AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cœur de glace et yeux de braises. [pv Azzan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Prémisse

Capitaine
avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Où me trouver ?:
DC(s):

MessageSujet: Cœur de glace et yeux de braises. [pv Azzan]   Mar 9 Jan - 12:40

Personne pour la réveiller, elle avait demandé la veille à ce qu'on la laisse dormir, qu'elle allait se réveiller elle-même. Pourtant, il était tôt, ses habitudes avaient la vie dure et elle n'eut pas le temps de s'agacer qu'Erik apporta le petit déjeuner. Elle était encore au lit, celui-là devait écouter à la trappe pour savoir quand elle allait se réveiller, sinon impossible qu'il soit si ponctuel. La Dame de Glace le fit congédier de suite, elle n'avait pas envie de le voir et c'était devenu quelque chose de naturel. Elle ne fit venir aucun esclave, elle préférait éviter de s'échauffer, la chaleur était devenue en soit bien assez étouffante, il était inutile d'en rajouter. Après un copieux déjeuné elle s'habilla et sorti sur le pont. Son second était déjà réveillé, il avait donné ses instructions et les coups d'œils dans sa direction remplit d'appréhension en disait long concernant le discourt qu'il avait dû donner. Prémisse avait enfilé un pantalon sombre, ses bottes habituelles et une chemise de couleur rouge foncé. Son tricorne sur la tête elle observa l'horizon, on y voyait déjà clairement l'île du Saphir, berceau des At-Aswala, cette dynastie de Prince du commerce. Parmi les riches nobles qui contrôlent le monde, Azzan devait faire partie de ceux qu'elle  supportait le plus, parler d'apprécier était inutile lorsque l'on sait à qui on s'adresse. Elle ne resta pas plus longtemps sur le pont et rentra à nouveau en cabine.

Lorsqu'elle sentit que le navire c'était arrêté, elle enfila son manteau, plaça son mousquet dans sa cachette habituelle et son sabre à la ceinture. Avec son manteau on ne voyait pas vraiment si elle était armée ou non, mais cela ne changeait rien. Prémisse ne se baladait jamais sans arme, sur cela elle était intransigeante. A son arsenal s'ajoutait deux dagues cachés, l'une dans sa botte et l'autre dans sa manche, une fois le tout bien dissimulé elle quitta sa cabine. En sortant elle vit Tyrannis son second en train de surveiller les matelots et le déchargement. Elle se contenta de hocher la tête vers lui lorsqu'il la regarda et elle s'en alla. Prémisse n'avait même pas emporté d'esclave avec elle, là où elle irait, il n'aurait de toute façon pas sa place et ne voulait pas que l'un choisisse de la décevoir au pire moment. La Capitaine traversa la ville sans même jeter un coup d’œil au marchandise exposé, elle ne regarda rien ni personne. Demeurant imperturbable tout du long, la chaleur ne semblant pas la déranger malgré son manteau et à son allure il était clair comme de l'eau de roche qu'elle était Pirate et la qualité de ses vêtements privilégia l'idée qu'elle soit Capitaine.

Une fois arrivée au Palais elle prit un instant pour observer la façade, immense, mais trop clair à son goût et trop de garde. Elle se sentirait mieux avec ses six cents hommes derrière elle, mais devait faire avec. Prémisse, alors qu'elle reprit la route sentie presque la main de son second sur son épaule, cherchant à la retenir, comme si elle allait dégainer son arme en plein devant les gardes. Elle arqua un sourire à cette idée, il s'inquiétait de trop, enfin, probablement. Elle pénétra alors dans le Palais, les gardes l'ayant totalement ignoré et c'était tant mieux. Là-bas un homme plutôt bien habillé vint à elle, son visage lui était pas inconnu, cela devait être le Chambellan, un certain Qasim ou un truc du genre se dit-elle. Elle ne bougea pas d'un pouce pour lui raccourcir le chemin, il semblait lui aussi savoir qui elle était.

Prémisse eut un bref échange de politesse avec le Chambellan, bien qu'elle c'est contenté de donner son nom et de rappeler qu'elle avait un rendez-vous important avec le Prince. Celui-ci la fit patienter le temps de trouver le Prince. La dame de Glace alla regarder les ouvrages exposés, il y avait de la qualité et de belles choses. L'endroit ne serait pas si bien protégé qu'elle se servirait une nuit, mais cela était totalement impossible. Après une attente plus longue qu'elle ne l'aurait voulu, le messager revint à elle et lui expliqua que le Prince pourrait la recevoir pour midi autour d'un déjeuner. Prémisse resta de marbre malgré que l'idée lui plaisait, elle se contenta de hocher de la tête à nouveau en guise de réponse. Puis lui tourna le dos en lui disant simplement qu'elle reviendra le moment venu dans ce cas. Elle s'était promis d'être sympathique au possible avec le Prince et le Duc. Mais pour ce qui est des autres personnes elle les traiterait comme elle le faisait toujours, c'est-à-dire avec mépris. La belle Capitaine passa le reste de la matinée à chercher un artisan qui lui plairait, mais pour l'heure, rien ne lui sauta au visage. Elle était toujours aussi difficile, alors cela n'avait rien de bien étonnant.

Enfin, midi pointa le bout de son nez, en tout cas, il était bientôt l'heure et Prémisse retourna au Palais. Une fois sur place, le Chambellan toujours aux aguets la salua à nouveau comme s'il s'attendait à la moindre forme de gentillesse de ça par, sur le moment, elle se dit qu'il devait aimer se faire fouetter celui-là, mais garda cette pensée pour elle. Elle ouvrit son manteau et déposa son mousquet et son sabre à l'endroit prévu à cet effet. Du coin de l'œil Prémisse crut apercevoir du mépris dans les yeux de l'un des gardes, mais l'instant d'après, lorsqu'elle voulu en avoir le cœur net, il n'y avait plus rien. Elle soupira bruyamment et même avec exagération en retirant sa lame cachée dans sa botte et regarda le Chambellan droit dans les yeux en enlevant la dernière lame dans sa manche. Prémisse n'ajouta même pas de joli jeu de mot à la fin, non, elle en avait pas envie, elle se sentait à poil actuellement et cela commençait déjà à l'agacer.

On la conduisit alors au lieu du rendez-vous ou du déjeuner, l'un et l'autre revenait au même. Elle fut légèrement surprise en découvrant un balcon, c'était donc ici qu'elle allait discuter avec le Prince, plein de Lumière et en plein soleil. Cette délicate attention lui donna envie de vomir et elle retira son manteau en stipulant à son accompagnateur de le mettre avec ses autres affaires. Enfin un peu d'intimité, cela n'était pas pour lui déplaire, la vue des gardes commençaient à la rendre nerveuse et ici, tant qu'elle ne quittait pas le Balcon, elle était tranquille. Prémisse reposa ses coudes sur le rebord, proche du vide et admira la vue, au moins la vue était belle. Sur le moment, le mot lui échappa :

- Magnifique...

Au même moment elle entendit des pas dans son dos, elle se retourna et vit le Prince. Celui-ci était plutôt bel homme, mais son léger sourire qu'il arborait presque en tout temps l'agaçait, en fait presque tout ici l'agaçait comme partout ailleurs. Bon, il fallait être amical, il n'était pas son ennemie, en cet instant c'était tout le contraire, ils étaient alliés. Même les pirates étaient acceptés ici et un traité avait été mis en place pour éviter que ses navires soient prit pour cible. Donc cela avait tout d'un pacte de non agression. Elle se dit alors pour se canaliser qu'elle représentait les Pirates et donc devait montrer que même chez eux, ils savaient bien se tenir. De plus, elle était une ancienne noble et il était très possible que le Prince sache même son vrai nom, ou mieux dit, son ancien nom. Elle retira son chapeau et le déposa sur un coin de la table tout en s'inclinant, usant des gestes qu'elle dut apprendre de force étant jeune. Elle n'avait certes pas de robe, mais le geste demeurait plus ou moins identique :

- Prince Azzan, ravis de vous revoir.

Prémisse parvint presque à le complimenter, mais les mots étaient restés coincé, rien à faire, les politesses c'était plus son truc.
Revenir en haut Aller en bas
Azzan at-Aswala

Prince
avatar


Identité
Maitre/Hybride de: Lumina et Rozenn
Où me trouver ?: Île aux Saphirs
DC(s): Tyrannis

MessageSujet: Re: Cœur de glace et yeux de braises. [pv Azzan]   Sam 13 Jan - 19:31

On y était. Le grand jour du Marché Doré. La semaine de préparation était comme une avant première. Un moyen de permettre aux marchands d’exposer en avance, de se préparer, et aux badauds de contempler les prémices de ce que sera la grande semaine. Et au prince dans la foulée de découvrir certains talents et marchandises en premier.
Comme tous les matins, sa journée débuta agréablement avec son esclave à ses côtés. Cela faisait bien longtemps qu’il n’y avait eu d’ombres au tableau. Les journées étaient longues, mais toutes plaisantes. Qu’importe ce qui se passait, qu’importe la fatigue, l’intérêt et les finalités compensaient, et le soir venu, Lumina lui permettait de récupérer entièrement. C’est donc en d’excellentes dispositions qu’il entama cette journée. Néanmoins, il eut la surprise de voir une demande particulière de sa belle hybride: aller au Marché Doré pour lui faire une surprise. Cette dernière accompagna cette requête d’un comportement très câlin, et avec des arguments qui amusèrent Azzan, pour le côté “j’essaie de vous convaincre maître”. Très réticent, il finit par accepter. Une certaine inquiétude persistait un peu. C’était idiot. Elle ne risquait rien, mais son importance pour le prince poussait ce dernier à avoir une inquiétude infondée. Demain, elle pourrait partir la matinée, avec son escorte personnelle, Ramsa, et des consignes spécifiques. Ce point réglé, il termina calmement, une Lumina radieuse sur les genoux, visiblement heureuse d’obtenir un privilège de plus, même si temporaire.
Pleine de promesses, cette semaine se révélait être aussi chargée en rendez-vous importants. Il recevrait des personnalités qui pour la plupart, souhaitaient le voir pour des raisons bien précises. Dans le lot, il se trouverait bien une surprise ou deux, ajoutant au divertissement politique qui ne cessait ces derniers temps d’évoluer. Ce paysage aussi riche voyait souvent ses personnages rester dans leur coin, jusqu’à ce que certains se profile à la vue d’un autre, et ce qui suit a toujours de l’intérêt. Azzan aimait se voir au centre de ce paysage. Observateur, acteur de médiation… mais étant aussi impliqué indirectement si un conflit survenait. Chose désagréable lorsque ceux sont deux alliés qui se retrouvent à solliciter son aide face à l’autre. Le gros point noir d’une telle position. Mais cela ne jetait nulle ombre assez grande sur ce qu’il entreprenait ou vivait pour qu’il veuille ne serait-ce que céder temporairement sa place à qui que ce soit. Les jeux politiques et commerciaux. Voilà à quoi Azzan était entrainé. Face à un vrai soldat il ne ferait pas le poids, mais il se targuait de pouvoir rivaliser ou soumettre n’importe quel opposant dans des arènes plus subtiles.
Aujourd’hui, aucune visite dans la cité n’était prévue. La salle du trône serait comme à son habitude le théâtre d’un long défilé, les rendez-vous s’enchaînants. Pour ce matin, Lumina fut une fois de plus à ses côtés. Petit à petit, sa présence aux côtés du prince n’était plus chose inconnue. Ce qu’il recherchait. La cacher aux yeux du monde aurait l’effet inverse de ce qu’il souhaite. L’exhiber, monter qu’il la possède. Que le monde sache qu’elle lui appartient. Sa beauté brillait, et c’était suffisant pour le moment. Il n’avait nul besoin de plus. Elle était sa fierté personnelle.
Entre deux visites, Qasim apporta la nouvelle de l’arrivée du capitaine Prémisse au palais. Il avait vu dans les registres qu’elle devait en effet arriver aujourd’hui, mais nulle heure n’avait été donnée. Soit. Azzan renvoya son chambellan en offrant à la Dame de Glace un déjeuner avec lui dans la journée. Il se souvenait parfaitement de la missive qu’il avait reçu d’elle. Elle parlait d’avoir besoin de parler d’une chose très importante. En soi l’objet était mystérieux. Mais il ne pouvait demander davantage de précisions. Il en savait assez sur elle pour juger qu’elle ne viendrait pas jusqu’au palais, quittant le confort et la sécurité de son bateau pour une simple visite. Ancienne noble, la vue de ceux qui auraient dû former son monde devait l'abhorrer. Et c’était également parce-qu’elle devait juger l’information trop sensible. Une prudence louable et appréciée.
Les visites terminées, c’est avec le sourire qu’Azzan salua le dernier d’entre eux. Le repas devait être préparé. Réglé comme une horloge, le prince sentait que l’heure du déjeuner était déjà arrivé. Il allait se diriger vers la terrasse privée habituelle lorsqu’il devait recevoir quelqu’un à un repas en privé, mais avant il se tourna vers Lumina et lui annonça son activité de l’après-midi. Il avait certains projets, et pour cela, il voulait la perfection. Toujours plus de perfection, et dans des micro-détails. Dans les jardins, elle devra y trouver les parfums qu’elle estime le mieux lui aller, et ceux qui lui plaisent le plus. Trouver quelle essence irait à son physique… L’idée d’associer un parfum à un physique était quelque chose qui plaisait au prince. Ce concept le charmait, et il tenait à le faire évoluer, le tester sur son diamant bleu. Après tout, c’était elle, qui devait incarner la perfection.
Après une légère caresse sur la joue, il s’en alla vers le lieu du repas. Aucune précision ne lui fut donné quant à son retour. Il n’attendait d’elle qu’une chose, et il la retrouverait au soir dans sa chambre.
Il n’était pas franchement en retard, mais pas en avance non plus. Mais son pas ne se pressa pas pour autant. Arrivé à l’entré de la terrasse, les gardes se mirent au garde à vous, dans un léger bruit, n’incommodant en rien les oreilles des personnes qui auraient pu être présentes. L’habitude de servir dans un palais où les grands étaient exigeants et aspiraient au confort. A peine dépassa t’il l’encadrement menant à l’extérieur qu’il entendit un “Magnifique…” spontané et naturel venant la femme qui avait jeté son regard sur l’étendue verdoyante qui se profilait en contrebas. Elle savait apprécier ses jardins. Bien que la chose en soi ne soit pas bien étonnante, cela marquait un certain attrait pour la beauté, et pour le tableau riche et varié que pouvaient offrir des mélanges savamment maitrisés.
La pirate finit par se retourner et lui faire face. Son accoutrement était digne d’une capitaine. Mais loin d’être adapté à une noble. Rien d’étonnant à celà. De ce qu’il savait de dame Kingsley, et de sa réputation en tant que pirate, elle aimait être crainte. Souhait qu’elle réalisa. Si aujourd’hui elle se présentait à lui ainsi vêtue, c’est que c’est ainsi qu’elle voulait être reconnue. L’appeler par son nom d’antan serait la rabaisser à une image, un statut qui visiblement ne lui plaisait guère. Inutile donc d’arguer la vulgaire connaissance d’un nom, alors qu’il pouvait simplement marquer le fait qu’il la reconnaissait pour ce qu’elle voulait être, et était.
Une fois inclinée, le prince hocha subtilement la tête pour la saluer également. Son fin sourire toujours sur le visage, il était prêt à entamer cet entretien.

-Le plaisir est partagé Capitaine Prémisse. J’espère que l’idée d’un déjeuner en privé au lieu d’une entrevue en salle du trône n'altère en rien l’objet de cet entretien.

Autant se renseigner immédiatement sur ses dispositions actuelles. Jusque là, elle démentait grandement ce qui se disait sur elle. Impulsive. Froide. Prenant de haut. Elle n’était pas là en tant que membre du conseil pirate, et pourtant, elle ne présentait pas la capitaine que l’on disait. La chose était fort apprécié si c’était un comportement conditionné par la situation, l’endroit, et sa personne. La raison de sa venue devait donc être réellement importante.
Le prince l’invita d’un geste de la main à prendre place. Lui même s’approcha de sa chaise. Deux serviteurs vinrent immédiatement prendre place derrière eux, et s’apprêtaient à leur tirer et pousser leur siège. Une fois installé, ils disparurent, et deux autres arrivèrent, attendant visiblement des instructions.

-Si vous n’y voyez pas d’inconvénients, nous prendrons donc le temps de manger. Souhaitez vous quelque chose en particulier à boire ?


Azzan adorait le jeu verbal. Et là, il prenait son temps. Une ancienne noble devenue pirate. Une femme de caractère qui aimait dominer et être crainte. Il savait parfaitement qu’elle était dans un lieu et une situation qui ne devaient pas lui plaire. Il n’avait plus aucun contrôle. Mais l’écraser par amusement, uniquement pour dire “je domine”, alors qu’ils étaient dans une position sans équivoque, relèverait davantage de la gaminerie que d’une réel marque de domination. L’effort était apprécié, et la mettre à l’aise était désormais le but principal. Du moins… Après avoir pu admirer son expression et son jeu à elle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Prémisse

Capitaine
avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Où me trouver ?:
DC(s):

MessageSujet: Re: Cœur de glace et yeux de braises. [pv Azzan]   Sam 13 Jan - 23:21

Elle observa le Prince qui hocha la tête en réponse, elle savait à quoi s'attendre, mais d'ordinaire s'était elle qui laissait les autres s'incliner et qui prenait à peine la peine de hocher la tête en retour. Ce simple geste la poussa à lancer l'un de ses regards froids, mais à peine avait-il prit la parole qu'elle se rappela où elle se trouvait et qu'elle ferma brièvement les yeux pour reprendre son calme. Elle tenta un sourire en réponse, mais ne parvint à répondre que d'une légère moue trahissant l'attention de sourire, mais rien de plus avant de hocher à son tour la tête en guise de réponse. Prémisse suivit le geste du Prince et prit place en même temps que lui. Elle ne fut pas dérangée par l'arriver des serviteurs qui l'aidèrent à s'asseoir et des suivant attendant leur commande. A cela elle était habituée et bien rapidement elle releva les yeux pour les plonger dans ceux du Prince. Il avait un air supérieur, il savait qui il était et où il se trouvait. Tout comme il était conscient que cet endroit n'était pas un lieu qui m'était Prémisse en position de force. Cette idée la frustra, mais elle s'était préparée à cela, à devoir supporter le regard du Prince, se croyant infiniment supérieur à elle et dont elle avait bien envie de remettre à sa place. Cependant, elle ne fit rien et décida d'adopter une attitude contraire à ce qu'on aurait pu attendre d'elle. Elle allait profiter, elle n'était pas en position de faiblesse, il n'y a pas d'ennemie ici, c'était les mots de son second et elle se les répéta dans la tête afin de garder les pieds sur terre.

A la question du Prince, Prémisse ouvrit à nouveau la bouche pour prendre la parole après s'être contenté de réponse gestuelle :

- Je prendrais ce que vous prendrez, on dit que vous êtes un homme de goût...

Elle était droite dans sur sa chaise, les jambes croisées et le regard froid qui ne quittait plus celui du Prince. Là où lui était un homme chaud, arborant un sourire si vrai qu'on en oubliait que ce n'était que de la poudre aux yeux. Le genre d'homme qui donnait envie d'être sincère, polie, donnant envie de s'ouvrir sans parcimonie. Au contraire, Prémisse était froide, son regard ne trahissait rien, mais indiquait à sa façon autant de choses que le sourire du Prince. Là où il donnait envie de s'ouvrir car il était rassurant, elle forçait les gens à s'ouvrir d'un regard, de peur qu'elle ne fasse pleuvoir la foudre sur eux. La dame de glace ne connaissait pas d'homme plus opposé à elle d'un point de vue caractère, ils étaient comme le feu et l'eau, le froid et la chaleur. Prémisse savait en le regardant qu'il était un ennemi contrairement à ce que lui disait Tyran, car il cherchait à la mettre à l'aise, à lui donner l'impression que sa garde était inutile avec lui et c'était justement cela qui lui donnait envie de dresser toutes les barrières possibles. Elle n'était pas une de ses groupies, une des femmes qui rêvaient de devenir son épouse. Au lit il était peut-être un homme que Prémisse accepterai, mais rien de plus, dans sa vie ne se trouvait rien qu'elle désirait, car elle serait obligée de le partager avec lui. De plus, elle savait que le pouvoir était principalement entre les mains de l'homme. Ces simples déductions eurent raisons du peu de doute qu'elle avait encore concernant l'état d'esprit dans lequel elle devait se placer en face du Prince. Elle décida alors d'ajouter après que le Prince est prit les commandes et que les domestiques soient reparties :

- Il y a des personnes que je ne peux pas rencontrer, des personnes qui ne peuvent pas prendre le risque de me rencontrer. Cependant, pour une fois l'une d'entre eux n'aura pas le choix et devra me faire face. Pour cela... Eh bien, j'ai besoin de quelqu'un pour jouer le rôle d'intermédiaire.

Elle joignit les mains devant elle sur la table tout en parlant et lorsqu'elle arriva sur la fin elle les rouvrit avant de les ramener sur ses genoux. Elle ne lui fera pas le plaisir de donner l'impression qu'elle demande son aide, car se n'était pas le cas, elle montra plutôt que c'était la personne qu'elle souhaitait rencontrer qui avait besoin du Prince. Puis elle ajouta simplement et cette fois avec un léger sourire en coin :

- J'ai avec moi une personne d'une très haute importance.

Elle n'en dit pas plus, ne voulant pas révéler toutes ses cartes avant même que le repas soit commencé. Elle se mit alors plus à l'aise et pencha légèrement la tête sur le côté tout en écoutant ce que le Prince aurait à répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Azzan at-Aswala

Prince
avatar


Identité
Maitre/Hybride de: Lumina et Rozenn
Où me trouver ?: Île aux Saphirs
DC(s): Tyrannis

MessageSujet: Re: Cœur de glace et yeux de braises. [pv Azzan]   Dim 14 Jan - 9:32

Visiblement, les apparences ne durèrent que bien peu de temps. Un aperçu éphémère de que Thérésa Kingsley aurait pu être. Mais jusque là, cela avait été son comportement trop parfait, trop mesuré, qui avait été surprenant. Là au moins, ils retournaient dans une configuration connue, attendue, et que du coup il pouvait davantage maîtriser.
Ce regard était bien celui qu’il pensait voir à un moment. Cela avait été rapide. Elle espérait donc qu’un prince s’incline également ? Son égo avait donc fait taire sa raison. Elle était capitaine pirate. Sa puissance et son autorité au sein des archipels n’était reconnues officiellement que par lui-même. Et c’est en tant que pirate qu’elle était accueillie. Une dame aurait eu le droit à un baise main digne de son rang. Ce qui n’était pas le cas de Prémisse. L’impression première fut donc qu’elle aspirait à être traitée comme une noble en étant pirate. Tout. Voilà ce qu’elle voulait. Un objectif qui ne pouvait que parler au prince, qui recherchait la même chose. Mais par des moyens différents.
A table elle sembla reprendre contenance, et se laisser aller à une flatterie. Chose assez singulière, tranchant avec ce qu’il avait pensé de la suite. C’était donc entre deux comportements qu’elle basculait. Des efforts elle en faisait, et c’était presque trop voyant que c’était pas naturel. Qu’elle se forçait. L’aspect final était à la fois amusant et intrigant.
A ces mots, Azzan lui offrit un sourire entendu et un hochement de tête, légèrement incliné, signifiant qu’il avait été réceptif au compliment. Elle en était capable. Tout comme elle l’avait fait avec ses jardins. La reconnaissance de qualités chez autrui était donc une chose qu’elle possédait. Mais il savait que les réponses dont les tournures chargées avec lesquelles il conversait généralement avec de plus nobles interlocuteurs, ne feraient que l’agacer. Autant continuer de la mettre en de bonnes dispositions si l’on voulait que les choses continuent.

-Dans ce cas ce sera deux coupes de vin du Ko’Tangor. Ce vin a d’intéressant de connaître des terres humaines et un savoir faire furry. Une hybridation qui surprend. Mais c’est souvent ce que l’on espère trouver lorsque l’on a tout: la surprise.

Généralement, on attribuait le savoir-faire aux hommes, et la bonne terre aux furrys. ici encore, le cliché était brisé. Par ces mots, il cherchait principalement à lui exposer des vérités sur ce qu’ils étaient entrain de vivre actuellement, sur ce qui se passait. Il ne se montrerait pas avare de mot. Prémisse n’était pas constituée de ce qu’il fallait pour qu’elle puisse trouver le moment agréable. Un véritable obstacle pour passer un bon moment, et permettre un entretien des plus éclairé et profitable pour les deux interlocuteurs. Il faudrait donc la mettre dans des dispositions plus appropriées.
A peine les serviteurs eurent-ils disparu qu’elle reprit la parole. C’était donc bien quelque chose qu’elle espérait pouvoir évoquer sans oreilles indiscrètes. Il l’écoutait attentivement. Sûre d’elle, oui, elle l’était. Comme si elle était en position de force. Ses mots étaient choisis de manière bien particulière. Dans chaque phrase, elle se présentait en position de force. Comme si elle était au-dessus, et que les autres devaient suivre. Le choix n’était pas leur.
C’était donc un passage en force qu’elle essayait. Là où il avait essayé de la mettre à l’aise, elle essayait donc de jouer des muscles. Tout ce qu’elle avait à mettre sur la table, c’était cette personne qui était avec elle, et l’éventuelle curiosité du prince.
Choisir la solution de la force pour prendre, plutôt que la diplomatie. Faire jouer les armes plutôt que les mots. Une noblesse dégarnie, frivole, qui n’a trouvé nul autre solution. Pourquoi ? Etait-elle incapable de diplomatie à ce point ? C’est ce qu’il verrait. Il ne pouvait de toute manière décemment pas en attendre trop d’elle. Depuis le temps qu’elle navigue sur des mers rouges, écartant les cadavres rejetés par ces étendues qui étaient désormais le domaine qu’elle s’était choisie, elle devait avoir perdu tout sens des proportions. Toute réalité qui n’engageait pas la force. La rencontre promettait d’être intéressante. Il la savait plus âgée, malgré une beauté froide presque immaculée. Mais en cet instant, c’était une enfant turbulente qui se force et qui bouillonne qu’il voyait en face de lui. La pousser à bout ne mènerait à rien. Ce qu’il voulait, c’était deux choses: le refroidir, et la faire grandir. Il voulait une adulte sûre d’elle, qui montrait qu’elle savait jouer à ce jeu, avec une maîtrise au moins partielle. Une leçon devrait donc être de mise. Y serait-elle réceptive ? Rien ne serait moins sûr.
Le sourire de la capitaine lui donnait un petit air carnassier. Elle aimait être le prédateur, c’était indéniable. Mais elle se trompait de terrain. Elle se trompait totalement sur sa situation, et sur son interlocuteur. Le déjeuner allait donc duré. Le temps qu’elle prenne une petite leçon. Le temps qu’elle glisse doucement vers la position qu’elle devrait adopter depuis le début.
Azzan comptait bien la redorer. “L’anoblir”. Il voulait l’amener à agir en noble, à lui faire comprendre que ce n’était ni un combat ni un jeu de domination. Azzan se savait en position de force, mais ne l’exhibait pas. la force n’avait aucunement sa place ici, là où Prémisse y voyait une réponse et un outil en chaque endroit.
Avant d’accepter quoique ce soit, d’aller plus en avant sur ses propos, il fallait bien l’amener à redescendre. Sa personne importante ne pouvait être qu’un appui ou un prisonnier. Mais dans tous les cas, difficile de voir où elle voulait en venir. Se targuer d’avoir du monde important dans sa poche, rien de très anodin. Quant à avoir un prisonnier, c’était une pirate. Si elle voulait obtenir une rançon en passant par lui, le déjeuner prendrait une autre tournure. Son statut n’était pas fait pour servir dans des entreprises aussi limites. User de son palais dans ce but était une insulte à laquelle il saurait répondre.
Bien que curieux de la personne en question, il était prêt à patienter et à taire son besoin de savoir. Il finirait par l’apprendre. Mais d’une manière qui lui conviendrait mieux. Egal à lui même, donnant de fines nuances à son sourire. Aucune hostilité, comme s’il était aveugle au jeu de son hôte. Les serviteurs vinrent déposer une coupe devant chacun, et il s’en saisit. D’un délicat mouvement, il le leva dans sa direction, ne répondant pas tout de suite. Puis il bu une fine gorgée avant de fermer brièvement les yeux.

-Ce vin a une signature très singulière. Impossible de le confondre avec un autre. S’il vous plait, je pourrai vous en offrir une bouteille.

Après un bref et subtile mouvement du bras, les serviteurs allèrent chercher de quoi se sustenter en attendant les plats. Une fois apporté, Azzan se servit de l’écrasé d’olive noir sur du pain au maïs. Puis il reporta son attention sur Prémisse.

-Si vous avez besoin de moi, je me ferai un plaisir de vous aider. Si la chose me parait raisonnable bien entendu. Pour le moment, parlez moi plus en avant de votre projet.

L’intérêt pour ce qu’elle avait à proposer ou la personne très importante qui semblait être la clé de ce qu’elle espérait obtenir. Mais ce n’était pas vraiment ce qui intéressait Azzan pour le moment. Elle n’avait réussi qu’à attirer son attention sur son comportement. Et non plus sur la raison de sa visite.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Prémisse

Capitaine
avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Où me trouver ?:
DC(s):

MessageSujet: Re: Cœur de glace et yeux de braises. [pv Azzan]   Dim 14 Jan - 10:37

Prémisse n'avait plus l'habitude de ce genre de choses et cette rencontre le lui prouva. Elle était à présent bien loin de dame Kingsley, en soit cela l'agaçait autant que l'inverse, elle n'avait pas entendu de petites voix depuis bien des années. A présent c'était Prémisse qui commandait et non la noble, mais le Prince montrait des signes de patience qu'elle aurait préféré ne pas voir. Son petit jeu de mot avec le vin ne tomba pas dans l'oreille d'un sourd et Prémisse commença à se demander si elle avait vraiment bien fait de faire cela elle même ou si au contraire elle devait expédier tout ça à la va vite.

Le vin fut apporté pas bien longtemps après ce bref échange, elle se saisie d'une coupe peu après le Prince et le leva dans sa direction lorsqu'il le fit lui-même. Puis le goûta, elle fut forcée de constater que le Prince avait bien raison, grande amatrice de vin qu'elle était, celui-ci lui était encore inconnue, mais lui plaisait. Elle écouta le Prince et se détendit quelque peu. Suite à sa demande qui ressemblait plus à de la courtoisie elle sourit légèrement et celui-ci contrairement aux autres étaient bien plus sincères.

Les domestiques continuaient leur petit manège, apportant ensuite des apéritifs en attendant le repas. Le Prince continua de monopoliser la conversation et montra son envie d'en apprendre plus sur son projet. La Capitaine observa le Prince, détaillant ses yeux, son sourire, ses vêtements, sa façon de manger ces horribles olives, elle n'était effectivement pas fan des olives, mais en le détaillant ainsi, elle ne le sentait pas être un danger. Cependant, elle savait que c'était justement là que se trouvait tout le danger, cet homme n'inspire pas la peur, elle avait presque envie de voir là un homme à tendre la joue pour prendre une autre baffe. Mais là encore, elle savait que ce n'était pas le cas, le Prince était le seul à avoir réussi à pactiser avec le conseil des Pirates et elle en était une fervente dépendeuse. Elle aimait cet accord et avait déjà par le passé coulé un navire pour le punir d'avoir attaqué l'un des navires marchands du Prince.

La Dame de glace finit par fermer les yeux et soupirer. Rien d’irrespectueux là-dedans, en fait cela ressemblait plus à de la résignation, elle n'entendait certes plus la voix de l'enfant qu'elle était, mais revoyait les images de son père avant de le faire tuer. Il se retournerait dans sa tombe si elle continuait à considérer un marchand comme un ennemi. Elle faisait actuellement du commerce sur son île dans son marché, pouvait-elle continuer à se montrer sur la défensive, elle ne croyait pas cela viable. Elle ouvrit ses yeux rougeoyant et passa sa main dans ses cheveux, les ramenant en arrière pour découvrir pleinement son visage. Elle avait gardé son regard de glace, mais cela était plus pour que ses émotions par la suite restent invisibles. Mais son corps montrait les signes d'une femme qui baissait volontairement sa garde. La Dame de glace reprit une gorgée, apprécia la saveur dans sa bouche et avala avant de prendre la parole en regardant son interlocuteur dans les yeux :

- Excusez-moi, jouer un rôle n'est vraiment pas mon fort, alors pardonnez mes manières de pirates, dans cette histoire personne est mon ennemie et comprenez que je viens avec un cadeau et non une prisonnière.

Prémisse se saisit de Tamara, cela elle appréciait en prit une bouché avant de continuer une fois le tout avalé. Elle ne voulait pas laisser le Prince répondre et montrait clairement les signes qu'elle n'avait pas finis :

- J'ignore si vous êtes au courant, mais cela est possible... Je suis en rivalité avec une Capitaine Pirate du nom de Bisemort, avec un piège ingénieux j'ai réussi à la surprendre et cette fois elle n'a pas réussi à m'échapper. Son navire est allé par le fond, ce sont ses hommes que je vends sur le marché. Cependant... J'ai fait une découverte dans ses cales.

Elle ferma un instant les yeux, à nouveau cela lui était nécessaire, elle devait se détendre, comme avec le Capitaine Kayen elle devait réapprendre ce jeu. Puis elle se mit à sourire en imaginant ce qui aurait réellement pu arriver dans ce genre de contexte :

- Par chance, ce n'était pas une attaque de village, sinon elle n'aurait pas eu cette chance, elle évita de servir à mes hommes. Cela aurait posé problème si la Baronne Midona Van Saquelle aurait été ravagé par des dizaines d'hommes.

Elle resta en suspens quelques instants avant de finalement reprendre, laissant ainsi le temps au Prince d'imaginer, même si elle ne s'en faisait pas pour lui :

- La sœur du Duc n'a rien, je l'ai fait conduire dans une cabine privée et elle a été bien traité. Je ne suis pas idiote, m'en prendre à elle m'aurait certainement apporté bien plus de malheur que de bienfait. J'imagine que vous comprenez à présent pourquoi j'ai besoin que vous jouiez les intermédiaires.

Elle fronça brièvement les sourcils, elle eut d'un coup l'envie de faire comprendre que si les choses ne se passaient pas comme elle le voulait, celle-ci recevrait finalement tout de même la visite de ses hommes. Mais elle respira un bon coup, elle ne jouait pas de rôle devant le Prince, elle était simplement au naturel et cherchait simplement à se rappeler à chaque fois que l'homme en face d'elle était actuellement son ami, mais tout de même un Prince qui mérite le respect. Jusque-là, il ne s'était pas montré offensant avec elle, pas plus qu'un autre et dans le fond, même un peu moins que le commun des gens qu'elle rencontrait. Prémisse s'agaçait en général pour un rien et était susceptible comme personne. Curieusement elle réalisa que le Prince l'agaçait moins qu'elle ne le pensait, peut-être que son côté beau parleur la dérangeait moins du fait qu'il était un Prince.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Cœur de glace et yeux de braises. [pv Azzan]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Cœur de glace et yeux de braises. [pv Azzan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sous les yeux de la glace [PV Danaë]
» Socle de glace
» [Validée]ne le regardez pas dans les yeux!
» Le Feu et la Glace réunies... [PV Goupixa]
» MOIS DE GLACE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Palais-