AccueilCarteS'enregistrerConnexion
Derniers sujets

Partagez | 
 

 Cœur de glace et yeux de braises. [pv Azzan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Prémisse


avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Où me trouver ?:
DC(s):

MessageSujet: Cœur de glace et yeux de braises. [pv Azzan]   Mar 9 Jan - 12:40

Personne pour la réveiller, elle avait demandé la veille à ce qu'on la laisse dormir, qu'elle allait se réveiller elle-même. Pourtant, il était tôt, ses habitudes avaient la vie dure et elle n'eut pas le temps de s'agacer qu'Erik apporta le petit déjeuner. Elle était encore au lit, celui-là devait écouter à la trappe pour savoir quand elle allait se réveiller, sinon impossible qu'il soit si ponctuel. La Dame de Glace le fit congédier de suite, elle n'avait pas envie de le voir et c'était devenu quelque chose de naturel. Elle ne fit venir aucun esclave, elle préférait éviter de s'échauffer, la chaleur était devenue en soit bien assez étouffante, il était inutile d'en rajouter. Après un copieux déjeuné elle s'habilla et sorti sur le pont. Son second était déjà réveillé, il avait donné ses instructions et les coups d'œils dans sa direction remplit d'appréhension en disait long concernant le discourt qu'il avait dû donner. Prémisse avait enfilé un pantalon sombre, ses bottes habituelles et une chemise de couleur rouge foncé. Son tricorne sur la tête elle observa l'horizon, on y voyait déjà clairement l'île du Saphir, berceau des At-Aswala, cette dynastie de Prince du commerce. Parmi les riches nobles qui contrôlent le monde, Azzan devait faire partie de ceux qu'elle  supportait le plus, parler d'apprécier était inutile lorsque l'on sait à qui on s'adresse. Elle ne resta pas plus longtemps sur le pont et rentra à nouveau en cabine.

Lorsqu'elle sentit que le navire c'était arrêté, elle enfila son manteau, plaça son mousquet dans sa cachette habituelle et son sabre à la ceinture. Avec son manteau on ne voyait pas vraiment si elle était armée ou non, mais cela ne changeait rien. Prémisse ne se baladait jamais sans arme, sur cela elle était intransigeante. A son arsenal s'ajoutait deux dagues cachés, l'une dans sa botte et l'autre dans sa manche, une fois le tout bien dissimulé elle quitta sa cabine. En sortant elle vit Tyrannis son second en train de surveiller les matelots et le déchargement. Elle se contenta de hocher la tête vers lui lorsqu'il la regarda et elle s'en alla. Prémisse n'avait même pas emporté d'esclave avec elle, là où elle irait, il n'aurait de toute façon pas sa place et ne voulait pas que l'un choisisse de la décevoir au pire moment. La Capitaine traversa la ville sans même jeter un coup d’œil au marchandise exposé, elle ne regarda rien ni personne. Demeurant imperturbable tout du long, la chaleur ne semblant pas la déranger malgré son manteau et à son allure il était clair comme de l'eau de roche qu'elle était Pirate et la qualité de ses vêtements privilégia l'idée qu'elle soit Capitaine.

Une fois arrivée au Palais elle prit un instant pour observer la façade, immense, mais trop clair à son goût et trop de garde. Elle se sentirait mieux avec ses six cents hommes derrière elle, mais devait faire avec. Prémisse, alors qu'elle reprit la route sentie presque la main de son second sur son épaule, cherchant à la retenir, comme si elle allait dégainer son arme en plein devant les gardes. Elle arqua un sourire à cette idée, il s'inquiétait de trop, enfin, probablement. Elle pénétra alors dans le Palais, les gardes l'ayant totalement ignoré et c'était tant mieux. Là-bas un homme plutôt bien habillé vint à elle, son visage lui était pas inconnu, cela devait être le Chambellan, un certain Qasim ou un truc du genre se dit-elle. Elle ne bougea pas d'un pouce pour lui raccourcir le chemin, il semblait lui aussi savoir qui elle était.

Prémisse eut un bref échange de politesse avec le Chambellan, bien qu'elle c'est contenté de donner son nom et de rappeler qu'elle avait un rendez-vous important avec le Prince. Celui-ci la fit patienter le temps de trouver le Prince. La dame de Glace alla regarder les ouvrages exposés, il y avait de la qualité et de belles choses. L'endroit ne serait pas si bien protégé qu'elle se servirait une nuit, mais cela était totalement impossible. Après une attente plus longue qu'elle ne l'aurait voulu, le messager revint à elle et lui expliqua que le Prince pourrait la recevoir pour midi autour d'un déjeuner. Prémisse resta de marbre malgré que l'idée lui plaisait, elle se contenta de hocher de la tête à nouveau en guise de réponse. Puis lui tourna le dos en lui disant simplement qu'elle reviendra le moment venu dans ce cas. Elle s'était promis d'être sympathique au possible avec le Prince et le Duc. Mais pour ce qui est des autres personnes elle les traiterait comme elle le faisait toujours, c'est-à-dire avec mépris. La belle Capitaine passa le reste de la matinée à chercher un artisan qui lui plairait, mais pour l'heure, rien ne lui sauta au visage. Elle était toujours aussi difficile, alors cela n'avait rien de bien étonnant.

Enfin, midi pointa le bout de son nez, en tout cas, il était bientôt l'heure et Prémisse retourna au Palais. Une fois sur place, le Chambellan toujours aux aguets la salua à nouveau comme s'il s'attendait à la moindre forme de gentillesse de ça par, sur le moment, elle se dit qu'il devait aimer se faire fouetter celui-là, mais garda cette pensée pour elle. Elle ouvrit son manteau et déposa son mousquet et son sabre à l'endroit prévu à cet effet. Du coin de l'œil Prémisse crut apercevoir du mépris dans les yeux de l'un des gardes, mais l'instant d'après, lorsqu'elle voulu en avoir le cœur net, il n'y avait plus rien. Elle soupira bruyamment et même avec exagération en retirant sa lame cachée dans sa botte et regarda le Chambellan droit dans les yeux en enlevant la dernière lame dans sa manche. Prémisse n'ajouta même pas de joli jeu de mot à la fin, non, elle en avait pas envie, elle se sentait à poil actuellement et cela commençait déjà à l'agacer.

On la conduisit alors au lieu du rendez-vous ou du déjeuner, l'un et l'autre revenait au même. Elle fut légèrement surprise en découvrant un balcon, c'était donc ici qu'elle allait discuter avec le Prince, plein de Lumière et en plein soleil. Cette délicate attention lui donna envie de vomir et elle retira son manteau en stipulant à son accompagnateur de le mettre avec ses autres affaires. Enfin un peu d'intimité, cela n'était pas pour lui déplaire, la vue des gardes commençaient à la rendre nerveuse et ici, tant qu'elle ne quittait pas le Balcon, elle était tranquille. Prémisse reposa ses coudes sur le rebord, proche du vide et admira la vue, au moins la vue était belle. Sur le moment, le mot lui échappa :

- Magnifique...

Au même moment elle entendit des pas dans son dos, elle se retourna et vit le Prince. Celui-ci était plutôt bel homme, mais son léger sourire qu'il arborait presque en tout temps l'agaçait, en fait presque tout ici l'agaçait comme partout ailleurs. Bon, il fallait être amical, il n'était pas son ennemie, en cet instant c'était tout le contraire, ils étaient alliés. Même les pirates étaient acceptés ici et un traité avait été mis en place pour éviter que ses navires soient prit pour cible. Donc cela avait tout d'un pacte de non agression. Elle se dit alors pour se canaliser qu'elle représentait les Pirates et donc devait montrer que même chez eux, ils savaient bien se tenir. De plus, elle était une ancienne noble et il était très possible que le Prince sache même son vrai nom, ou mieux dit, son ancien nom. Elle retira son chapeau et le déposa sur un coin de la table tout en s'inclinant, usant des gestes qu'elle dut apprendre de force étant jeune. Elle n'avait certes pas de robe, mais le geste demeurait plus ou moins identique :

- Prince Azzan, ravis de vous revoir.

Prémisse parvint presque à le complimenter, mais les mots étaient restés coincé, rien à faire, les politesses c'était plus son truc.
Revenir en haut Aller en bas
Azzan at-Aswala


avatar


Identité
Maitre/Hybride de: Lumina et Rozenn
Où me trouver ?: Île aux Saphirs
DC(s): Tyrannis

MessageSujet: Re: Cœur de glace et yeux de braises. [pv Azzan]   Sam 13 Jan - 19:31

On y était. Le grand jour du Marché Doré. La semaine de préparation était comme une avant première. Un moyen de permettre aux marchands d’exposer en avance, de se préparer, et aux badauds de contempler les prémices de ce que sera la grande semaine. Et au prince dans la foulée de découvrir certains talents et marchandises en premier.
Comme tous les matins, sa journée débuta agréablement avec son esclave à ses côtés. Cela faisait bien longtemps qu’il n’y avait eu d’ombres au tableau. Les journées étaient longues, mais toutes plaisantes. Qu’importe ce qui se passait, qu’importe la fatigue, l’intérêt et les finalités compensaient, et le soir venu, Lumina lui permettait de récupérer entièrement. C’est donc en d’excellentes dispositions qu’il entama cette journée. Néanmoins, il eut la surprise de voir une demande particulière de sa belle hybride: aller au Marché Doré pour lui faire une surprise. Cette dernière accompagna cette requête d’un comportement très câlin, et avec des arguments qui amusèrent Azzan, pour le côté “j’essaie de vous convaincre maître”. Très réticent, il finit par accepter. Une certaine inquiétude persistait un peu. C’était idiot. Elle ne risquait rien, mais son importance pour le prince poussait ce dernier à avoir une inquiétude infondée. Demain, elle pourrait partir la matinée, avec son escorte personnelle, Ramsa, et des consignes spécifiques. Ce point réglé, il termina calmement, une Lumina radieuse sur les genoux, visiblement heureuse d’obtenir un privilège de plus, même si temporaire.
Pleine de promesses, cette semaine se révélait être aussi chargée en rendez-vous importants. Il recevrait des personnalités qui pour la plupart, souhaitaient le voir pour des raisons bien précises. Dans le lot, il se trouverait bien une surprise ou deux, ajoutant au divertissement politique qui ne cessait ces derniers temps d’évoluer. Ce paysage aussi riche voyait souvent ses personnages rester dans leur coin, jusqu’à ce que certains se profile à la vue d’un autre, et ce qui suit a toujours de l’intérêt. Azzan aimait se voir au centre de ce paysage. Observateur, acteur de médiation… mais étant aussi impliqué indirectement si un conflit survenait. Chose désagréable lorsque ceux sont deux alliés qui se retrouvent à solliciter son aide face à l’autre. Le gros point noir d’une telle position. Mais cela ne jetait nulle ombre assez grande sur ce qu’il entreprenait ou vivait pour qu’il veuille ne serait-ce que céder temporairement sa place à qui que ce soit. Les jeux politiques et commerciaux. Voilà à quoi Azzan était entrainé. Face à un vrai soldat il ne ferait pas le poids, mais il se targuait de pouvoir rivaliser ou soumettre n’importe quel opposant dans des arènes plus subtiles.
Aujourd’hui, aucune visite dans la cité n’était prévue. La salle du trône serait comme à son habitude le théâtre d’un long défilé, les rendez-vous s’enchaînants. Pour ce matin, Lumina fut une fois de plus à ses côtés. Petit à petit, sa présence aux côtés du prince n’était plus chose inconnue. Ce qu’il recherchait. La cacher aux yeux du monde aurait l’effet inverse de ce qu’il souhaite. L’exhiber, monter qu’il la possède. Que le monde sache qu’elle lui appartient. Sa beauté brillait, et c’était suffisant pour le moment. Il n’avait nul besoin de plus. Elle était sa fierté personnelle.
Entre deux visites, Qasim apporta la nouvelle de l’arrivée du capitaine Prémisse au palais. Il avait vu dans les registres qu’elle devait en effet arriver aujourd’hui, mais nulle heure n’avait été donnée. Soit. Azzan renvoya son chambellan en offrant à la Dame de Glace un déjeuner avec lui dans la journée. Il se souvenait parfaitement de la missive qu’il avait reçu d’elle. Elle parlait d’avoir besoin de parler d’une chose très importante. En soi l’objet était mystérieux. Mais il ne pouvait demander davantage de précisions. Il en savait assez sur elle pour juger qu’elle ne viendrait pas jusqu’au palais, quittant le confort et la sécurité de son bateau pour une simple visite. Ancienne noble, la vue de ceux qui auraient dû former son monde devait l'abhorrer. Et c’était également parce-qu’elle devait juger l’information trop sensible. Une prudence louable et appréciée.
Les visites terminées, c’est avec le sourire qu’Azzan salua le dernier d’entre eux. Le repas devait être préparé. Réglé comme une horloge, le prince sentait que l’heure du déjeuner était déjà arrivé. Il allait se diriger vers la terrasse privée habituelle lorsqu’il devait recevoir quelqu’un à un repas en privé, mais avant il se tourna vers Lumina et lui annonça son activité de l’après-midi. Il avait certains projets, et pour cela, il voulait la perfection. Toujours plus de perfection, et dans des micro-détails. Dans les jardins, elle devra y trouver les parfums qu’elle estime le mieux lui aller, et ceux qui lui plaisent le plus. Trouver quelle essence irait à son physique… L’idée d’associer un parfum à un physique était quelque chose qui plaisait au prince. Ce concept le charmait, et il tenait à le faire évoluer, le tester sur son diamant bleu. Après tout, c’était elle, qui devait incarner la perfection.
Après une légère caresse sur la joue, il s’en alla vers le lieu du repas. Aucune précision ne lui fut donné quant à son retour. Il n’attendait d’elle qu’une chose, et il la retrouverait au soir dans sa chambre.
Il n’était pas franchement en retard, mais pas en avance non plus. Mais son pas ne se pressa pas pour autant. Arrivé à l’entré de la terrasse, les gardes se mirent au garde à vous, dans un léger bruit, n’incommodant en rien les oreilles des personnes qui auraient pu être présentes. L’habitude de servir dans un palais où les grands étaient exigeants et aspiraient au confort. A peine dépassa t’il l’encadrement menant à l’extérieur qu’il entendit un “Magnifique…” spontané et naturel venant la femme qui avait jeté son regard sur l’étendue verdoyante qui se profilait en contrebas. Elle savait apprécier ses jardins. Bien que la chose en soi ne soit pas bien étonnante, cela marquait un certain attrait pour la beauté, et pour le tableau riche et varié que pouvaient offrir des mélanges savamment maitrisés.
La pirate finit par se retourner et lui faire face. Son accoutrement était digne d’une capitaine. Mais loin d’être adapté à une noble. Rien d’étonnant à celà. De ce qu’il savait de dame Kingsley, et de sa réputation en tant que pirate, elle aimait être crainte. Souhait qu’elle réalisa. Si aujourd’hui elle se présentait à lui ainsi vêtue, c’est que c’est ainsi qu’elle voulait être reconnue. L’appeler par son nom d’antan serait la rabaisser à une image, un statut qui visiblement ne lui plaisait guère. Inutile donc d’arguer la vulgaire connaissance d’un nom, alors qu’il pouvait simplement marquer le fait qu’il la reconnaissait pour ce qu’elle voulait être, et était.
Une fois inclinée, le prince hocha subtilement la tête pour la saluer également. Son fin sourire toujours sur le visage, il était prêt à entamer cet entretien.

-Le plaisir est partagé Capitaine Prémisse. J’espère que l’idée d’un déjeuner en privé au lieu d’une entrevue en salle du trône n'altère en rien l’objet de cet entretien.

Autant se renseigner immédiatement sur ses dispositions actuelles. Jusque là, elle démentait grandement ce qui se disait sur elle. Impulsive. Froide. Prenant de haut. Elle n’était pas là en tant que membre du conseil pirate, et pourtant, elle ne présentait pas la capitaine que l’on disait. La chose était fort apprécié si c’était un comportement conditionné par la situation, l’endroit, et sa personne. La raison de sa venue devait donc être réellement importante.
Le prince l’invita d’un geste de la main à prendre place. Lui même s’approcha de sa chaise. Deux serviteurs vinrent immédiatement prendre place derrière eux, et s’apprêtaient à leur tirer et pousser leur siège. Une fois installé, ils disparurent, et deux autres arrivèrent, attendant visiblement des instructions.

-Si vous n’y voyez pas d’inconvénients, nous prendrons donc le temps de manger. Souhaitez vous quelque chose en particulier à boire ?


Azzan adorait le jeu verbal. Et là, il prenait son temps. Une ancienne noble devenue pirate. Une femme de caractère qui aimait dominer et être crainte. Il savait parfaitement qu’elle était dans un lieu et une situation qui ne devaient pas lui plaire. Il n’avait plus aucun contrôle. Mais l’écraser par amusement, uniquement pour dire “je domine”, alors qu’ils étaient dans une position sans équivoque, relèverait davantage de la gaminerie que d’une réel marque de domination. L’effort était apprécié, et la mettre à l’aise était désormais le but principal. Du moins… Après avoir pu admirer son expression et son jeu à elle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Prémisse


avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Où me trouver ?:
DC(s):

MessageSujet: Re: Cœur de glace et yeux de braises. [pv Azzan]   Sam 13 Jan - 23:21

Elle observa le Prince qui hocha la tête en réponse, elle savait à quoi s'attendre, mais d'ordinaire s'était elle qui laissait les autres s'incliner et qui prenait à peine la peine de hocher la tête en retour. Ce simple geste la poussa à lancer l'un de ses regards froids, mais à peine avait-il prit la parole qu'elle se rappela où elle se trouvait et qu'elle ferma brièvement les yeux pour reprendre son calme. Elle tenta un sourire en réponse, mais ne parvint à répondre que d'une légère moue trahissant l'attention de sourire, mais rien de plus avant de hocher à son tour la tête en guise de réponse. Prémisse suivit le geste du Prince et prit place en même temps que lui. Elle ne fut pas dérangée par l'arriver des serviteurs qui l'aidèrent à s'asseoir et des suivant attendant leur commande. A cela elle était habituée et bien rapidement elle releva les yeux pour les plonger dans ceux du Prince. Il avait un air supérieur, il savait qui il était et où il se trouvait. Tout comme il était conscient que cet endroit n'était pas un lieu qui m'était Prémisse en position de force. Cette idée la frustra, mais elle s'était préparée à cela, à devoir supporter le regard du Prince, se croyant infiniment supérieur à elle et dont elle avait bien envie de remettre à sa place. Cependant, elle ne fit rien et décida d'adopter une attitude contraire à ce qu'on aurait pu attendre d'elle. Elle allait profiter, elle n'était pas en position de faiblesse, il n'y a pas d'ennemie ici, c'était les mots de son second et elle se les répéta dans la tête afin de garder les pieds sur terre.

A la question du Prince, Prémisse ouvrit à nouveau la bouche pour prendre la parole après s'être contenté de réponse gestuelle :

- Je prendrais ce que vous prendrez, on dit que vous êtes un homme de goût...

Elle était droite dans sur sa chaise, les jambes croisées et le regard froid qui ne quittait plus celui du Prince. Là où lui était un homme chaud, arborant un sourire si vrai qu'on en oubliait que ce n'était que de la poudre aux yeux. Le genre d'homme qui donnait envie d'être sincère, polie, donnant envie de s'ouvrir sans parcimonie. Au contraire, Prémisse était froide, son regard ne trahissait rien, mais indiquait à sa façon autant de choses que le sourire du Prince. Là où il donnait envie de s'ouvrir car il était rassurant, elle forçait les gens à s'ouvrir d'un regard, de peur qu'elle ne fasse pleuvoir la foudre sur eux. La dame de glace ne connaissait pas d'homme plus opposé à elle d'un point de vue caractère, ils étaient comme le feu et l'eau, le froid et la chaleur. Prémisse savait en le regardant qu'il était un ennemi contrairement à ce que lui disait Tyran, car il cherchait à la mettre à l'aise, à lui donner l'impression que sa garde était inutile avec lui et c'était justement cela qui lui donnait envie de dresser toutes les barrières possibles. Elle n'était pas une de ses groupies, une des femmes qui rêvaient de devenir son épouse. Au lit il était peut-être un homme que Prémisse accepterai, mais rien de plus, dans sa vie ne se trouvait rien qu'elle désirait, car elle serait obligée de le partager avec lui. De plus, elle savait que le pouvoir était principalement entre les mains de l'homme. Ces simples déductions eurent raisons du peu de doute qu'elle avait encore concernant l'état d'esprit dans lequel elle devait se placer en face du Prince. Elle décida alors d'ajouter après que le Prince est prit les commandes et que les domestiques soient reparties :

- Il y a des personnes que je ne peux pas rencontrer, des personnes qui ne peuvent pas prendre le risque de me rencontrer. Cependant, pour une fois l'une d'entre eux n'aura pas le choix et devra me faire face. Pour cela... Eh bien, j'ai besoin de quelqu'un pour jouer le rôle d'intermédiaire.

Elle joignit les mains devant elle sur la table tout en parlant et lorsqu'elle arriva sur la fin elle les rouvrit avant de les ramener sur ses genoux. Elle ne lui fera pas le plaisir de donner l'impression qu'elle demande son aide, car se n'était pas le cas, elle montra plutôt que c'était la personne qu'elle souhaitait rencontrer qui avait besoin du Prince. Puis elle ajouta simplement et cette fois avec un léger sourire en coin :

- J'ai avec moi une personne d'une très haute importance.

Elle n'en dit pas plus, ne voulant pas révéler toutes ses cartes avant même que le repas soit commencé. Elle se mit alors plus à l'aise et pencha légèrement la tête sur le côté tout en écoutant ce que le Prince aurait à répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Azzan at-Aswala


avatar


Identité
Maitre/Hybride de: Lumina et Rozenn
Où me trouver ?: Île aux Saphirs
DC(s): Tyrannis

MessageSujet: Re: Cœur de glace et yeux de braises. [pv Azzan]   Dim 14 Jan - 9:32

Visiblement, les apparences ne durèrent que bien peu de temps. Un aperçu éphémère de que Thérésa Kingsley aurait pu être. Mais jusque là, cela avait été son comportement trop parfait, trop mesuré, qui avait été surprenant. Là au moins, ils retournaient dans une configuration connue, attendue, et que du coup il pouvait davantage maîtriser.
Ce regard était bien celui qu’il pensait voir à un moment. Cela avait été rapide. Elle espérait donc qu’un prince s’incline également ? Son égo avait donc fait taire sa raison. Elle était capitaine pirate. Sa puissance et son autorité au sein des archipels n’était reconnues officiellement que par lui-même. Et c’est en tant que pirate qu’elle était accueillie. Une dame aurait eu le droit à un baise main digne de son rang. Ce qui n’était pas le cas de Prémisse. L’impression première fut donc qu’elle aspirait à être traitée comme une noble en étant pirate. Tout. Voilà ce qu’elle voulait. Un objectif qui ne pouvait que parler au prince, qui recherchait la même chose. Mais par des moyens différents.
A table elle sembla reprendre contenance, et se laisser aller à une flatterie. Chose assez singulière, tranchant avec ce qu’il avait pensé de la suite. C’était donc entre deux comportements qu’elle basculait. Des efforts elle en faisait, et c’était presque trop voyant que c’était pas naturel. Qu’elle se forçait. L’aspect final était à la fois amusant et intrigant.
A ces mots, Azzan lui offrit un sourire entendu et un hochement de tête, légèrement incliné, signifiant qu’il avait été réceptif au compliment. Elle en était capable. Tout comme elle l’avait fait avec ses jardins. La reconnaissance de qualités chez autrui était donc une chose qu’elle possédait. Mais il savait que les réponses dont les tournures chargées avec lesquelles il conversait généralement avec de plus nobles interlocuteurs, ne feraient que l’agacer. Autant continuer de la mettre en de bonnes dispositions si l’on voulait que les choses continuent.

-Dans ce cas ce sera deux coupes de vin du Ko’Tangor. Ce vin a d’intéressant de connaître des terres humaines et un savoir faire furry. Une hybridation qui surprend. Mais c’est souvent ce que l’on espère trouver lorsque l’on a tout: la surprise.

Généralement, on attribuait le savoir-faire aux hommes, et la bonne terre aux furrys. ici encore, le cliché était brisé. Par ces mots, il cherchait principalement à lui exposer des vérités sur ce qu’ils étaient entrain de vivre actuellement, sur ce qui se passait. Il ne se montrerait pas avare de mot. Prémisse n’était pas constituée de ce qu’il fallait pour qu’elle puisse trouver le moment agréable. Un véritable obstacle pour passer un bon moment, et permettre un entretien des plus éclairé et profitable pour les deux interlocuteurs. Il faudrait donc la mettre dans des dispositions plus appropriées.
A peine les serviteurs eurent-ils disparu qu’elle reprit la parole. C’était donc bien quelque chose qu’elle espérait pouvoir évoquer sans oreilles indiscrètes. Il l’écoutait attentivement. Sûre d’elle, oui, elle l’était. Comme si elle était en position de force. Ses mots étaient choisis de manière bien particulière. Dans chaque phrase, elle se présentait en position de force. Comme si elle était au-dessus, et que les autres devaient suivre. Le choix n’était pas leur.
C’était donc un passage en force qu’elle essayait. Là où il avait essayé de la mettre à l’aise, elle essayait donc de jouer des muscles. Tout ce qu’elle avait à mettre sur la table, c’était cette personne qui était avec elle, et l’éventuelle curiosité du prince.
Choisir la solution de la force pour prendre, plutôt que la diplomatie. Faire jouer les armes plutôt que les mots. Une noblesse dégarnie, frivole, qui n’a trouvé nul autre solution. Pourquoi ? Etait-elle incapable de diplomatie à ce point ? C’est ce qu’il verrait. Il ne pouvait de toute manière décemment pas en attendre trop d’elle. Depuis le temps qu’elle navigue sur des mers rouges, écartant les cadavres rejetés par ces étendues qui étaient désormais le domaine qu’elle s’était choisie, elle devait avoir perdu tout sens des proportions. Toute réalité qui n’engageait pas la force. La rencontre promettait d’être intéressante. Il la savait plus âgée, malgré une beauté froide presque immaculée. Mais en cet instant, c’était une enfant turbulente qui se force et qui bouillonne qu’il voyait en face de lui. La pousser à bout ne mènerait à rien. Ce qu’il voulait, c’était deux choses: le refroidir, et la faire grandir. Il voulait une adulte sûre d’elle, qui montrait qu’elle savait jouer à ce jeu, avec une maîtrise au moins partielle. Une leçon devrait donc être de mise. Y serait-elle réceptive ? Rien ne serait moins sûr.
Le sourire de la capitaine lui donnait un petit air carnassier. Elle aimait être le prédateur, c’était indéniable. Mais elle se trompait de terrain. Elle se trompait totalement sur sa situation, et sur son interlocuteur. Le déjeuner allait donc duré. Le temps qu’elle prenne une petite leçon. Le temps qu’elle glisse doucement vers la position qu’elle devrait adopter depuis le début.
Azzan comptait bien la redorer. “L’anoblir”. Il voulait l’amener à agir en noble, à lui faire comprendre que ce n’était ni un combat ni un jeu de domination. Azzan se savait en position de force, mais ne l’exhibait pas. la force n’avait aucunement sa place ici, là où Prémisse y voyait une réponse et un outil en chaque endroit.
Avant d’accepter quoique ce soit, d’aller plus en avant sur ses propos, il fallait bien l’amener à redescendre. Sa personne importante ne pouvait être qu’un appui ou un prisonnier. Mais dans tous les cas, difficile de voir où elle voulait en venir. Se targuer d’avoir du monde important dans sa poche, rien de très anodin. Quant à avoir un prisonnier, c’était une pirate. Si elle voulait obtenir une rançon en passant par lui, le déjeuner prendrait une autre tournure. Son statut n’était pas fait pour servir dans des entreprises aussi limites. User de son palais dans ce but était une insulte à laquelle il saurait répondre.
Bien que curieux de la personne en question, il était prêt à patienter et à taire son besoin de savoir. Il finirait par l’apprendre. Mais d’une manière qui lui conviendrait mieux. Egal à lui même, donnant de fines nuances à son sourire. Aucune hostilité, comme s’il était aveugle au jeu de son hôte. Les serviteurs vinrent déposer une coupe devant chacun, et il s’en saisit. D’un délicat mouvement, il le leva dans sa direction, ne répondant pas tout de suite. Puis il bu une fine gorgée avant de fermer brièvement les yeux.

-Ce vin a une signature très singulière. Impossible de le confondre avec un autre. S’il vous plait, je pourrai vous en offrir une bouteille.

Après un bref et subtile mouvement du bras, les serviteurs allèrent chercher de quoi se sustenter en attendant les plats. Une fois apporté, Azzan se servit de l’écrasé d’olive noir sur du pain au maïs. Puis il reporta son attention sur Prémisse.

-Si vous avez besoin de moi, je me ferai un plaisir de vous aider. Si la chose me parait raisonnable bien entendu. Pour le moment, parlez moi plus en avant de votre projet.

L’intérêt pour ce qu’elle avait à proposer ou la personne très importante qui semblait être la clé de ce qu’elle espérait obtenir. Mais ce n’était pas vraiment ce qui intéressait Azzan pour le moment. Elle n’avait réussi qu’à attirer son attention sur son comportement. Et non plus sur la raison de sa visite.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Prémisse


avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Où me trouver ?:
DC(s):

MessageSujet: Re: Cœur de glace et yeux de braises. [pv Azzan]   Dim 14 Jan - 10:37

Prémisse n'avait plus l'habitude de ce genre de choses et cette rencontre le lui prouva. Elle était à présent bien loin de dame Kingsley, en soit cela l'agaçait autant que l'inverse, elle n'avait pas entendu de petites voix depuis bien des années. A présent c'était Prémisse qui commandait et non la noble, mais le Prince montrait des signes de patience qu'elle aurait préféré ne pas voir. Son petit jeu de mot avec le vin ne tomba pas dans l'oreille d'un sourd et Prémisse commença à se demander si elle avait vraiment bien fait de faire cela elle même ou si au contraire elle devait expédier tout ça à la va vite.

Le vin fut apporté pas bien longtemps après ce bref échange, elle se saisie d'une coupe peu après le Prince et le leva dans sa direction lorsqu'il le fit lui-même. Puis le goûta, elle fut forcée de constater que le Prince avait bien raison, grande amatrice de vin qu'elle était, celui-ci lui était encore inconnue, mais lui plaisait. Elle écouta le Prince et se détendit quelque peu. Suite à sa demande qui ressemblait plus à de la courtoisie elle sourit légèrement et celui-ci contrairement aux autres étaient bien plus sincères.

Les domestiques continuaient leur petit manège, apportant ensuite des apéritifs en attendant le repas. Le Prince continua de monopoliser la conversation et montra son envie d'en apprendre plus sur son projet. La Capitaine observa le Prince, détaillant ses yeux, son sourire, ses vêtements, sa façon de manger ces horribles olives, elle n'était effectivement pas fan des olives, mais en le détaillant ainsi, elle ne le sentait pas être un danger. Cependant, elle savait que c'était justement là que se trouvait tout le danger, cet homme n'inspire pas la peur, elle avait presque envie de voir là un homme à tendre la joue pour prendre une autre baffe. Mais là encore, elle savait que ce n'était pas le cas, le Prince était le seul à avoir réussi à pactiser avec le conseil des Pirates et elle en était une fervente dépendeuse. Elle aimait cet accord et avait déjà par le passé coulé un navire pour le punir d'avoir attaqué l'un des navires marchands du Prince.

La Dame de glace finit par fermer les yeux et soupirer. Rien d’irrespectueux là-dedans, en fait cela ressemblait plus à de la résignation, elle n'entendait certes plus la voix de l'enfant qu'elle était, mais revoyait les images de son père avant de le faire tuer. Il se retournerait dans sa tombe si elle continuait à considérer un marchand comme un ennemi. Elle faisait actuellement du commerce sur son île dans son marché, pouvait-elle continuer à se montrer sur la défensive, elle ne croyait pas cela viable. Elle ouvrit ses yeux rougeoyant et passa sa main dans ses cheveux, les ramenant en arrière pour découvrir pleinement son visage. Elle avait gardé son regard de glace, mais cela était plus pour que ses émotions par la suite restent invisibles. Mais son corps montrait les signes d'une femme qui baissait volontairement sa garde. La Dame de glace reprit une gorgée, apprécia la saveur dans sa bouche et avala avant de prendre la parole en regardant son interlocuteur dans les yeux :

- Excusez-moi, jouer un rôle n'est vraiment pas mon fort, alors pardonnez mes manières de pirates, dans cette histoire personne est mon ennemie et comprenez que je viens avec un cadeau et non une prisonnière.

Prémisse se saisit de Tamara, cela elle appréciait en prit une bouché avant de continuer une fois le tout avalé. Elle ne voulait pas laisser le Prince répondre et montrait clairement les signes qu'elle n'avait pas finis :

- J'ignore si vous êtes au courant, mais cela est possible... Je suis en rivalité avec une Capitaine Pirate du nom de Bisemort, avec un piège ingénieux j'ai réussi à la surprendre et cette fois elle n'a pas réussi à m'échapper. Son navire est allé par le fond, ce sont ses hommes que je vends sur le marché. Cependant... J'ai fait une découverte dans ses cales.

Elle ferma un instant les yeux, à nouveau cela lui était nécessaire, elle devait se détendre, comme avec le Capitaine Kayen elle devait réapprendre ce jeu. Puis elle se mit à sourire en imaginant ce qui aurait réellement pu arriver dans ce genre de contexte :

- Par chance, ce n'était pas une attaque de village, sinon elle n'aurait pas eu cette chance, elle évita de servir à mes hommes. Cela aurait posé problème si la Baronne Midona Van Saquelle aurait été ravagé par des dizaines d'hommes.

Elle resta en suspens quelques instants avant de finalement reprendre, laissant ainsi le temps au Prince d'imaginer, même si elle ne s'en faisait pas pour lui :

- La sœur du Duc n'a rien, je l'ai fait conduire dans une cabine privée et elle a été bien traité. Je ne suis pas idiote, m'en prendre à elle m'aurait certainement apporté bien plus de malheur que de bienfait. J'imagine que vous comprenez à présent pourquoi j'ai besoin que vous jouiez les intermédiaires.

Elle fronça brièvement les sourcils, elle eut d'un coup l'envie de faire comprendre que si les choses ne se passaient pas comme elle le voulait, celle-ci recevrait finalement tout de même la visite de ses hommes. Mais elle respira un bon coup, elle ne jouait pas de rôle devant le Prince, elle était simplement au naturel et cherchait simplement à se rappeler à chaque fois que l'homme en face d'elle était actuellement son ami, mais tout de même un Prince qui mérite le respect. Jusque-là, il ne s'était pas montré offensant avec elle, pas plus qu'un autre et dans le fond, même un peu moins que le commun des gens qu'elle rencontrait. Prémisse s'agaçait en général pour un rien et était susceptible comme personne. Curieusement elle réalisa que le Prince l'agaçait moins qu'elle ne le pensait, peut-être que son côté beau parleur la dérangeait moins du fait qu'il était un Prince.
Revenir en haut Aller en bas
Azzan at-Aswala


avatar


Identité
Maitre/Hybride de: Lumina et Rozenn
Où me trouver ?: Île aux Saphirs
DC(s): Tyrannis

MessageSujet: Re: Cœur de glace et yeux de braises. [pv Azzan]   Ven 19 Jan - 15:32

A son attitude, Azzan comprit immédiatement que la glace avait fondu. C’était comme voir une corde raide se relâcher doucement. L’impression donnée était agréable visuellement. Cela apaisait bien des choses et rendait le tableau plus accessible, comme si l’on pouvait enfin le toucher. Le prince, lui, ne souhaitait que subtilement lui faire prendre conscience de son propre jeu à elle et de son impact. Rien. Elle n’avait rien obtenu en agissant ainsi. Même pas un changement dans les manières de son hôte, ni mépris, ni froideur en réponse. Il était resté égal à lui même, respectueux, chaleureux, et se montrant même un peu plus affable pour appuyer la chose. Et enfin, elle se laissait faire. Elle se laissait bercer par cet échange.

Le prince y voyait une petite victoire dans ce jeu qui fut bien bref. Mais le côté éphémère était rassurant. Cela signifiait qu’elle savait se montrer raisonnable, ou alors que c’était assez important pour qu’elle se force à l’être. Sa carapace retirée, en plus de sublimer quelque peu ses traits, permettait davantage d’ouvertures. Maintenant que ce jeu était fini, il allait pouvoir se concentrer sur l’essentiel de la conversation.

Elle retrouva le regard du prince, mais cette fois c’était différent. Plus d’animosité, plus de rempart où se cacher derrière avec une arbalète à la main. Elle conversait enfin comme une invitée, et non plus comme à un adversaire sur ses gardes. Le prince s’adossa de manière plus marquée contre le dossier de sa chaise, sa coupe à la main. Il ne la quittait pas des yeux. D’une simple variation du sourire, il affichait désormais le visage de l’homme compréhensif. Il donnait l’impression de prendre en compte chaque mot qu’elle disait. Des excuses venant d’elle devait être quelque chose de douloureux. Il fallait continuer de la mettre en confiance, à l’aise. Qu’elle se sente bien et libre d’exprimer ce qu’elle souhaitait sans appréhension d’un usage de ce qu’elle dira contre elle. Bien entendu, cela n’était en rien par bonté d’âme que le prince agissait ainsi.
Suivant le ton et les propos de la conversation, il lui accorda un léger haussement des sourcils avec un sourire plus affiné, exprimant une gratitude par anticipation et un intérêt renouvelé. Intérêt qui n’était pas feint. Un cadeau donc ? Si elle défendait le fait qu’elle n’apporte pas une prisonnière, c’était donc que l’effet précédent devait le sous-entendre. La personne importante dont elle parlait lui “appartenait” donc, si elle pouvait en disposer en tant que cadeau ou prisonnière. La seule créature qu’il espérait obtenir, il l’avait déjà. Avait-elle fait tout ce chemin et demandé une entrevue pour simplement lui offrir une esclave ? Car il s’agissait bien d’une femme. Quoique… Peut-être parlait-elle d’elle même. S’offrir en tant que femme. L’idée amusa Azzan sur le moment, voyant mal en quoi le capitaine Prémisse pourrait faire une bonne épouse. Son agressivité latente n’était en rien compatible avec le statut de princesse, surtout dans un endroit empreint de diplomatie. Restait, qu’il n’avait pas encore sa réponse.

Après sa bouchée de tarama, elle avait évoqué sa rivalité avec une autre pirate. Elle était clairement ici en son propre nom, et toute cette affaire n’avait rien à voir avec le Conseil Pirate. Hormi une visite il y a quelques années pour acheter une résidence dans la cité, il ne l’avait jamais reçu personnellement. La mort du capitaine Bisemorte n’affecta en rien Azzan. En soi, la mort était quelque chose de commun dans ce monde. Notamment chez les pirates. Et bien que la capitaine Bisemorte apportait une contribution intéressante au commerce, quelqu’un d’autre prendra sa place. Les choses sont ainsi. Il y a toujours un ambitieux pour en remplacer un autre sur les mers. Quant à la manière avec laquelle Thérésa s’était débarassée de sa rivale, cela ne l’intéressait pas. Le résultat était là, et le
bateau coulé avec les prisonniers indiquaient une bateau navale. Un classique.
Comme pour indiquer qu’il n’attendait pas uniquement d’elle qu’elle se mette à l’aise, il prit une autre gorgée de vin. Il ne mangeait pas. Afin de ne pas gâcher le récit, ou d’avoir l’air davantage concentré sur sa nourriture que sur ses dires. Mais après l’annonce d’une “découverte” dans les cales de la capitaine qui n’a jamais aussi bien porté son nom, elle semblait avoir besoin de marquer une pause. Si elle avait conservé son regard sur lui, il aurait pu croire à un effet de style afin de faire monter le suspense, de le faire saliver, afin qu’il soit totalement pendu à ses lèvres. La chose, bien que grossièrement taillée pour les récits de comptoir, avait généralement son petit effet, notamment sur une foule, qui se montait en pression entre elle. Mais là n’était visiblement pas son but, car elle fermit les yeux avant de sourire à nouveau. Cela semblait encore compliqué pour elle cette entrevue. On aurait dit qu’elle était en permanence entrain d’essayer de s’adapter. On était loin du naturel que l’on pourrait attendre d’un noble. En d’autres circonstances, ce genre de faiblesse dans des échanges aurait aisément pu servir pour prendre l’avantage. Mais quel intérêt d’écraser quelqu’un qui vous apporte un présent ?
La suite des propos de Prémisse eurent raison de sa curiosité, et mirent en branle son esprit. Ce dernier se mit immédiatement à réfléchir à tout ce que cela impliquait. La soeur du Duc van Saquelle, et l’héritière du duché de Kahoran, avait été faite prisonnière de pirates ? Comment cela avait il été possible ? La disparition de la baronne n’avait été signalée nul part. Le Duc avait donc garder l’information pour lui. La dernière fois qu’Azzan avait entendu parlé de la présence de la jeune noble, était lors des festivités du Passeur, à Kermis. Son apparition avait été publique. Mais au-delà de ça, il n’avait aucunement souvenir d’une autre occasion où elle avait pu se montrer. L’enlèvement aurait pu se faire n’importe quand. Si cela se répandait que des pirates avaient pu mettre la main sur une personnalité comme elle, cela encouragerait d’autres initiatives de ce genre, et créerait un déséquilibre des plus gênant. Les pirates et les puissances de l’Archipel Première ont toujours maintenu des échanges de force plus ou moins égaux. Il comprenait désormais pourquoi elle était venue le voir. Elle n’aurait pas été ce qu’elle était, il aurait pu penser que comme lui, elle aspirait à ce que l’équilibre soit maintenu. Mais de ce qu’il en savait, cette femme était une ambitieuse. Et son parcours en était la preuve. C’était donc un “cadeau” intéressé. Et mettre en avant le fait qu’elle l’ait “sauvé” et bien traité, était également bien joué. Qu’importe ce que lui pensait, les faits ne pouvaient mentir. Et pour cela, il fallait qu’il voit la baronne.

Doucement, il faisait tourner le vin dans sa coupe, ne quittant pas Prémisse du regard.Il aurait été aisé de faire comme si cette nouvelle ne lui faisait ni chaud ni froid. Qu’il n’était pas surpris, que c’était une annonce banale. Mais cela n’aurait rien eu de naturel d’un point de vu extérieur. Impossible de croire que ce n’était pas un masque. Car une nouvelle comme celle ci, quand on est un dirigeant qui prône la diplomatie et l’importance des statuts, avait forcément un impact qu’on pouvait deviner. Prémisse était à sa table, et son bateau sur le port. Elle dit être venu pour la rapporter. Et s’il servait d’intermédiaire… ça serait forcément avec le Duc van Saquelle. Ses relations avec lui étaient cordiales, et il ne doutait pas qu’il serait bien heureux de retrouver sa soeur. Mais tout comme il ne pourrait révéler la disparition de l’héritière du duché, il ne pourrait reconnaître officiellement qu’elle ait été sauvée par des pirates. Beaucoup hurleraient au complot et d’autres pourraient y voir des présages bien pires.
Il affichait une mine pensive. Il n’y avait pas vraiment de décision à prendre. Si la baronne était en bonne santé, et qu’elle assurait la véracité des propos de la capitaine, que cela soit vrai ou non, le reste n’avait plus d’importance. Il suffirait que le capitaine Prémisse l’amène au palais, qu’il puisse juger de tout ça. Sauf qu’elle aurait déjà pu le faire… Si elle réclamait un intermédiaire ou un médiateur, c’est qu’elle ne souhaitait pas uniquement rendre la jeune femme. Elle espérait autre chose. Azzan en sourit. Bien sûr qu’elle voulait quelque chose. Restait à définir quoi.
Il s’approcha davantage de la table, ne s’enfonçant plus dans son siège. Le récit terminé, c’était à lui d’aborder la suite. Elle était très différente de lui. Lui était complètement dans son élément, alors qu’elle naviguait dans des eaux troubles, d’où elle devait craindre de voir des requins s’intéresser à elle. En venant le voir, elle avait pris une bonne décision, et il lui faudrait encourager la chose afin qu’elle recommence la prochaine fois.

-C’est une bien heureuse coïncidence que vous ayez retrouvé la baronne van Saquelle, et que cette dernière ait survécu à l’assaut de vos hommes et de vos canons. Et vous me voyez soulagé de votre initiative. Nous avons beau être des gens de ce monde, l’héritière de Kahoran est une personne de valeur qui aurait pu changer bien des choses entre de mauvaises mains. Je vous suis très reconnaissant du geste que vous faites.

Et sans empressement, il baissa la tête, ne la regardant plus, en signe de gratitude. C’était la moindre des choses. Tout comme il récompensait le fait qu’elle réussisse à se détendre et à ne plus le voir comme un ennemi, il récompensait son initiative. Mais avant de lui offrir une petite victoire, il fallait autre chose.

-Pour ce qui est de servir d’intermédiaire, je suppose que la personne avec qui vous voulez vous entretenir, n’est autre que la Duc van Saquelle. Et je peux vous assurer de mon soutien dans ce projet.

Toujours souriant, on aurait pu croire qu’il était plus qu’un intermédiaire ou une personne non-hostile. On aurait presque pu croire qu’il était directement allié avec elle. Tout semblait naturel, aisé. Il conversait tout en reprenant ses couverts afin d’entamer le saumon en croûte qui avait été apporté. Mais bien entendu, il n’allait pas s’arrêter pas.

-Néanmoins, vous le comprendrez, j’aurai deux requêtes à formuler. La première ne sera bien compliquée, car il vous suffit d’aller jusqu’au bout de votre bonne foi, en amenant Dame van Saquelle au palais lorsque vous repartirez pour votre batiment. La deuxième, est davantage pour vous prémunir d’éventuels problèmes de tact en raison de vos activités qui vous ont longtemps éloigné de la chose diplomatique.

Apportant à sa bouche un morceau qu’il avait découpé en parlant, il plongea ses lèvres dans le liquide pourpre avant de continuer, et de poser tout ce qu’il tenait en main.

-Je me doute que votre présent attend récompense, et je le comprends bien. Vous êtes pirate dans l’âme, et je suis marchand dans l’âme. Rien n’est gratuit. Et la simple reconnaissance n’apporte pas grand chose dans votre profession. Alors, je voudrais savoir ce que vous attendez “exactement”, de cette entrevue avec le Duc ?

Le sourire du prince s’affirma, et ses yeux indiquaient clairement et sans honte un certain intérêt à ce qu’elle pourrait dire. Quel prix pouvait elle attendre de tout ceci ? Le prince était curieux de voir quel prix elle pourrait donner à Dame van Saquelle, et surtout, que comptait elle faire si le Duc ne lui accordait un simple merci ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Prémisse


avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Où me trouver ?:
DC(s):

MessageSujet: Re: Cœur de glace et yeux de braises. [pv Azzan]   Dim 21 Jan - 10:37

L'annonce de sa trouvaille eu l'effet escompté, même le grand Azzan ne cacha pas sa surprise ou son regain d'intérêt. Certes, elle se doutait qu'il aurait pu agir différemment, mais pourquoi, cela ne lui donnerait uniquement l'envie de couper cour et de faire ce qu'elle fait toujours, s'imposer. Il était certain que Prémisse était consciente de la gravité qu'une telle chose pourrait faire sur l'équilibre du monde. Apprendre qu'une personnalité si importante à été faite prisonnière par des pirates, une catastrophe sans pareil.

Le Prince ne prit pas longtemps pour lui répondre, elle savait qu'une grande partie de ses réactions étaient feintes et que c'était là le diplomate qui parlait. Le Prince se montra étonnamment courtois, se montrant reconnaissant pour son geste, ce qui d'une certaine manière, fit mouche. Prémisse n'était pas insensible à la flatterie, bien qu'en fonction de la personne elle en avait que faire. Cependant, Azzan n'était pas n'importe qui et le voir baisser la tête en signe de gratitude confirma à Prémisse qu'elle avait bien fait. Cela la conforta dans sa volonté de rester courtoise, bien sûr, il comprit de suite avec qui il était censé servir d'intermédiaire et la Capitaine n'eut qu'à sourire légèrement en retour en guise de réponse.

Lorsque le Prince marchand commença à manger, Prémisse en fit de même, elle n'avait pas oublié cette petite règle de base et sans surprise ce qui se trouvait dans l'assiette était un délice. Cependant, sans surprise, il y avait un ''Mais'' sans vraiment de grande surprise, sa première requête était qu'elle termine son geste et envois Midona au Palais. La seconde la fit froncer les sourcils, pour l'instant elle préféra garder le silence, ne voulant pas laisser son impulsivité exploser bêtement. La dame de glace prit la coupe entre ses doigts et en bue une grande gorgée, cela lui donna un léger coup de fouet, mais de suite elle fut plus calme.

Prémisse ferma brièvement les yeux, se calmant après que le Prince est terminé de s'expliquer. Effectivement, la Capitaine avait failli s'énerver pour rien et fut soulagé que le Prince comprenne la situation aussi bien. Bien entendu, Prémisse n'en montra pas grand chose, à par en fermant les yeux, rien ne transparu sur son visage ou dans sa gestuelle. Elle fut à présent bien plus calme, naturel, la bombe était lancée et le Prince avait bien réagi. De plus, son intérêt pour la chose et son sourire amusa quelque peu Prémisse, y voyant là bien l'âme d'un commerçant. La Capitaine se décontracta, se reposant à présent plus contre son dossier de la chaise et prit une nouvelle gorgée avant de répondre :

- Ne vous en faites pas, je n'ai pas l'attention de la faire attendre plus longtemps avant de retrouver le confort d'un Palais. Mais vous avez raison, bien que je suis consciente de l'importante et de la valeur qu'elle représente, je ne suis pas idiote au point de faire un échange.

Son regard quitta celui d'Azzan pour se porter vers le lointain et la mer. Il n'y avait qu'une chose qui pouvait réellement l'intéresser et que Bara Van Saquelle pouvait lui offrir. Son regard sur la mer était elle qu'on aurait dit qu'elle y voyait un joyaux. Elle pouvait dire ce qu'elle voulait, elle en était tombée amoureuse, au début ce n'était là qu'un moyen de briser ses chaînes et d'obtenir toujours plus. Mais à présent, son désir bien que toujours aussi puissant et insatisfait, elle était parvenue à aimer la mer, les navires, la Piraterie. Son regard revint à Azzan, une légère lumière au fond des yeux montrait une certaine détermination et prouvait qu'elle ne changerait pas, la transformation en pirate était définitive :

- Je suis une pirate dans l'âme, comme vous êtes un marchand et comme vous l'avez dit, rien n'est gratuit, surtout pas dans ce monde. Ce que je veux est simple, je veux toujours plus, mais mon objectif prioritaire en ce moment est d'augmenter ma puissance naval. Je pourrais jouer avec les mots, faire semblant de vouloir rester humble, mais vous et moi savons que je ne suis pas humble. Dans un monde parfait je dirais que deux navires seraient ma récompense, afin d'acheter aussi mon silence sur cette affaire. Après tout, elle a un époux et un frère qui ne manque pas de fond. Qu'est ce pour eux, un navire ?

Elle prit un nouveau morceau de choix, délicieux, son esclave était doué dans la cuisine, là-dessus elle n'avait pas à se plaindre, mais la qualité de la nourriture ici n'avait rien à voir avec ce qu'on peut faire sur un navire. Mais rapidement elle déposa les couverts sur la table et son regard devint... Plus prédatrice :

- Après... Certes rien ne les obliges à me récompenser, c'est vrai, elle est libre, mais cela me donnerais l'impression d'avoir été floué, arnaqué et même humilié. Je ne réagis pas bien à ce genre de choses et je pense que par vengeance je leur ferai regretter en cette fois capturant de mon propre chef une personnalité de la haute. Par contre, celle-là ne sortirait pas indemne.

Il y avait une certaine agressivité dans son regard, dans sa façon de parler, mais curieusement, absolument rien contre le Prince et remarquant que ses propos pouvaient être prises pour une menace, elle ajouta d'un ton calme et sous un regard bien plus conviviale :

- Mais pourquoi une telle chose se produirait-il, vous remercierez la personne qui sauve votre sœur comment vous ? Vous vous contenteriez d'un merci bon débarra ? On dit des pirates qu'ils sont immatures et que ce sont des vrais sauvages. Alors, les nobles devraient se comporter en noble et récompenser la bonne foi. De plus, si tout ce passe bien, je me rappellerais de votre aide et saurait vous rendre service en temps voulu.

Sur le moment, elle ignorait comment le Prince allait réagir, elle avait cherché à lui faire comprendre qu'il y aurait des répercutions si on se payait sa tête, mais que celle-ci ne lui était nullement destiné. Au contraire, si tout ce passait bien, Prémisse se souviendrait de son aide et lui sera redevable sur ce coup-là. A présent, elle était curieuse de savoir ce qu'il pensait de tout cela.
Revenir en haut Aller en bas
Azzan at-Aswala


avatar


Identité
Maitre/Hybride de: Lumina et Rozenn
Où me trouver ?: Île aux Saphirs
DC(s): Tyrannis

MessageSujet: Re: Cœur de glace et yeux de braises. [pv Azzan]   Mer 31 Jan - 10:56

L’imperfection du caractère de la pirate s’était manifestée dans ses plus beaux atours. Elle avait tiqué sur la deuxième demande. Restant souriant, Azzan s’amusait de voir les choses sur lesquelles elle butait. Des choses assez simples, qui d’ordinaire n’aurait fait que cligner des yeux un diplomate quelconque. Mais réussissait néanmoins à se calmer seule. Un point intéressant si l’on compare ce qu’il avait sous les yeux, et ce qu’il avait entendu. Cela se sentait qu’elle mettait un point d’honneur à se fermer en gardant un regard froid. Elle ne cachait pas son jeu. Ce qui amputait au prince, un de ses meilleurs atouts. Mais les réactions de cette femme en disaient autant que s’il avait pu la transpercer de son regard. Azzan avait presque pitié d’une si faible maîtrise de soi. Heureusement qu’elle évoluait dans un monde de brute, et que le seul dirigeant qu’elle cotoyait était lui même. Une bonne chose, car il était tolérant, et savait faire en fonction des origines de ses interlocuteurs. Bien qu’il se sentait supérieur dans bien des domaines, il était assez clairvoyant pour savoir que dans d’autres, il était surpassé. Et les pirates n’étaient pas fait pour la diplomatie. Ils prenaient quand ils voulaient. Ils obtenaient sans avoir besoin de négocier ou parlementer. On ne peut reprocher à un chien de ne pas savoir parler, alors que nous nous ne sommes pas capable d’avoir le même flair.

Au moins continuait elle de se montrer raisonnable, et assurait la présence de la baronne sous peu. Cela fera un soucis de moins, et il pourrait offrir à cette dernière tout le confort qui lui échoit. Bien que pour la rendre sans négociation ni demande rançon, dans la forme du moins, elle avait dû être traitée correctement. Ce n’était donc pas le soucis de sa santé ou de son intégrité qui était en jeu, mais le paraître. Laisser plus longtemps une noble chez les pirates donnait une bien mauvaise image de la famille en question, et cette histoire aurait éclaboussé Azzan s’il n’avait pas fait en sorte de la récupérer, qu’importe s’il la pensait en danger ou non. Les apparences. Encore et toujours. Une chose dont les pirates n’avaient pas à se préoccuper, étant des parias par nature.
L’espace d’un instant, il cru percevoir quelque chose briller dans ses yeux lorsqu’elle regardait la mer. Soit c’était l’étendue elle-même qui lui arrachait cet éclat visible derrière ce mur de glace, soit c’était quelqu’un ou quelque chose auquel elle tenait, et qui se trouvait au loin. Impossible à dire, mais au moins il avait une information supplémentaire: elle avait un intérêt profond pour quelque chose. Quoi, en dirait davantage sur elle, mais il doutait qu’il en obtiendrait davantage.

Et davantage, c’était ce que elle voulait. Deux navires donc… En effet, la modestie n’était pas faite pour elle. Et “acheter” son silence ? Si elle comptait utiliser cela comme chantage par la suite, ou comme menace, il faudrait qu’il convainc Dame van Saquelle de nier quoiqu’il arrive. C’était au moins ça de sécurité en cas de besoin.
Mais c’était davantage les deux navires qui poseraient problème. Armer davantage des pirates n’était pas dans les habitudes des dirigeants de l’Archipel Première. D’autant plus que la chose risque d’être mal vue si cela s’apprend. Ne serait-ce que Karth, cela créerait des tensions, où l’on reprocherait à Kahoran de “cautionner” la piraterie sans raison. Il faudrait avouer ce honteux épisode pour l’expliquer. En sachant que Midona a été “remise” sans rançon officielle, ça passerait pour un complot de Kahoran. La chose était délicate, et il faudrait jouer serré.

Alors qu’il l’écoutait d’une oreille pendant sa réflexion, il vit un changement de comportement qui lui déplu immédiatement. Elle repartait dans ses vices et arborait à nouveau un comportement belliqueux, là où il ne devait pas y en avoir. Quelle déception. Elle était pourtant sur la bonne voie. N’avait elle donc pas compris que de simples remerciements étaient le prix du risque à payer ? Jouer au jeu politique quand on est la lie des races intelligentes, toute espèce confondue, n’était pas la chose la plus facile. Pour certains, parlementer avec un pirate c’était comme parlementer avec un singe pouilleux. Idiot et qu’on évite. Elle avait donc envisagée qu’on ne rende pas grâce à son geste, mais ne s’était pas préparée à ça. Une mauvaise joueuse. Une pirate. Rien de très étonnant après tout. Mais cela risquait de poser problème. Il ne pouvait parler au nom du Duc van Saquelle, et ne savait comment il réagirait. Mais il pouvait toujours essayer d’assurer les arrières de tout le monde.
Azzan marqua le mécontentement de sa réaction en diminuant son sourire. L’écoutant simplement en buvant une gorgée de vin. Au moins, après sa tirade elle réussit à se calmer. Azzan avait horreur des menaces. C’était vulgaire, et le propre des idiots. Instiller la peur pouvait se faire de manière bien plus élégante. La subtilité n’était vraiment pas son fort. Cela valait il le coup de lui donner une autre petite leçon ? Bonne question. C’était très tentant. Mais rentable uniquement s’il avait à nouveau à faire avec elle à l’avenir de manière plus régulière, et en son nom. Pas celui du conseil.

-Mon aide restera toujours acquise tant que cela va dans le bon sens. Le bon sens est le mien. Et j’ai tout intérêt à ce que tout se passe à merveille. Malheureusement, menacer un de mes alliés pour avoir jouer le jeu politique après une entrevue que j’ai gracieusement menée, c’est me nuire. Vous comprenez le problème de vos précédents propos.

Va pour la petite leçon. Après tout, soit elle finissait par mal le prendre et partait, soit elle restait, et “apprenait”. La capitaine Prémisse était forte dans son tempérament, et avait un puissant bâtiment. C’était comme avoir de la poudre et un énorme boulet de canon. Mais il manquait le bon canon pour qu’il puisse être utile à ses alliés. Une force brute difficilement utilisable en l’état. Et Azzan avait tout à y gagner en la rendant plus “accessible” et ouverte . En l’habituant au jeu de la diplomatie. Qu’elle apprenne à se connaitre pour connaitre les autres, sur une mer encore bien trop houleuse pour elle.

-Comme je vous l’ai dit, votre geste est apprécié, et est reconnu pour ce qu’il est: un présent. Une marque de bonne volonté inédite grave déjà votre nom auprès de certains puissants, qui sauront s’en souvenir, et qui savent désormais qu’il n’est pas si sot que de vouloir échanger, converser, avec vous. Ce qui vous donne déjà de nouvelles possibilités à l’avenir. Voilà, ce qu’il faut voir. Vous ne repartirez pas les mains vides quoiqu’il arrive.

Son assiette ne l’intéressait plus pour le moment. Son sourire revint petit à petit. Converser. Voilà bien une chose qu’il aimait faire. La langue étant une arme qu’il considérait bien plus puissante que n’importe quel canon. Car là où le canon tue, la langue ordonne.

-Mais vous êtes une femme qui semble préférer les choses plus prosaïques, plus “palpable”. Il me faut donc vous offrir ce conseil: préparez à ne rien recevoir. Car si tel est le cas, vous saurez déjà comment réagir, dans l’intérêt de tout le monde. Car vous aurez la reconnaissance de deux puissants déjà acquise. Et qu’importe si le Duc van Saquelle, sa soeur ou son époux vous la montre ostensiblement, vous conserverez la mienne. Non pas en tant que membre du Conseil Pirate, mais pour votre personne. Alors que si vous mettez à exécution ce que vous venez d’énoncer, nous perdrons cette chance mutuelle de bénéficier de nos atouts respectifs. Ce qui, vous en conviendrez, serait fort dommage.

Sa posture était clairement princière. Il affichait sans honte quelconque, qu’il était dans son élément, et qu’il s’y sentait supérieur à elle, afin qu’elle accepte plus aisément ses propos. Restait à savoir si elle était assez clairvoyante pour voir ses propres limites. Mais il n’avait pas fini. Car en effet, un geste se devait d’être retourné. C’est ainsi que l’on inculque aux enfants le juste retour des choses. On fait quelque chose de mal, on reçoit la juste punition. Et si l’on fait quelque chose de bien, on en reçoit autant. Et pour Azzan, Prémisse était une enfant. Une enfant gâtée qui voulait tout. Du moins, c’était l’image qu’il avait. Maintenant qu’elle apportait la baronne van Saquelle, il savait qu’il pouvait en faire quelque chose. Bien qu’elle espérait un retour, elle avait voulu tenter une approche plus délicate. Ce qui était tout à son honneur. Et le prince allait lui donner une petit friandise.

-Mais je ne suis pas avare envers mes alliés, et ceux qui savent agir convenablement. Je vous offre donc une garantie. La garantie que s’il ne vous est pas accordé une récompense à la hauteur de votre geste, je vous offrirai un navire. Vous conserverez donc la considération de tous, et obtiendrez encore plus que ce que vous êtes venue chercher, quoiqu’il advienne de cette entrevue. Néanmoins, cette garantie à des conditions. Votre parole d’accepter les “remerciements” du Duc, qu’importe leurs natures. Et que si telle chose venait à se reproduire, que vous renouveliez votre geste.

Il reprit ensuite une position plus appuyée contre le dossier de son siège. Garantir un jouet à la pirate était un investissement qu’il n’aurait pas à regretter. Si elle acceptait, il n’était pas sûr d’avoir à lui donner quoique ce soit, et obtiendrait une alliance plus solide. Avec une assurance bien confortable...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Prémisse


avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Où me trouver ?:
DC(s):

MessageSujet: Re: Cœur de glace et yeux de braises. [pv Azzan]   Sam 3 Fév - 20:40

Prémisse se trouvait dans un endroit inconnu, mais qu'elle avait déjà connu et quitté. Ces petits jeux de pouvoir ne l'intéressait pas du tout, ce qu'elle voulait été bien plus simple, elle voulait toujours plus. Cela se résumait à ça, il n'y avait pas de raison de réfléchir davantage, elle voulait simplement tout. Cependant, cela avait un double sens, elle voulait tout et à la fois rien de plus. Prémisse était changeante, impulsive, lorsqu'elle désirait une chose rien ne l'arrêtait et lorsqu'elle s'en fichait, les gens étaient libre de faire comme bon leur semble.

Sans surprise, Prémisse remarqua un léger mécontentement de la par d'Azzan, ce qui était plutôt normal et elle s'attendait à un juste retour de ça part. Il pouvait beau la prendre pour une enfant gâtée, une personne sans le moindre sens de la diplomatie, elle en avait complètement rien à secouer et elle ne le cachait pas. La Capitaine de la Dernière Dame n'avait plus rien à prouver à personne, son navire terrorise les océans depuis plus d'une dizaine d'années et rien ni personne n'avait jusque là réussi à la mettre en difficulté. Pour elle, son geste était exceptionnel, rien ne garantissait qu'elle agirait à nouveau avec autant de considération juste car c'était une noble. Bien sûr, ce cas avec la Baronne était assez spéciale, elle ne faisait que jouer un rôle et c'était probablement l'une des raisons qui faisaient qu'elle avait du mal avec cette négociation. Tout ceci, n'était que du vent, de la poudre aux yeux, mais elle était parvenue à lui vendre son histoire et la Baronne confirmerait tout cela.

Lorsque le Prince reprit la parole, elle ne se gêna pas à sourire légèrement lorsqu'il mentionna la menace contre le Duc. Le sourire était léger, comme quand on met en évidence une chose logique, bien sûr qu'elle comprenait le problème dans ses précédents propos et la seule chose qu'elle eut envie de répondre à cela était... « Nous sommes des pirates, à quoi vous vous attendiez ? » Mais elle garda cette tirade pour elle, non il n'était pas un ennemi et elle avait fait preuve d'assez d'agressivité pour convaincre Azzan qu'elle n'était certaine de rien concernant les négociations. A partir de là, elle tâcherait simplement de ne pas se planter.

Rapidement, le Prince fit preuve d'un plus gros appétit à la discussion qu'au repas, Prémisse laissa donc complètement tomber celui-ci pour se concentrer sur sa coupe et le Prince. Elle prit donc une fine gorgée sans arrêter de regarder et écouter le beau Prince Azzan. Finalement, Azzan se dirigea vers quelque chose qu'elle n'attendait pas forcément, mais qui tomba tout de même. En soit elle était assez d'accord avec lui, mais elle ne voulait pas passer pour une pirate facile à convaincre, non, elle préférait rester difficile, compliqué, capable de faire des folies sur un coup de tête. La raison était simple, elle aimait que ses ennemies la croient folle et cela l'amusait énormément. Quelqu'un de fou est difficile à anticiper et comprendre. Prémisse voulait cela, elle n'aimait être accessible par ces enfoirés de l'archipel Première, mais le Prince la dérangeait de moins en moins.

Lorsqu'il finit par lui faire son offre, lui promettant une garantie si jamais la récompense n'était pas à la hauteur, là, elle sourit clairement. Visiblement elle avait reçu ce qu'elle voulait, Azzan venait de prouver qu'il était capable de mettre des garanties et la confortait dans un désir qu'elle avait gardé secret. En contre partie il ne demandait que sa parole concernant son comportement et cela elle pouvait le faire :

- Bien évidemment, si vous garantissez un navire alors je veux bien faire preuve d'autant de calme et de gentillesse que vous voulez avec le Duc. Pour ce qui est de votre deuxième demande, je vais la reformuler.

Son regard changea, elle s'amusait, à présent qu'elle avait une garantie les choses étaient bien plus confortables. Elle décroisa et recroisa les jambes dans l'autre sens tout en commençant à sourire davantage :

- Je vais être franc avec vous, je suis de nature changeante, en fonction de bien des choses je peux me montrer diplomate comme avec la Baronne ou plus agressive, comme pour les nombreux navires au fond de la mer. Mais...

Elle sourit largement au Prince avant de reprendre une gorgée, visiblement elle appréciait le vin et reposa ensuite sa coupe :

- Vous, vous ne faites pas partie de l'archipel et ça vous place dans une catégorie plus appréciable pour moi. Vous acceptez les pirates chez vous et ainsi de suite. Donc vous, je vous fais confiance, en tout cas autant qu'il m'est possible de faire confiance. Alors je peux vous promettre une chose, si c'est vous qui me demandez une chose, alors je l'accepterai sûrement. Faites passer le mot, je ne négocierai jamais avec un Duc ou un Baron, non, je vous veux en intermédiaire si cela devait se reproduire. A partir de là, vous êtes libre de refuser ou d'accepter d'aider quelqu'un de l'archipel.

Prémisse ignorait si cela l'enchanterait, mais en théorie il n'avait pas à se plaindre. Il deviendrait un intermédiaire pour négocier avec l'une des plus puissantes Pirate qui vogue sur l'océan, sans parler que bientôt sa flotte allait encore s’agrandir. Prémisse devenait de plus en plus menaçante pour bien des personnes et il était évident que le gain de puissance de cette pirate allait la mener à de nouveau bain de sang. Lorsque c'était elle qui venait à lui, il devait la maintenir dans de bonne condition afin d'éviter qu'elle fasse n'importe quoi, en tout cas elle aimait l'idée qu'il se comporte ainsi. Mais lorsqu'un autre noble viendrait le voir pour obtenir une chose qu'elle avait. Eh bien, elle savait très bien qu'il ne se gênerait pas pour obtenir des faveurs ou ce qu'il désir en retour de ses services. La Dame de glace savait qu'Azzan souhaite tout contrôler, en tout cas à sa manière, il cherchait une certaine pérennité qu'il était possible d'avoir qu'en temps de paix. Dans ce cas s'assurer d'avoir son oreille en cas de problème lui était utile, autant pour Prémisse que pour le Prince. Prémisse n'avait pas quitté des yeux le Prince depuis qu'elle avait commencé à parler et à présent elle attendait, concluant le tout par une question tout à fait normal :

- Nous avons un accord Prince Azzan ?

Prémisse débordait d'une faim que le meilleur repas au monde ne satisferait pas, elle désirait tant de choses et sa soif se tournait de plus en plus vers des projets à grande échelle. Oui, Prémisse se savait puissante, si sa flotte venait à se renforcer davantage, alors son prochain coup sera à la hauteur de sa nouvelle puissance. Son visage, d'ordinaire si glaçant, son regard si froid venait de se réchauffer, non pas par une montée d'empathie, mais par la multitude d'image de carnage qui défilait devant ses yeux. Elle était là, avec le Prince, mais son cœur était déjà dans son prochain brasier, nul doute que Prémisse avait de grandes choses en tête et que ses projets feront du bruit. Pourtant, elle semblait vraiment vouloir être son allier, Prémisse venait simplement de laisser tomber l'une de ses barrières, celle qui cachait ses désirs. Là, elle les montrait, elle voulait être son allier, elle voulait la puissance que lui apporterait de nouveau navire et ce qu'elle voulait en faire.
Revenir en haut Aller en bas
Azzan at-Aswala


avatar


Identité
Maitre/Hybride de: Lumina et Rozenn
Où me trouver ?: Île aux Saphirs
DC(s): Tyrannis

MessageSujet: Re: Cœur de glace et yeux de braises. [pv Azzan]   Mer 7 Fév - 8:47

La proposition semblait l’intéresser. D’un côté, il doutait que les choses se soient passées autrement. Au regard de son emportement en cas de “non récompense” de ses actes, il était clair que sa priorité était d’obtenir quelque chose. Quelque chose de palpable. Des accords, la reconnaissance, etc… C’était fait pour les gens d’esprits. Elle, c’était une barbare qui ne réfléchissait que par la force. Souvent les plus facile à manipuler. Mais il suffit de leur faire entrevoir des lendemains encore plus prometteurs, se présenter en tant que le gentilhomme donneur de présent, ils étaient plus attentifs, moins fous. C’était ce qui s’était passé. Et exactement ce qui a poussé la capitaine à venir le voir aussi. Elle voulait quelque chose. Et cette garantie était la finalité de ces préliminaires à l’entrevue qui s’annonçait entre la Capitaine, le Duc et le Prince. Ils avaient tous deux obtenu quelque chose. Du moins, c’était ce qu’il croyait…

Au fur et à mesure des paroles de Prémisse, Azzan remarqua qu’elle essayait encore et encore revoir les choses. Pourquoi reformuler ? L’offre qu’il lui faisait était parfaite. En les termes exprimées, elle lui était clairement avantageuse. Elle ne pouvait espérer mieux de sa part. Il avait mit quelque chose sur la table, s’introduisant personnellement dans ce échange, afin que tout le monde soit satisfait. Etait-ce une tentative  d’esbrouffe ? L’ennui commençait à le gagner. La patience avait été présente tout du long. Avec des regains d’intérêt à certains moments. Mais le jeu primitif et grossier de l’ancienne noble ne l’amusait plus. Elle devait avoir ce besoin de placer le dernier mot. Or, dans sa volonté de faire se pavaner une suite de mot, flattant quelque peu le rôle qu’il aurait auprès d’elle, elle avait placé un mot qui avait à la fois entamé et achevé son attrait pour cette conversation, et animer cet agacement intérieur.
“Sûrement”. Voilà un terme qu’il n’aimait pas. Couplé au caractère changeant dont elle semble se vanter. Comme si se targuer encore et encore d’être impulsive était un plus lors d’une telle entrevue. Si elle le considérait tant que ça d’être un allié, qu’elle l’appréciait autant, pourquoi avoir besoin de discourir autant pour vanter des traits méprisables par son interlocuteur ? Il savait quels étaient les atouts et les limites des pirates. Ils l’avaient déjà abordé. Vu le sourir qu’elle arborait, cela semblait surtout d’où à une allégresse naissante, un regain de confiance suite à un soulagement, qui la poussait à parler pour parler. Au moins, il pu de nouveau avoir la confirmation qu’elle ne parlerait jamais seule avec d’autres dirigeants. Chose rassurante pour elle.

Dans un léger soupire, le prince se replaça droit dans son siège. Ses coudes de part et d’autre des accoudoires, il joignit ses mains, n’affichait qu’un fin sourire délicat. Le ton employé était calme et posé.

-Vos considérations sont flatteuses, bien que davantage de l’ordre du pratique pour vous. Je n’ai pour ma part aucune préférence, ni aucune aversion envers aucun de mes alliés. Tant que les choses restent dans un climat favorable pour mes affaires. Ce qui induit bien des paramètres. Et lorsque je conclu un accord, j’aime être sûr de ce que j’obtiens. Et lorsque vous dites “sûrement”, cela ne m’offre aucune garantie.


Il préféra ne rien ajouter à ça. Les propos étaient clairs. En l’état, cela ne lui convenait pas, il ne pouvait donc pas accepter cet accord. Mais lui imposer à nouveau quelque chose de déjà expliciter ne servirait à rien. La redondance flétrissant les échanges. Restait plus qu’à voir si elle avait vu son erreur, et si elle serait apte à la corriger.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Prémisse


avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Où me trouver ?:
DC(s):

MessageSujet: Re: Cœur de glace et yeux de braises. [pv Azzan]   Mer 7 Fév - 10:32

Prémisse avait agi sur le coup du soulagement, les négociations n'étaient clairement plus du tout son truc et lorsque le Prince mis en évidence l'une des choses qu'elle avait dite, elle se sentit idiote. Une légère moue apparue sur son visage, signe qu'elle n'avait plus vraiment l'habitude qu'on prenne autant en considération le moindre de ses mots. Avec les pirates, parler de certitudes étaient assez compliqués et elle n'était pas différente.

Sur le moment elle laissa le silence reprendre sa domination, elle prit le temps de réfléchir un instant et finalement rebondit :

- Excusez-moi Prince Azzan, je n'ai plus vraiment l'habitude de converser avec des personnes maniant aussi bien la langue et je m'excuse si je me suis mal exprimée.

Elle reprit son sérieux lorsqu'elle avait commencé à prendre la parole, son visage redevenant de glace, Prémisse conclu que se détendre avec un homme si à cheval sur les mots n'étaient pas vraiment possible. La Dame de Glace prit le temps d'observer le Prince, voir si ses excuses étaient acceptées et elle poursuivit :

- Si c'est vous qui me le demandez, alors j'accepterai, mais je n'accepterai aucun ordre de votre part.

Elle aurait pu continuer, mais se dit que parler davantage ne lui apporterait rien, il était tout à fait logique d'après elle qu'elle rappelle cet état de fait. A présent que les détails de l'accord furent conclu, son appétit étrangement absent, Prémisse n'avait rien contre se retirer. De toute façon, le Prince devait à présent arranger l'entrevu et elle, elle devait faire venir Midona. De plus, elle ne doutait pas que le Prince, tout comme elle, ne souhaite pas prolonger cette rencontre. Ils faisaient partie chacun d'un monde totalement différent et moins ils se rencontraient, mieux c'était.

Si le Prince n'avait plus rien à ajouter, Prémisse fera comprendre qu'elle n'a plus rien à faire ici et remerciera le Prince pour lui avoir accordé cette entrevue avant de prendre congé. Si toutefois il devait ajouter quelque chose, en fonction de ses dires, elle restera et gardera pour elle son envie de rejoindre son navire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Cœur de glace et yeux de braises. [pv Azzan]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Cœur de glace et yeux de braises. [pv Azzan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sous les yeux de la glace [PV Danaë]
» Socle de glace
» [Validée]ne le regardez pas dans les yeux!
» Le Feu et la Glace réunies... [PV Goupixa]
» MOIS DE GLACE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Palais-