AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Bien que des pétales s'épanouissent dans le feu (PV Samaël)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nahalya

avatar


Identité
Maitre/Hybride de: Irène M. Calysto
Points Rp:
20/10000  (20/10000)
Point TPS:

MessageSujet: Bien que des pétales s'épanouissent dans le feu (PV Samaël)   Dim 26 Juil - 14:10

Voici quelques jours et quelques nuits que je passe mon temps à me cacher sans jamais oser demander quoique ce soit.

Je n'ai toujours pas mangé. J'ai juste bu et je me suis juste lavée dans un ru très éloigné de toute civilisation. La nuit dernière, je me suis lavée en même temps que ma robe puis ma cape. Lovée au pied d'un cèdre, je me suis endormie dans le plus simple appareil. Les longs bras écorcés de cet arbre m'a permis d'y étendre mes vêtements afin de les faire sécher au gré du vent. Aujourd'hui ? Je me suis levée aux premiers rayons de l'astre diurne afin d'y enfiler mon sous-vêtement puis ma longue et ample robe blanche bordée de rouge, aux épaules dénudées, sans omettre mes petites ballerines noires et ma cape à capuche gris anthracite. Le fait de m'étirer lentement dans tous les sens possibles et imaginables, me rappelle que ce que j'aime plus que tout me manque. L'ensorcellement, le plaisir des yeux que j'offre à ces soiffards par mon métier. La danse. Oh pas celle qui est simple est banale. Non plus celle qui se danse dans les rues, bien que je puisse m'y exécuter si l'on venait à me le demander. Non moi je vous parle de celle qui a besoin de ses mouvements souples, agiles, compliqués. Celle qui vous fait oublier la boisson l'espace d'un instant, celle qui vous fait oublier ce pourquoi vous êtes là. Mes muscles me la réclament à corps et à cris. Oui, je me dois de me remettre au travail.

Non je ne reviendrai pas momentanément à Kahoran. Le temps de me faire oublier, pardonner. A moins que l'auberge ne change de propriétaire. Cette fois, mes pas m'amènent vers le Port d'Emid.  Là au moins, j'ai plus de chance que personne ne me connaisse. Le temps que j'y arrive, la journée est bien avancée aux vues de la luminosité dans le ciel. Ce qui d'ailleurs, me permet de voir que l'auberge n'est point fermée. Une chance pour moi. Mais va-t-elle durer ?

Je ne mets pas longtemps à convaincre l'aubergiste de m'employer le temps d'une soirée. Bien qu'au début il hésite un peu puisqu'il ne voit pas mon visage. Je n'ai qu'à ôter ma capuche et de le regarder droit dans les yeux. C'est à cet instant qu'une petite demoiselle arrive et lui tire sur le tablier en disant "Papa !". Une hybride. Ainsi donc, cet humain n'est pas tant hostile. Je l'assure que je ne demande pas d'argent. Juste de quoi me reposer et me sustenter. Il accepte facilement, une larme à l'oeil à l'oeil. La petite, Mina, hybride louve noire, heureuse, me tire par le bras et m'amène dans l'arrière boutique. Mina me supplie de porter la robe mauve aux reflets argentés qu'elle me tend, prétextant qu'elle appartenait à sa mère, disparue depuis un mois.

Pendant ce temps, l'auberge se remplie petit à petit. Mes oreilles en frémissent. Des effluves de tabac plus ou moins fort me parviennent aux narines. Une fois mes affaires d'origine sont emballés dans un baluchon offert par Mina, j'entre dans la salle.

Je me rends seulement compte que la pièce est moyenne, qu'il y a déjà beaucoup de monde. Ne connaissant pas le lieu, je ne peux m'empêcher de regarder s'il y a une quelconque issue de secours en cas d'urgence. Rien. J'embrasse le front de la demoiselle m'ayant offert cette robe magnifique à mon goût, simple aux yeux des autres, tout en lui disant que ce n'est pas un endroit pour elle.

La cheminée est sur ma gauche, la petite estrade sur ma droite. A l'opposé. Je m'y rends tranquillement, sans cape, mes pas se faisant lents, ne laissant paraître aucune émotion. Comme si je ne voyais personne. Maintenant plus rien n'a d'importance pour moi. Rien que la danse. offrir un spectacle que les clients n'oublieront pas. Rien que pour cela, je suis sûre de moi. Même si aucune issue de secours en  dehors de la porte d'entrée n'est accessible.

Je m'allonge sur le dos, main droite posée sur le coeur, jambe gauche pliée au point où le pied est à plat sur le sol. Je respire calmement, le temps de préparer mes différents pas en une fraction de seconde.

L'aubergiste va faire démarrer les musiciens dans quelques instants. Une musique commençant lentement, allant crescendo.
Revenir en haut Aller en bas
 

Bien que des pétales s'épanouissent dans le feu (PV Samaël)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [COURS] Apprendre à survivre en milieu hostile
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» Réfléchie bien !
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]
» Vous dirai-je « tu », ou bien me diras-tu « vous » ? »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Auberge du Narval Rieur-