcher tout de même.
Il aurait bien aimé que sa virilité reste un peu au milieu de sa douce poitrine, goûter à son toucher, les sentir se presser mollement contre sa verge et le caresser. Mais tout en descendant, la donzelle semblait vouloir directement goûter au fruit défendu. Elle avait plus de ressources qu'il ne l'aurait pensé la première fois qu'il l'avait regardé. Provocante, elle s'affaire à le prendre entre ses lèvres lentement mais sûrement, sentant son sexe pulser d'un désir brûlant à l'intérieur de la moiteur de sa bouche.

Profitant de l’occasion, il passe un bras nonchalamment sur le dossier de la banquette et alors qu'elle continu à le pomper de plus en plus, lui se saisi d'une nouvelle chope dont il se boit une bonne rasade. Voilà un moment digne d'un pirate. Installé confortablement, une chope à la main et une mignonne en train de lui sucer le chibre. Le tableau était parfait, et il ne pu s'empêcher de soulever sa chope en direction du patron pour le narguer, se rendant compte qu'il n'était pas le seul à apprécier le spectacle. Quelques pirates ne se gênait pas pour apprécier le spectacles bien plus intéressant qu'une saillie grossière que la plupart de leur camarades à moitié bourrés avaient prodigués aux autres servantes. Ces dernières qui étaient déjà rhabillé, de retour en service, et sûrement frustré de leur maigre lot de la soirée, se mordait distraitement la lèvres inférieur en regardant avec jalousie leur amie s'occuper du « gros lot ». Oui que voulez vous, dans un instant pareil, un pirate ne peut décemment pas être modeste.

Amayas les regarde tour à tour, puis comprend qu'il allait devoir encore plus sortir le grand jeu, que ce soit pour son plaisir, celui de Marlène, mais aussi marquer dans les esprits sa virilité, partie intégrante de toute gloire d'un bon marin. On parlera de cette nuit pendant des semaines sur le port, il le promettait. Se penchant vers sa partenaire, il lui susurre ainsi avec amusement.

« - Va falloir y mettre encore plus du tiens ma belle. Ton public réclame de l'action ! »

Sa large main vient alors s'enfuir dans sa chevelure soyeuse, et par des pressions autoritaires, donne lui même le rythme de ses va et viens, rapide et profond, la faisant parfois engloutir son sexe jusqu'à ses bourses. L'action provoque des gloussements et des cris d'amusement de l'assistance restante.
Revenir en haut Aller en bas
Nilian Ferkies

avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Points Rp:
1912/10000  (1912/10000)
Point TPS: 83

MessageSujet: Re: Du rhum, des femmes et d'la bière, nom de Dieu! [Marlène]   Mer 2 Sep - 14:55











Du rhum, des femmes et d'la bière, non de dieu !



Si je peux dire quelque chose sur la tournure des événements est que je commence certainement pas à l'aimer. Tous ses yeux posés sur nous alors qu'on fait quelqu'un de l'ordre de l'« intime » me met plutôt mal à l'aise. Aussi, je me laisse distraire à penser à tous ses regards qui ne cessent de nous fixer alors que je ne le veux vraiment pas. En revanche, il semblerait que ce ne soit pas le cas du pirate qui prend plaisir à ce qu'on le regarde de cette manière et qu'on l'incite presque. Je le regardait lorsqu'il impose son rythme à lui en m'appuyant la tête de sa large main.

Je ne cherche pas à me débattre, bien que ce n'est pas l'envie qui me démange, mais je dois aussi dire que j'ai envie de continuer et d'aller plus loin. D'autant plus que le client c'est lui, c'est donc lui qui choisit ce qu'il désire. N'est-ce pas ? Où serait-ce moi qui aurait mal compris le métier de serveuse… Et puis j'ai l'esprit trop embrouillé pour m'occuper de ça et je suis trop faible pour me débattre contre lui. Imaginez une jeune couturière ayant une vingtaine d'années se battre contre un pirate qui a connu des combats mais surtout sait se battre ! Qui va gagner ? Pas la peine de réfléchir…

Je pose mes mains sur ses cuisses et retire ma tête pour reprendre rapidement ma respiration. Je le regarde un court moment avant de détourner mon regard un sourire aux lèvres. Sans savoir pourquoi je souris. Je me redresse avant de poser une main sur la banquette à seulement quelques ridicules centimètres de son visage avant de m'approcher de celui-ci. Je lui souris me faisant volontairement provocatrice.

- Ils veulent du spectacle, Capitaine, alors pourquoi ne pas leur en donner immédiatement ?

En prononçant ses mots, je lui saisit la main que je laisse glisser le long de mon postérieur avant de poser mon genou sur la banquette contre son entre-jambe. Attendant ses instructions. Il est capitaine de son navire, il est aussi capitaine de la soirée.

_________________
Nilian bavarde avec vous en #3333ff mais pense en #9ED1FE.
Revenir en haut Aller en bas
Amayas Sorhan

avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Points Rp:
684/10000  (684/10000)
Point TPS: 15

MessageSujet: Re: Du rhum, des femmes et d'la bière, nom de Dieu! [Marlène]   Lun 7 Sep - 1:41

Savoir goûter à chaque plaisir que se présente à nous, voilà une vie plaisante à vivre. Il voulait boire, il buvait, il voulait se battre, il engageait le combat. Et si il voulait cette jolie servante, il la saisissait par son plaisant derrière et au vue de tout le monde, prenait comme un bon pirate, ce dont il avait envie. Il n'était pas certain que cela convienne à Marlène pour autant, mais il s'en moquait au final. Son plaisir, elle allait aussi l'avoir.

De toute manière, lorsqu'elle revint face à lui, après avoir exercer les faveurs de ses lèvres sur son membre gorgé de sang et d'envie, c'était pour mieux l'appeler à passer à la suite. Il ne se laisse pas prier pour laisser à nouveau sa main glisser sur son postérieur rebondis et toujours si plaisant à palper, et en la sentant s'approcher à nouveau de lui, dans ce désir partagé de vouloir fondre son corps musculeux dans le sien si délicat, il lui répond avec le même ton fiévreux d'envie que laissait transparaître ses mots.

« - C'est pas à eux à qui je vais donner du spectacle. C'est à toi avant tout voyons... »

Sa large main lui massant son plaisant fessier s'amuse à s'y abattre durement, de quoi bien entendre le claquement sourd de la fessée, avant de se relever de la banquette, de toute sa stature, face à elle. Le contraste était encore plus visible à ce moment entre elle, délicate petite chose face à ce monstre prêt à la dévorer toute crue. Mais si il fond vers elle c'est bien pour l'embrasser à nouveau avec passion, se penchant de plus en plus vers elle, l'acculant contre la large table, y faisant tinter doucement les nombreuses chopes qu'elle lui avait apporter, mais qui prenait bien trop de place maintenant. Il fallait y remédier, et pour Amayas, rien de plus simple. En se décalant d'elle, et d'un revers de son bras, il en envoi au sol plus de la moitié, vide ou plein, peu lui importé. Dans un ultime défi pour voir si le patron des lieux avait quoi que ce soit dans le pantalon, le capitaine se tourne vers lui, après que le fracas du verre sur le sol ait provoqué la liesse de ses hommes encore debout, et lui offre son sourire le plus fier et carnassier, auquel le proprio n'ose répondre que par le visage rougeot à en explosé, retenant certainement sa fureur de peur de provoquer celle de l'homme qui la portait carrément en surnom.

Content de son effet, Amayas en revient alors à sa petite servante personnelle de la soirée, et après lui offrir un sourire bien plus charmeur, la tourne de ses larges mains pour la renverser face contre la table, maintenant qu'il y avait la place pour, avec les jambes encore debout et la croupe offerte au capitaine. Cherchant du regard une servante restante, il en capture une de ses yeux et dans un claquement de doigts autoritaire, lui fait comprendre de venir nettoyer le sol, juste à côté d'eux. Il serait des plus contrariant que tout doive s'arrêter maintenant pour un vulgaire bout de verre se planter dans un pied de sa conquête.

Et c'est ainsi que, malgré la servante allant chercher une serpillière pour nettoyer juste à leur côté, il reprend ses caresses en oubliant à nouveau tout autre personne que lui et Marlène. D'une main, il fait glisser le long de ses jambes l'unique défense de tissue face aux envies du Furieux. Et lui révèle ainsi à lui uniquement l'intimité de la demoiselle, sur laquelle il laisse filer un doigt lentement, sur toute sa longueur, en appuyant à peine, ne faisant qu'écarter lentement les lèvres. Et c'est sans crier gare, après quelques aller et venus de la sorte, qu'il cale tant bien que mal son corps massif en s'accroupissant derrière elle, et vient joindre sa bouche à ce doigts explorateur, embrassant et amenant rapidement sa langue, avec délicatesse mais toujours sans concession.
Revenir en haut Aller en bas
Nilian Ferkies

avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Points Rp:
1912/10000  (1912/10000)
Point TPS: 83

MessageSujet: Re: Du rhum, des femmes et d'la bière, nom de Dieu! [Marlène]   Mer 9 Sep - 19:49











Du rhum, des femmes et d'la bière, non de dieu !



Je me redresse en poussant un petit cri lorsqu'il me tape sur la fesse après avoir expliqué ce qu'il compte me faire implicitement. Je ne quitte pas mon regard du sien même quand il se lève. Il est impressionnant, il est tellement grand et moi tellement petite. Ce qui n'a jamais été réellement différent depuis toujours, je me suis toujours sentie plus petite que les autres. Je lui rends son baiser comme il me le donne, reculant peu à peu, jusqu'à me cogner contre la table. Je me rattrape à elle pour ne pas tomber  alors qu'il se détache de moi. Je le regarde faire voler en éclat toutes les choppes que j'avais remplis sur le sol d'un simple revers de la main. Je fixe un moment le liquide se disperser sur le sol uniformément. Je pense à ce moment au patron et son visage qui ne doit ressembler qu'à une tomate ronde tellement il serait rouge.

Quand je quitte l'alcool des yeux qui est entrain de se répandre sur le sol et me tourne vers Amayas, il sourit. Un sourire charmeur. Alors que je ne m'y attends pas, je me retrouve sur le ventre, face contre table. Je n'ai pas vraiment compris ce qu'il s'est passé. Je lance un regard sur toute les personnes qui se trouvent autour, certaines nous regarde mais d'autre sont occupés à autre. L'instant d'après, je vois une serveuse partir, sûrement pour venir nettoyer les dégâts.

La serveuse disparaît de mon champ de vision et ma culotte descend lentement le long de mes jambes ne laissant plus que le champ libre à Amayas. Je ferme les yeux et me cambre légèrement en sentant les doigts du pirate glisser lentement le long de mon sexe. Je sens que mes jambes commencent légèrement à trembler… Un petit gémissement s'échappe d'entre mes lèvres lorsque sa langue devient aussi aventureuse que ses doigts. Je serre les poings et mords ma lèvre inférieure tout en restant cambrée.

_________________
Nilian bavarde avec vous en #3333ff mais pense en #9ED1FE.
Revenir en haut Aller en bas
Amayas Sorhan

avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Points Rp:
684/10000  (684/10000)
Point TPS: 15

MessageSujet: Re: Du rhum, des femmes et d'la bière, nom de Dieu! [Marlène]   Lun 14 Sep - 14:35

Le tintement du verre balayé par la serpillière, les rires et chansons paillardes qui résonnaient autour d'eux, la respiration saccadée et ampli d'envie de la serveuse devant nettoyer juste à côté de leurs ébats passionnés, tout ces sons et tout les sens qu'ils tentent de capturer sont bien trop fixés sur le centre du petit monde dans lequel lui et Marlène vivait en cet instant. Son toucher se délectait de la douceur de ses cuisses sur lesquelles ses mains glissent lentement, aimant sentir sa peau tressaillir. Son ouïe est partagé entre les gémissements de sa petite servante et le sang battant dans son propre corps. Son odorat est assailli par l'odeur de cette femme désirable, le doux parfum qu'elle avait dû appliquer soigneusement lorsqu'elle s'était préparé, tout comme celui de la femme au prise de l'envie. Et inutile de parler du goût, alors que sa bouche se faufile toujours plus entre ses cuisses, sa langue parcourant sans gêne sa zone de plaisir, accompagné de quelques doigts cherchant à offrir autant qu'elle lui avait déjà donné. Il la sentait réagir, alchimie complexe du corps humain sous les effet du plaisir. Il ne les comprenait pas totalement. Mais il avait appris à les apporter.

Mais le désir de l'homme, le désir du pirate, est plus du genre à vouloir prendre que donner. Et même avec toute la maîtrise qu'il ait, il ne pouvait que souhaiter plus. Toujours plus. Il se redresse donc lentement, faisant glisser sa bouche sur cette cuisses blanche et la sillonner de baiser, remontant sur cette croupe à se damné qu'il agrippe fermement de ses mains et mordille doucement pour s'amuser avant de reprendre sa course. Ses lèvres ne quitte pas ce corps délicat tandis qu'il redresse ses jambes, sa virilité venant frôler lentement ses jambes jusqu'à s'insinuer entre ses fesses. Il laisse le bout de sa langue remonter tout le long de son dos avant de venir lui bécoter à nouveau ses douces épaules et son cou avec passion. De son avant-bras il s’appuie sur la table au dessus de leurs têtes pour évité d'écraser la mignonne de son corps massif. L'autre saisi son sexe et le place contre le sien, par quelques mouvements de bassin, le faisant frotter de sa longueur, prêt à tout instant à conquérir toujours plus ce corps déjà sien.

« - Je n'aurai pu rêver mieux pour cette nuit... il est temps... »

Un chuchotement, presque un soupir qui n'appartenait qu'à elle, malgré le peu d'intimité qu'ils semblaient. Il pose à peine son gland gonflé d'envie à l'entrée de cette vulve si désireuse qu'il se sent glisser avec tant de facilité. Très lentement, il la pénètre, sans s'arrêter, lui offrant directement toute sa longueur jusqu'à sentir son bassin se coller contre son fessier rebondi. Il laisse lui-même s'échapper un soupir de satisfaction de se sentir ainsi enserrer par cette moiteur si délicieuse, de ce paradis poussant aux vices qui l’enveloppe. La main qui l'avait conduit vient la saisir par la hanche. Ainsi cramponné, il ressort tout aussi lentement, et presque entièrement, la venue tout aussi délicieuse que l'aller, mais pour mieux y retourner, cette fois-ci vivement, dans un coup le faisant buter contre son derrière dans un petit claquement sonore. Il fallait s'y attendre, le Furieux ne pouvait pas être que douceur. Et c'est ainsi qu'il commence à besogner sa petite servante. Dans un rythme bâtard entre lenteur et vivacité, laissant la surprise survenir à chaque coup de reins.
Revenir en haut Aller en bas
Nilian Ferkies

avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Points Rp:
1912/10000  (1912/10000)
Point TPS: 83

MessageSujet: Re: Du rhum, des femmes et d'la bière, nom de Dieu! [Marlène]   Sam 19 Sep - 8:58











Du rhum, des femmes et d'la bière, non de dieu !


Bien que nous soyons entouré de monde qui ne cesse de hurler ou de chanter, bien qu'une servante est entrain de nettoyer le sol à moins d'un mètre de nous, j'ai l'impression que tout cela a disparu. Je m'enferme dans cette bulle où ne se trouve que le pirate et moi-même. Je ne peux empêcher un frisson parcourir tout mon corps lorsqu'il me dépose des baisers le long de mes jambes. Je me crispe légèrement lorsque je le sens me mordre, bien que ce ne soit que par plaisir. Un sourire étire mes lèvres tandis que mes yeux restent clos pour savourer chaque parcelle de sa peau contre la mienne.

Pour mieux lui offrir mon épaule, je penche ma tête vers le côté opposé m'offrant entièrement à lui. Je pousse des petits soupirs de plaisir à chaque fois que nos peaux se rencontrent. Je vois son bras se poser juste au-dessus de mon tête, je le regarde un court instant avant d'y déposer un baiser ainsi que ma main. Lorsque je sens son sexe se poser lentement contre le mien, j'écarte les jambes pour lui laisser un champ plus libre et plus grand. Je me retrouve alors le buste couché sur la table tandis que mes jambes sont éloignées l'une de l'autre et pour être à se hauteur, je me retrouve sur la pointe des pieds.  Je pousse de petits gémissement en sentant sa virilité se frotter lentement contre mon intimité.

- Je n'aurais pu rêver mieux pour cette nuit… Il est temps...

Je souris de toute mes dents à ce qui ressemble, pour moi, un compliment, surtout venant d'un pirate. Quand ils rentrent lentement en moi, je serre lentement ma main sur son avant-bras en me mordant doucement la lèvre inférieur de plaisir. Je colle moi aussi mon bassin contre le sien avant de m'avancer lentement  Je me disais bien que la douceur dont il faisait preuve jusqu'à maintenant ne pouvait être que de courte durer et j'en fais les frais lors de son deuxième coup de bassin qui fait tanguer la table et me fait pousser un petit cri. Je pose mon front contre son avant-bras. Je ne peux évidemment pas prévenir lorsqu'il sera doux ou brusque…

Quand il décide d'être doux, je pousse des gémissements en lui caressant son bras et sa main sur ma hanche alors que lorsqu'il donne de violent coup de bassin je pousse des cris de plaisir ne faisant plus des caresses mais serrant ses membres que je tiens fermement alors que je tente de temps en temps de reprendre mon souffle. Mais je ne m'arrête pas là pour autant, bien que ses coups peuvent être violent, je ne peux m'empêcher d'en réclamer d'avantage.

_________________
Nilian bavarde avec vous en #3333ff mais pense en #9ED1FE.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Du rhum, des femmes et d'la bière, nom de Dieu! [Marlène]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Du rhum, des femmes et d'la bière, nom de Dieu! [Marlène]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Du rhum des femmes et d'la bouffe nom de dieu
» [EVENT] Du rhum, des femmes, et d'la bière nom de Dieu! [Kris]
» Du rhum, des femmes et de la bière non de Dieu ! ♫ [Validée]
» Du Rhum, des femmes, de la bière nom de Dieu !
» Du Rhum, des Femmmes et d'la bière nom de dieu! [X]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ville basse-