AccueilCarteS'enregistrerConnexion
Derniers sujets

Partagez | 
 

 On se taille une bavette entre esclaves (PV : Nariel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Isval


avatar


Identité
Maitre/Hybride de: Dralian Valerran
Où me trouver ?: Sombreterre
DC(s): Olfurr Merem

MessageSujet: On se taille une bavette entre esclaves (PV : Nariel)   Mer 10 Jan - 17:56

Isval ne tenait pas en place. C’était la veille du deuxième jour du marché doré, il allait être vendu le lendemain. La perspective de découvrir un nouveau lieu et de rencontrer d’autres personnes était hautement plaisante pour l’hybride. Cette dernière journée d’attente dans la cage de sa cellule lui semblait presque insoutenable. Il était un coup assis, un coup debout. Cela faisait un mois qu’il était dans cette cellule à mourir d’ennuis, ayant trouvé pour seule occupation de tenter d’apprendre par cœur les habitudes de chaque marin et chaque esclave en écoutant ce qu’il se passait sur le bateau. Là la plupart des marins étaient en ville, laissant les esclaves ronger leur frein, enfermés. Enfin sauf pour les chanceux qui avaient pu sortir dès le premier jour. Il n’avait donc rien à faire et n’avait nulle envie de dormir.

Alors qu’il remuait encore et toujours de sombres pensées, Isval aperçu une femme qui se déplaçait dans la calle. Déjà voir quelqu’un dans la calle en ce jour était très étonnant, mais ce qui retint particulièrement l’attention d’Isval était le collier que cette dernière portait autour du coup, et le fait que ce soit une furry. D’après le collier et son accoutrement cela semblait être une esclave, une esclave de prix, mais ce n’était pas une hybride et en plus elle semblait marcher en liberté dans le bateau. Elle observait la coque et le bateau en lui-même. L’hybride renard était donc debout dans sa cellule, les mains accrochés aux barreaux et attendit que la femme chèvre passe à son niveau. Il avait les oreilles bien droites, sa queue battant l’air derrière lui. Ses yeux reflétaient un orange intense lorsqu’il lui parla :

Bonjour belle dame, dites-moi que faites-vous donc sur ce navire ? Vous avez l’air d’être dans la même triste situation que moi et pourtant vous vous déplacer en liberté dans le bateau, de plus vous n’êtes pas hybride. Puis-je vous demander qui vous êtes ? Et si vous êtes bien dans la même situation que moi, comment en êtes-vous arrivez là ? Je n’ai jamais vu d’esclave pleinement furry ou pleinement humain. Si je me suis trompé s’il vous plait n’en prenez pas ombrage, votre collier est le même que ceux que le squale fait porter à ses esclaves.

Ce n’est pas parce qu’on est enfermé dans une cage minuscule et priver de sa liberté que l’on doit devenir stupide et rustre. Isval s’adressa à la chèvre avec courtoisie, mais il ne pouvait pas cacher sa curiosité avide, même à quelqu’un qui ne connaissait pas ses yeux. La voix d’Isval était rauque, signe qu’il n’avait pas parlé depuis longtemps et se cassa légèrement sur la fin. Au fur et à mesure qu’il parlait le mauvais état de sa voix l’agaçait, ce qui teinta de rouge le pourtour de ses yeux, mais il n’y avait aucun autre signe montrant qu’il était agacé. Il se racla la gorge une fois sa phrase terminée.
Revenir en haut Aller en bas
Nariel


avatar


Identité
Maitre/Hybride de: personne
Où me trouver ?:
DC(s): 0

MessageSujet: Re: On se taille une bavette entre esclaves (PV : Nariel)   Jeu 11 Jan - 15:13

Nariel était depuis peu au service de Marilianna. La jeune chèvre était charpentière esclave. Du coup, son job consistait en l'entretien du navire. Elle savait bien ce qu'il se trouvait au font de la calle. D'autre esclave. En rien, elle n'en fut offusquer de voir d'autre être ainsi enfermer. Elle était elle même prisonnière et en rien, on leur faisait du mal.

Ainsi, la voila parti remplacer une poutre en bois attaquer par le moisie. Passant devant les cages, elle s'arreta devant la pièce à changer, devant un hybride renard fort mignon. Ce fut lui qui aborda en premier, la questionnant sur sa présence et son accoutrement.

Isval : Bonjour belle dame, dites-moi que faites-vous donc sur ce navire ? Vous avez l’air d’être dans la même triste situation que moi et pourtant vous vous déplacer en liberté dans le bateau, de plus vous n’êtes pas hybride. Puis-je vous demander qui vous êtes ? Et si vous êtes bien dans la même situation que moi, comment en êtes-vous arrivez là ? Je n’ai jamais vu d’esclave pleinement furry ou pleinement humain. Si je me suis trompé s’il vous plait n’en prenez pas ombrage, votre collier est le même que ceux que le squale fait porter à ses esclaves.

Quel parleur. On sentait qu'il y mettait les formes et qu'il avait reçu un peu d'éducation. En tout cas, la queue de la chèvre remua, contente du compliment.

Nariel : Bonjour. Je m'appelle Nariel et toi ? Je suis l'esclave et charpentière de Marilianna. Je m'assure que son navire flotte.

Dit elle en arrachant le bois malade avec un pieds de biche.

Nariel : Je suis esclave en payment de la liberté de mon père. Et toi donc ? Tu viens d'une ferme ?

Puis elle alla s'assoire devant la cage du garçon, taillant alors la pièce neuve pour qu'elle rentre dans les joints.

Nariel : Bien que furry, on peut être plus libre, mais mon sort me conviens. Maitresse est fort gentille et je taille du bois. J'aime le travail du bois. On sent tout la majester de cette matière à la travailler ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.furaffinity.net/user/gadjil974/
Isval


avatar


Identité
Maitre/Hybride de: Dralian Valerran
Où me trouver ?: Sombreterre
DC(s): Olfurr Merem

MessageSujet: Re: On se taille une bavette entre esclaves (PV : Nariel)   Jeu 11 Jan - 20:05

Je me nomme Isval !

La furry avait l’air contente et ouverte à la discussion, rien de mieux pour tirer Isval de l’ennui mortel dans lequel il était plongé. Très enthousiasmé, l’hybride resta dans la même position et continua sa discussion :

J’ai été élevé dans la province du Tasanko par mes parents : une renarde et un humain. Ils m’ont toujours tenu à l’écart de toutes ses affaires d’esclaves et de maitres, ce qui fait que je ne suis esclave que depuis deux mois. Cette vie me dégoute et je ne comprends pas comment toi-même tu peux t’en contenter. Après étant hybride je suis esclave par défaut sans possibilité de vivre autrement, alors on fait avec. Mais mes parents ont aiguisé mon esprit et mes connaissances, je suis clairement capable de tracer mon chemin malgré toutes les contraintes de la vie d’esclave.

Isval observa l’esclave se mettre au travail sur sa pièce de bois. Comme la furry chèvre s’était assis, il s’assit lui aussi, en tailleur  dans sa cellule. Ses yeux reprenaient un orange absolu à mesure que sa voix redevenait normale.

Mon père était ébéniste, je sais moi aussi travailler le bois et j’aime bien, mais ce n’est pas mon premier plaisir comme ça a l’air d’être le tien. De plus je ne me sentirais pas capable de m’occuper d’un quelconque navire, après l’idée d’apprendre ne me déplairait pas.

Cette furry semblait gentille, mais elle n’avait pas non plus l’air très éveillé pour se satisfaire d’une vie d’esclavage. Elle semblait ne vivre que pour travailler le bois et servir son maitre. Une telle servilité hérissait le poil d’Isval, mais il passa outre, il avait trop besoin de cette jolie chèvre pour s’occuper. Elle pouvait peut-être aussi lui apprendre une ou deux choses.

Tu dis que tu es devenu esclave en paiement de la dette de ton père ? Mais comment est-ce possible ? il est possible d’être vendu comme esclave lorsqu’on est un furry ? Qui pouvait bien avoir suffisamment de droits sur toi pour te vendre ? Tu n’es pas un objet à la base, si ?

Revenir en haut Aller en bas
Nariel


avatar


Identité
Maitre/Hybride de: personne
Où me trouver ?:
DC(s): 0

MessageSujet: Re: On se taille une bavette entre esclaves (PV : Nariel)   Ven 12 Jan - 6:32

Isval ? C'était un jolie nom. Nariel écouta donc son histoire. Ainsi, il était bien né de la relation humain/furry mais pas d'une ferme de production d'hybride. Mais contrairement à la femelle, le renard n'aimait pas sq vie. En même temps, ce n'était pas comparable.

Nariel : Je l'ai fait pour mon père. Sinon je serai pas là. C'est tout. J'accepte cette vie.

La chèvre se posa alors contre les barreaux de la cage de Isval. L'hybride pourrait très bien la toucher du coup, mais elle ne pensaot pas que le renard puisse lui vouloir du mal.

Son père travaillait le bois ? Cela l'intéressait en effet Nariel qui posa son bois pour l'écouter plus en détaille.

Puis elle hocha de la tête. Son collier d'esclave était le preuve de sa servitude.

Nariel : Si tu commais un crime, tu peux être esclave en payment de ta dette. Humain et furry n'y coup pas. C'est moi même qui est choisi de donner ma vie pour mon père. Alors même si j'aurai été vendu dans un bar à pute, je serai heureuse car ce serait pas mon père qui si retrouvreait.

Elle passa alors ses mains au travers des barreau et elle vient lui prendre ses oreilles pour lui gratouiller. Les renard étaient de réputation très calin et sensible au oreilles.

Nariel : tu es si gentil. Mais ce monde est fait ainsi c'est tout. De plus puissant que toi peuvent te soumettre ou pire. Mariliana est une bonne maitresse. Stricte, mais gentille. J'aurai bien aimer réaliser mes petit fantasme mais j'ai pas le droit.

Puis elle passa son museau et elle déposa un bisou dans les cheveux dorées de l'hybride.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.furaffinity.net/user/gadjil974/
Isval


avatar


Identité
Maitre/Hybride de: Dralian Valerran
Où me trouver ?: Sombreterre
DC(s): Olfurr Merem

MessageSujet: Re: On se taille une bavette entre esclaves (PV : Nariel)   Ven 12 Jan - 16:04

Isval ne comprenait pas, comment pouvait on se contenter d'une vie d'esclavage et de servitude, privé de toute liberté. Alors que pourtant cette furry aurait pu vivre normalement en d'autres circonstances, étonnant. Donc ici quiconque peut devenir esclave, sur désir ou par décision de justice. Vu qu'il n'en avait jamais vu d'autre il doutait que cela soit vrai partout, ce devait être la législation sur cette île.

Pendant qu'il réfléchissait à cela il observait la furry qui se déplaçait contre les barreaux de la cellule. Il haussa un sourcil et se demanda ce qu'elle faisait. C'est alors que ses mains traversèrent les barreaux et attrapèrent les oreilles de l'hybride :

Quoi ?... Que ? Comment ?!


Les yeux d'Isval passèrent instantanément de l'orange au bleu. Il était infiniment surpris et ne comprenait pas ce que faisait Nariel.

Elle se mit à lui gratter les oreilles.

Isval baignait dans l'incompréhension. Personne ne l'avait traité ainsi depuis au moins dix ans, et c'était sa mère. L'hybride était infiniment gêné par ce contact. Ses oreilles étaient très très sensibles ce qui était plutôt plaisant mais désagréable à la fois pour l'hybride.

Tous les muscles du demi-renard se contractèrent, il serra et déserra les points. Ses yeux glissèrent un très cour instant vers sa traîtresse de queue qui battait tranquillement contre le sol de la cellule, montrant que le contact lui était tout de même agréable. Ensuite ses yeux revinrent se visser dans ceux de Nariel. Le contact dura de nombreuses secondes qui semblèrent une éternité à Isval, il écouta à peine les paroles de la chèvre, puis elle déposa ses lèvres sur les cheveux de l'hybride. Cela électrisa ce dernier et une coloration rouge envahit ses pommettes. Mais cela brisa aussi le moment et Isval se dégagea vivement des mains de Nariel. Il était du coup assis le dos contre la parois de sa cellule, les joues rouges, les oreilles droites. Ses yeux reprenaient progressivement leur teinte normal, quoique mêlé de rose.

Mais qu'est ce que tu viens de faire ?! Pourquoi ?!


Isval était agacé d'avoir perdu la maîtrise de lui même, agacé aussi d'avoir posé ces deux questions stupides d'une voix tremblante. Ses yeux prenaient aussi une teinte rouge du coup ce qui faisait un prisme étonnant. Il ne voulait plus laisser quiconque le toucher de cette façon.
Revenir en haut Aller en bas
Nariel


avatar


Identité
Maitre/Hybride de: personne
Où me trouver ?:
DC(s): 0

MessageSujet: Re: On se taille une bavette entre esclaves (PV : Nariel)   Sam 13 Jan - 7:45

Nariel savait que les renard était sensibles des oreilles, mais elle aurait pas cru faire attendre un tel niveau de plaisir à Ivesl. C'était en tout cas qu'elle croyait. En bavardant, elle ne fit pas gaffe au yeux qui changeait de couleur, se concentrant sur ses doigts qui frottait la peau de ses oreilles pointues.

Mais soudain, il recula au font de sa cellule. Son visage changea pour l'incompréhension ou la colère envers la chèvre.

Ivesl : Mais qu'est ce que tu viens de faire ?! Pourquoi ?!

Nariel comprit pas trop se changement soudain de sentiment. Gêner, elle s'éloigna un peu de la cage avec son morceau de bois.

Nariel : Je... je suis désolé... Je pensais te faire plaisir. Te réconforté comme tu semblais pas aimer ta situation...

Cette fois, elle vit le changement de couleur de ses yeux. D'où venait cette singularité ? Il changeait de couleur ou juste le reflet de la lumière colorait ou montrait une teinte de couleur déjà présent dans son iris ? Mais là, elle n'avait pas envie de poser ce genre de question. Elle se tourna et reprit son travail en laissant le renard. Il pouvait entendre son tournevis creuser doucement le bois avec une mèche de 12 pour y faire glisser le nouveau clou. Si il y avait une nouvelle discutions, ce serait à Ivesl de la lancer, s'il se sentait près. De toute façon, elle allait devoir revenir encore après devant sa cage car son travail va être un peu long.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.furaffinity.net/user/gadjil974/
Isval


avatar


Identité
Maitre/Hybride de: Dralian Valerran
Où me trouver ?: Sombreterre
DC(s): Olfurr Merem

MessageSujet: Re: On se taille une bavette entre esclaves (PV : Nariel)   Sam 13 Jan - 14:55

Isval regarda la furry s’éloigner en se laissant retomber assis dans sa cellule.
Que venait-il de se passer ? La furry chèvre l’avait touché, l’avait frotté, gratouillé. La sensation était si forte, il ne comprenait pas. Il essaya de refaire la même chose avec sa propre main, ses oreilles étaient en effet très sensibles, ça il le savait, mais cela n’avait pas d’équivalent avec la sensation des mains de la chèvre dans ses oreilles. La sensation avait été agréable, il était obligé de le reconnaitre. Mais il s’était senti à la merci de Nariel, comme s’il ne pouvait rien faire du tout, comme si les mains qui le caressaient le retenaient plus surement que des chaines. Définitivement, entre la gêne de la proximité et cet afflux de sensations, il préférait qu’on ne le touche pas. Il n’était décidément pas tactile.

Isval s’en voulait un peu d’avoir été si violent avec la chèvre, qui n’avait pas de mauvaises intentions. Il s’en voulait aussi de s’être autant laissé aller à ses émotions. L’état d’esprit de la chèvre lui importait assez peu, mais il avait perdu sa compagne de discussion, et la regarder travailler le bois ne l’occuperait pas beaucoup. Il rumina plusieurs minutes ses pensées, puis il interpela la furry alors qu’elle passait à proximité.

Nariel ! Je suis désolé d’avoir été si violent. Je n’ai pas l’habitude qu’on me touche de cette façon et l’effet était… particulier. J’ai été emporté par mes émotions. Par contre si tu pouvais éviter de me retoucher de cette façon je t’en serais reconnaissant. Non pas que c’était désagréable, mais je préfèrerais tout de même que tu évites.

Pendant qu’il parlait, les yeux d’Isval avaient une teinte d’un mauve un peu pâle, légèrement cerclés de rose. Il s’était relevé et approché des barreaux pour parler, sa queue était immobile derrière lui et ses oreilles assez basses.
Revenir en haut Aller en bas
Nariel


avatar


Identité
Maitre/Hybride de: personne
Où me trouver ?:
DC(s): 0

MessageSujet: Re: On se taille une bavette entre esclaves (PV : Nariel)   Dim 14 Jan - 7:25

Il se passa un léger moment avant que Nariel entendit le renard dans son dos.

Ivasl : Nariel ! Je suis désolé d’avoir été si violent. Je n’ai pas l’habitude qu’on me touche de cette façon et l’effet était… particulier. J’ai été emporté par mes émotions. Par contre si tu pouvais éviter de me retoucher de cette façon je t’en serais reconnaissant. Non pas que c’était désagréable, mais je préfèrerais tout de même que tu évites.


Pendant ce temps, la chèvre avait fini de préparer sa pièce de bois. Elle la posa sur son emplacement pour être sur que tout soit parfait, avant de se retourner et de la poser sur le près d'un seau d'huile et goudron puant. Il fallait traiter le bois contre l’humidité, sinon cela recommencerait.

Nariel : D'accord... Je suis désolée encore. Je pensais te faire du bien et non du mal.


Avec un gros pinceau, elle badigeonna le bois. Mais elle avait du temps avant que sa sèche et qu'il fasse repasser la seconde couche. Aussi, avec le bois mort, elle coupa la parti malade et elle sortit son petit couteau.

Nariel : Tu veux une figurine ? Autant que ce bois serve à quelque chose. Tu veux quoi comme espèce ?


Dit elle en retournant s'assoir contre la grille de la cage.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.furaffinity.net/user/gadjil974/
Isval


avatar


Identité
Maitre/Hybride de: Dralian Valerran
Où me trouver ?: Sombreterre
DC(s): Olfurr Merem

MessageSujet: Re: On se taille une bavette entre esclaves (PV : Nariel)   Dim 14 Jan - 12:16

La furry chèvre répondit à Isval en continuant à traveiller. Ce dernier était légèrement triste, il risquait de perdre sa compagne de discussion, or dans ce cas il risquait de mourir d’ennui. Cela pour la seule raison qu’il ne savait pas se maitriser. Quelle idée avait-elle eu de lui gratouiller les oreilles aussi ? Mais l’esclave voyait qu’elle ne comprenait pas. Il resta face au barreau, ses yeux toujours mauves, et il essaya de lui expliquer :

Mais tu ne m’as pas fait de mal, du tout. C’était même… plutôt agréable. C’est juste que je n’apprécie pas trop qu’on me touche de façon générale, particulièrement aux endroits sensibles, je n’y suis pas habitué.


Au grand soulagement de l’hybride, la chèvre revint s’adosser à sa cellule. Elle lui proposait une figurine. Isval réfléchit, il aimait bien le bois, mais ce qui l’aurait le plus amusé c’aurait été de la tailler lui-même la figurine. Cela faisait longtemps qu’il ne s’était pas adonné à cet exercice et il aimait bien. Le problème c’est que si elle lui laissait un morceau de bois et un couteau, les deux s’exposaient à des représailles, le requin avait peut-être l’air gentille, mais il y avait des limites à ne pas dépasser. Tant pis, il s’occuperait en la regardant tailler. Ce cheminement de pensé ne dura qu’un infime instant, Isval se demandait surtout quel animal il pouvait demander. Il s’était rassit au niveau de la furry, jouant machinalement avec le bout de sa queue alors qu’il réfléchissait.

Peux-tu me faire un aigle ? Ou un quelconque grand oiseau comme celui-là, ce genre d’oiseau qui chasse par monts et par vaux, libre comme l’air. Cela serait un joli symbole. Par contre, je ne pense pas pouvoir l’emmener avec moi, je pars demain et je risque de ne pas remonter sur ce bateau. Ce serait en tous cas très gentil.

Et très franchement il n’espérait pas remonter sur ce bateau. Mais il n’allait pas le dire à la furry, c’aurait été prendre le risque de l’offenser encore une fois et il préférait éviter.
Lorsque Nariel se mettait à tailler, il lui posa une question. Isval n’allait pas laisser passer cette occasion d’en apprendre un peu plus sur l’île dans laquelle il se retrouverait bientôt plonger.

Peux-tu me décrire l’extérieur, l’île, la ville ? Voudrais-tu bien m’en apprendre plus sur cet endroit qui m’est inconnu, je sais juste que c’est un endroit riche et qu’il s’y passe un grand marché.


Les yeux de l’hybride avait doucement repris une coloration orange, ils étaient désormais cerclés de cette couleur.
Revenir en haut Aller en bas
Nariel


avatar


Identité
Maitre/Hybride de: personne
Où me trouver ?:
DC(s): 0

MessageSujet: Re: On se taille une bavette entre esclaves (PV : Nariel)   Lun 15 Jan - 6:44

Isval :Mais tu ne m’as pas fait de mal, du tout. C’était même… plutôt agréable. C’est juste que je n’apprécie pas trop qu’on me touche de façon générale, particulièrement aux endroits sensibles, je n’y suis pas habitué.

Nariel hocha de la tête. Elle ne lui gratouillerait donc plus les oreilles, mais dans l'autre sens s'était possible.

Nariel : Moi j'aime bien, alors n'hésite pas.

Si le renard avait tout de même des envies de câlin, il pouvait caresser la chèvre.

Mais oui, il fallait pas rêver. Nariel allait pas donner un tel outils dans les mains de Isval. Pas folle, elle allait se faire punir à coup sur.

Isval : Peux-tu me faire un aigle ? Ou un quelconque grand oiseau comme celui-là, ce genre d’oiseau qui chasse par monts et par vaux, libre comme l’air. Cela serait un joli symbole. Par contre, je ne pense pas pouvoir l’emmener avec moi, je pars demain et je risque de ne pas remonter sur ce bateau. Ce serait en tous cas très gentil.

Nariel : Un aigle ? Pas de problème ! Mais je peux m'arranger pour te la donner après ton achat et comme cela tu pourras le cacher dans un coin.


Elle commença donc par la tête de l'oiseau. Très vite, un bec et un tête allonger et fine se forma dans le bois. Cela restait grossier, mais on arrivait à deviner les formes.

Profitant donc qu'ils avait du temps, Isval en profita pour demander comment était l'île. Vaste question... cette île était si complexe....

Nariel : Et bien... cette île est très complexe. Tout n'est que opulance. Les batiments sont le richements décorer pour montrer sa richesse. Beaucoups de choses appartienne au roi. Les lois sont si strict que la pauvretée est un crime. Toute fois, le pays est si riche que l'ont trouve tout et il y fait bon vivre si on à des sous.

C'était ultra exaustif, mais elle aurait besoin de plusieur heure pour tout expliquer. Elle devant d'attaquer la forme des ails
Pour la soliditée, elle les laissa fermer, plutot que déployer. Puis elle regarda le renard et lui proposa :

Nariel : Si tu as soif, je peux te proposer un peu de mon lait.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.furaffinity.net/user/gadjil974/
Isval


avatar


Identité
Maitre/Hybride de: Dralian Valerran
Où me trouver ?: Sombreterre
DC(s): Olfurr Merem

MessageSujet: Re: On se taille une bavette entre esclaves (PV : Nariel)   Lun 15 Jan - 21:00

Lorsque la chèvre lui proposé de la caresser Isval n’eut aucune réaction. Dans quel univers il oserait emmener sa main jusqu’à caresser la furry, il n’allait clairement pas s’y risquer. Alors qu’il pensait cela, il imagina, par association d’idées, qu’un maitre était en droit de lui demander ce genre de choses, cela lui donna des frissons. En y réfléchissant l’idée de caresser quelqu’un lui était moins dérangeante que de se faire caresser. Tout de même, s’il pouvait éviter il éviterait.

Nariel semblait plutôt efficace dans son travail, elle obtint rapidement une forme convenable avec son bout de bois. Isval sentait en la regardant travailler qu’il y avait de la pratique derrière cette maitrise. Il écouta attentivement la réponse de Nariel à sa question. Cel semblait être un résumer intéressant, ainsi la pauvreté était carrément illégale sur l’île, c’était sans doute le meilleur moyen pour devenir esclave, supposait-il. Le fait que cette île soit un milieu de riches n’était pas pour déplaire à l’hybride, il allait ainsi être acheter par un maitre riche. Même si la richesse n’avait aucune influence positive sur le tempérament, on pouvait supposer qu’i lavait plus de chance de vivre convenablement dans un milieu d’opulence que dans un milieu moyen.

C’est alors que Nariel lui proposa son lait. Il y eu un moment de flottement dans l’esprit d’Isval, avant qu’il comprenne qu’elle lui proposait vraiment de boire le lait provenant de son sein. Cette chèvre était vraiment étrange. Le silence qui suivit la proposition pouvait être mal interprété, mais les yeux de l’hybride se teintèrent d’orange sur le pourtour.

Ton… lait ? Non merci je n’ai pas particulièrement soif.

D’autant plus que boire le lait de la chèvre impliquait boire au sein, il ne voyait pas bien comment faire autrement. L’idée lui donnait des frissons. L’érudit qu’il était se posa une question, comment pouvait-elle avoir du lait ?

Comment peux-tu avoir du lait à proposer d’ailleurs ? N’es-tu pas censé produire du lait uniquement pour allaiter ton enfant ? A moins que tu n’aies accouché récemment.
Revenir en haut Aller en bas
Nariel


avatar


Identité
Maitre/Hybride de: personne
Où me trouver ?:
DC(s): 0

MessageSujet: Re: On se taille une bavette entre esclaves (PV : Nariel)   Jeu 18 Jan - 7:18

Nariel se disait que Ivsel était vraiment pas du tout tactile. Le pauvre... s'il savait sur quel genre de maitre il pouvait tomber. Un gros pervers pourra le violer tout les jours, et ce même s'il était hétéro. Du coup elle insista pas plus que cela. A leur côté, d'autre esclave n'avaient pas les mêmes scupules. Cetain avait bien envie de se taper la chèvres.

Du coup, elle se mit à travailler sur l'aigle. Rapidement, elle obtenu une forme d'oiseau, avant qu'elle commmence à lui faire les léger détaille du visage.

Isvel ne fut pas non plus très chaud de boire du lait. Cela lui fit poser plein de question sur Nariel, a croire que le renard ne pouvait consevoir une telle possibilité.

Isvel : Comment peux-tu avoir du lait à proposer d’ailleurs ? N’es-tu pas censé produire du lait uniquement pour allaiter ton enfant ? A moins que tu n’aies accouché récemment.

Nariel : Rien de tout cela. J'en produit naturelment, pour le plus grand bonheur de notre capitaine.


Dit elle en murmurant.

Esclave : Moi j'en veux bien. Je peux même te donner plein plaisir hérhér.

C'était un hybride loup, dans la cage voisine. Il venait de tendre ses mains pour toucher un sein de Nariel, sans lui demander. Aussitôt, elle recula et lui donna un coup de sabot.

Nariel : Bas les pattes ! Je propose pas à des type comme toi !
Même si au font... elle adorait ça...

Revenir en haut Aller en bas
https://www.furaffinity.net/user/gadjil974/
Isval


avatar


Identité
Maitre/Hybride de: Dralian Valerran
Où me trouver ?: Sombreterre
DC(s): Olfurr Merem

MessageSujet: Re: On se taille une bavette entre esclaves (PV : Nariel)   Jeu 18 Jan - 14:30

Isval était assis contre les barreaux de sa cage, les bras croisés. Il existait vraiment des personnes étranges, il se demandait ce qu'il allait pouvoir rencontrer d'autre. Cette chèvre produisait donc toujours du lait, et la capitaine en profitait. L'image du requin tétant le sein de la chèvre arracha un sourire à l'esclave, bien que cela ne devait pas être bien agréable pour Nariel.

Lorsque l'hybride loup parla, Isval lui jeta un regard de pur mépris, un mépris écrasant. Ses yeux s'étaient légèrement colorés de rouge sur le pourtour. Cet être ne valait guère plus qu'un animal. L'esclave accordait une grande importance à la liberté, qu'il essaierait de conserver au maximum malgré son statut. Mais entre esclaves personne n'avait de droit sur personne et le geste du loup outra Isval. C'était un animal dominé par ses pulsions, le genre de créature qui mérite son statut d'objet.

Nariel repoussa bien sûr cet importun, pas vigoureusement, mais elle n'allait pas se laisser toucher par cette bête.

Après cela Isval ne savait plus quoi dire. Cette discussion avec la chèvre avait été intéressante et riche en rebondissements, mais là son inspiration se tarissait. Il n'avait plus d'idée de conversation. De surcroît la furry semblait plus tournée vers le contact physique que sur la discussion. L'ennui de cet état de fait était qu'il allait de nouveau se retrouver seul face aux barreaux de sa cellule, et qu'il ne faisait pas encore nuit. Après il n'allait pas non plus la monopoliser as vitam eternam et les autres commençaient à se montrer gênant, il aurait tellement aimé un peu de solitude. Rien qu'y penser noircit l'humeur de l'esclave, il aurait donner tellement de choses pour une bonne bouffé de vrai solitude. Ses yeux palirent,  et il regarda la chèvre travailler sans mot dire, les oreilles légèrement basses.
Revenir en haut Aller en bas
Nariel


avatar


Identité
Maitre/Hybride de: personne
Où me trouver ?:
DC(s): 0

MessageSujet: Re: On se taille une bavette entre esclaves (PV : Nariel)   Mar 23 Jan - 19:42

L’incident clos et surtout, le coup était un avertissement sévère à celui qui aurait envie de la toucher. Bon elle aurait surement aimer se faire prendre dans un coin, mais Marilianna à dit non ! Et du c'est non... La dessus, la discutions avec Isval semblait terminer. Aussi, elle termina son aigle.

Nariel : Tiens. Je te le repasserai après ta vente.

L’aigle était vraiment bien fait. Grossier dans ses détailles, mais la chèvre ne s'était pas trompée dans les proportions et s'était assez travailler pour reconnaitre un bec, des yeux, des plume et des pattes. Du coup, elle se releva, devant continuer de réparer le vaisseau de sa capitaine.

Nariel : Ce fut un plaisir Isvel.  

L'esclave salua l'esclave et s'en retourna à son bois.

***

Quelque temps plus tard, Isval alla se reposer dans son lit, sauf que cette fois, il y trouva une masse sous son oreiller. Il trouva alors la statuette en bois d'aigle que lui avait fait Nariel. Comme elle s'était retrouvée là ? C'était un secret.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.furaffinity.net/user/gadjil974/
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: On se taille une bavette entre esclaves (PV : Nariel)   

Revenir en haut Aller en bas
 

On se taille une bavette entre esclaves (PV : Nariel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens
» ENTRE LA DROITE REVOLUTIONAIRE ET LA GAUCHE REACTIONAIRE ??
» Relations entre Politique, CIA et le Sida

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Fend les Vagues-