AccueilS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» La famille d'Evangeline de Wiraa (en cours)
Dim 12 Nov - 22:03 par Evangeline M. de Wiraa

» Des news d'YS
Jeu 9 Nov - 20:06 par Invité

» Recensement des Avatars
Mer 8 Nov - 14:53 par Evangeline M. de Wiraa

» Gwendal [en cours]
Mer 8 Nov - 10:34 par Bara van Saquelle

» Des news de Feeling Online
Mar 7 Nov - 15:18 par Invité

» Nouvelles de SexPistols Academy
Mar 31 Oct - 10:53 par Invité

» Yasashi Koji, l'île aux milles secrets : les news !
Sam 28 Oct - 14:31 par Invité

» Fermeture Dear Hybride
Lun 23 Oct - 6:56 par Bara van Saquelle

» [TERMINE] Une rencontre sous le signe de la chance. [PV Ewilan.]
Ven 29 Sep - 17:25 par Daniel Helsing


Partagez | 
 

 [-16] Tu seras à moi~ [PV Griel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Miranda Trish

avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Points Rp:
393/1000  (393/1000)
Point TPS: 3906

MessageSujet: [-16] Tu seras à moi~ [PV Griel]   Mer 18 Juin - 3:25

PV : Griel
 Mon envie? Toi~    


[Flashback]



Une soirée. Une soirée étouffante même. Miranda y était, portant une longue robe, a voir la qualité, nulle doute que son prix était exorbitant. Elle venait de rentrer d'un de ses voyages. Elle était fatiguée, et le simple devoir d'assister aux soirées devenait pénible et long. Il fallait faire bonne figure. Sa disparition lors de son adolescence restait auprès de tous un mystère. La famille disant qu'elle aurait été soit disant en dépression. C'est clair que de devenir ce qu'elle est maintenant était réaliste après une dépression. Elle soupira longuement, attirant de nombreux regards sur elle. Pourquoi repensait-elle à cela?

Un troupeau de jeunes femmes arriva sur elle. Il s'agissait de noble, toutes précieuses aux yeux de la société. Elles étaient cultivées, souvent rusées, et très, très barvardes, au plus grand regret de Miranda. Elle les connaissait toutes. Elles avaient fréquenté la même académie, malgré que certaines étaient dans des classes plus hautes que d'autres. Il y avait d'ailleurs la matriarche. La célèbre Baronne de Lyas.

L'héritière Trish accepta toute les révérances, y répondant avec moins d'envie. Elle écoutait d'une oreille les rumeurs et ragots de ses anciennes camarades, elle n'en avait que faire, ces pimbêches ne connaissaient rien en dehors de leur confort de vie et des bijoux hors de prix. Aucune ne savaient le danger que représente les pirates et les contrebandiers.

Elle laissait ces yeux trainaient çà et là. Elle rentrerait bientot chez elle. Elle s'éclipserait lorsque tout le monde aurait les yeux tournés. Elle n'avait aucune envie de rester. Elle avait prit deux semaines de congés, elle n'allait pas perdre son temps ici alors qu'elle pourrait très bien se reposer ou se divertir de diverses autres manières? Son regard s'arreta sur un jeune homme, il fallait avouer qu'il était au gout de la rousse. Un encas idéal, voire plus. Oh, ne pensez pas qu'elle ait des sentiments, loin de là, juste une envie.

"Quelqu'un connait le jeune homme là-bas?"


Coupa-t-elle sans se soucier de de stopper nette une conversation concernant un futur mariage.
Bien entendue, celle que Miranda ne pouvait supporta s'avança un peu, un sourire aux lèvres. Qu'est-ce qu'elle pouvait etre détestable, cette baronne etait la pire personne que la belle ait connue. Tout simplement car son caractère pouvait etre comparable au sien.

"Bien entendu, c'est une de mes aquisitions, un vrai bijou vivant.[...]"

Et elle continua à jacasser, parlant de son esclave. Avant qu'elle eut finit son discours, la jeune corsaire n'était déjà plus là...

[Fin du flashback]



C'était il y a quatre mois. Depuis, Miranda était repartie en mer et s'était blessée au combat, ce qui lui valut quelques temps de repos. La jeune femme repensait à cet évènement, assise dans son fauteuil.

"Numéro Deux... Sais-tu si la Baronne de Lyas vend ses esclaves? Ou les échange?"


"La Baronne ne se sépare d'aucun d'entre eux, elle préfère les tuer lorsqu'elle n'en a plus besoin. Mais maitresse, j'ai un préno..."

Un coup de pied frappa alors de plein fouet le visage d'une petite hybride chat. Celle-ci se frotta la joue et baissa les yeux, reprenant ce qu'elle faisait depuis tout à l'heure.

"Ne m'appelle pas ainsi! Je ne suis pas ta maitresse. Des hybrides aussi fades que toi ne mérite pas de nom, voila pourquoi tu es numéro deux! Maintenant continue de me lécher les pieds..."

Un sourire s'afficha alors sur son visage. Une petite visite à sa chère amie était à prévoir...
Quelques jours plus tard, elle était arrivé à Kahoran, une ville trop peuplé à son gout. Elle préférait largement le calme de Karth... Enfin... Elle avait mit l'une de ses plus belles robes. Elle ne pouvait pas venir dans son uniforme de corsaire, la noble ne la prendrait pas au serieux, meme avec tous les titres de noblesse au monde.

Arrivée dans la demeure de son 'amie', elle mit les choses au clair. Elle voulait cet hybride qui lui avait taper dans l'oeil.
Bien entendue, elle refusa. Miranda ria légèrement. Elle usa de plusieurs tactiques: L'argent, l'échange d'esclave, des ressources rares, des richesses de sa famille. Rien ne marcha, toutes ses propositions étaient rejetées.
Cela commencait legerement à l'énerver.

"Il va s'en dire ma chère, que si vous ne me le cédez point, vous pourriez... Comment dire... Par une malchance foudroyante, perdre tous vos biens, ainsi que vos titres, redevenant plus que banale. Et... Je sais que cet endroit vous tient à coeur très chère. Allons mon amie... Un esclave, contre votre paisible vie... Est-ce trop demandé ~?"

Bien sur, cet ultimatum fut une réussite concluante. Les banalités d'une conversation reprirent, passant même à quelques choses de moins courant... Miranda voulait fêter sa victoire comme il se devait, et s'invita dans la chambre de la perdante pour lui passer l'envie de refuser de futures offres.

Elle rentra à Karth après cela, ayant demandé à la Baronne de lui livré son dû chez elle, bien enveloppé...
Elle n'avait plus qu'à attendre patiemment... Bon dieu ce n'était pas son fort...



Dernière édition par Miranda Trish le Dim 22 Juin - 11:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Griel

avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Points Rp:
50/1000  (50/1000)
Point TPS: 12

MessageSujet: Re: [-16] Tu seras à moi~ [PV Griel]   Mer 18 Juin - 12:21

Cette journée allait être très mauvaise. Griel l'avait senti dés son réveil.

Au cours de sa vie d'esclave, Griel avait appris bien des choses. La vie d'un esclave est régie par des règles, c'est une évidence. Mais au delà de ces règles se devine une volonté plus grande, à la logique moins évidente et que seule l’expérience peut aider à déchiffrer. Certains appelleraient cela de la superstition. On peut penser ce que l'on veux de cette croyance, mais Griel parvenait tout de même, à force d’expérience et de superstition, à deviner généralement comment se passerait sa journée grâce à de petits indices. Par exemple, s'il se réveille dans le lit d'une inconnue encore endormie, allongée en travers de son torse, nue et chaude, et visiblement rassasiée de la veille, alors la journée risquait fort d'être bonne. A moins qu'un mal de crane ne fasse son apparition, résultat d'une soirée bien trop arrosée, et la journée sera assez difficile. Et remplacez la jeune femme par un jeune homme, et il y a de fortes chances que la journée soit douloureuse. Pas nécessairement mauvaise, mais douloureuse, et Griel hésiterait un instant avant de chercher à se relever trop vite, histoire de ne pas raviver une douleur au creux de ses reins.
Des petits détails donc, des choses toutes simples.

Et les petits détails de ce matin avaient été très révélateur. D'abord un garde venant se placer devant la fenêtre de sa cellule. Ça, c'était le signe que Griel n'aurait aucune échappatoire, quoi qu'il arrive. Puis, dans un demi-sommeil, une effluve du parfum enivrant de la Baronne, et une caresse appuyée sur sa fesse, le réveil en soi n'avait pas été désagréable, la Baronne venant le réveiller de quelques griffures le long de ses reins. Mais ça aussi, c'était un signe, la Baronne qui se donne la peine de se déplacer pour venir le réveiller n'est que rarement de bon augure. Surtout lorsque ce n'est pas pour le violer matinalement.

Et enfin, après un sourire joueur et amusé, l'ordre donné par la Baronne à ses gardes de jeter Griel et toutes ses affaires dans le carrosse pour l'envoyer chez sa garce de nouvelle propriétaire.
Et il faut bien admettre que cet « détail » là avait bien aidé à deviner que cette journée là serait une très, très mauvaise journée.

Ça, et le regard joueur que lui avait lancé la Baronne, agrémenté d'un sarcastique « Tu vas voir, elle va te plaire. Elle, elle t'adore déjà. »

Vu le caractère dangereux et insoumis de la Baronne …
Diable ! Qui ? Qui osait contraindre la Baronne à se séparer de lui !
Griel ne s'attendait pas à cela. Du tout. Il n'avait pas l'intention de s'enfuir, mais par précaution la Baronne s'assura qu'il ne puisse pas le faire. Et Griel se retrouva rapidement attaché fermement, et envoyé comme un vulgaire paquet dans le carrosse demandé.

Là, Griel ne pu rien faire d'autre qu'attendre. Quelques heures plus tard, la Baronne monta à ses côtés, un bagage à main imposant à ses côté, et un sourire très large sur le visage. Elle portait une robe bien connue de Griel. Une robe rouge, marquant fortement sa taille et au décolleté immersif. Ample au niveau des bras, soulignant sa féminité. Une robe de séductrice qu'elle aimait porter pour rejoindre ses amants. Et principalement ses amantes. Et a ses pieds, des bottines de cuir noir dont Griel se souvenait encore du goût. Et de la pointe.

Sous l'ordre de la Baronne, le chariot se mit en branle. Et la Baronne se mit à l'aise, souriant toujours. Un de ses sourires inquiétant. Elle ouvrit alors tranquillement son bagage, fixant Griel de ses yeux noirs et profonds. « Je n'aime pas les adieux long et déchirants. Mais ça, tu le sais déjà. » Elle tira les épais rideaux sur les fenêtres du carrosse, plongeant les lieux dans la pénombre, et sorti de son bagage quelques-un de ses jouets favoris. De ceux qui claquent, qui mordent, et qui s'insèrent. Griel ouvrit grand les yeux face à certains. Il y a des spectacle auxquels même lui ne sait rester de marbre et cacher son inquiétude, et son excitation.
« Par contre je compte utiliser le temps qu'il me reste pour que tu te souviennes de mes sévices. Pour le restant de tes jours. » dit-elle, enfilant lentement ses gants de cuir.

« Et Le chemin jusqu'à Karth est long tu sais. »



De longues heures plus tard, le carrosse arrivait à destination. La route avait été éprouvante, pleine de cris et de gémissements. Griel avait été détaché, et ré-attaché au gré des envies de la Baronne, et se trouvait maintenant les bras liés  dans le dos, allongé sur le flanc. Une forte odeur charnelle de transpiration et de vice emplissait l'habitacle de la carriole plongé dans l'obscurité par d'épais rideaux. Sur le corps de Griel se devinaient les traces des frasques de sa Maîtresses. Des traces rouges, quelques morsures. La Baronne avait tâchait de ne pas l’abîmer. On n’abîme pas une marchandise à vendre. Toutefois, elle avait prit soin de laisser quelques marques sur l'esclave, rappelant qu'il était encore à elle. Pour le moment. Tranquillement, elle glisser un de ses doigts sur les lèvres de l'hybride après avoir réajusté son sous-vêtement, avant de rattacher ses bas. Il était inconcevable pour elle d'arriver devant la Bien-née en étant négligée, aussi prenait-elle sont temps pour se montrer impeccable.

Le carrosse s'immobilisa enfin. Après une dernière morsure sur la hanche de son esclave, laissant une légère marque de rouge à lèvre, la Baronne sorti. Griel put entendre le bruit de ses talons sur les graviers, suivi d'une conversation visiblement amicale, mais dont l'exacte teneur lui échappait.

Jusqu'à ce que les pas se dirigent à nouveau vers le carrosse, et que la porte s'ouvre en grand, révélant un Griel attaché, les yeux bandés, une large bande de soie rouge l'emballant comme un cadeau, un gros nœud reposant contre sa hanche.

« Duchesse, voici votre présent, emballé et livré par mes soins. » dit-elle d'une voix amusée.
« Je vous demanderais bien d'en prendre soin. Mais en fait, je m'en fiche. Il est à vous. » dit-elle, sachant pertinemment que je pouvais l'entendre. Et j'aurais juré que pouvoir m'humilier une dernière fois l'amusait.
Revenir en haut Aller en bas
Miranda Trish

avatar


Identité
Maitre/Hybride de:
Points Rp:
393/1000  (393/1000)
Point TPS: 3906

MessageSujet: Re: [-16] Tu seras à moi~ [PV Griel]   Ven 20 Juin - 18:13

PV : Griel
 Mon envie? Toi~    



La patience n'était vraiment pas le fort de notre rousse lorsqu'elle était aussi excitée. Elle passait d'énervée, à être lasse d'attendre. Elle savait que le chemin pour venir de Kahoran jusqu'a Karth était long. Elle en avait fait l'expérience quelques jours plus tôt et s'était endormie pendant le trajet.
D'ailleurs, cela l'avait rendue folle de rage que quelqu'un la réveille. Tout simplement car elle semblait faible et innocente lorsqu'elle dormait. Cela attirait la sympathie des gens, et elle n'en avait rien à faire. Elle voulait qu'on ait peur d'elle, et être forcé de la respecter pour ses agissements, ou son mode de vie, et la regarder dormir ruinait l'image qu'on pouvait se faire d'elle: une femme prete à tout, forte.

Enfin... Elle attendait donc dans son bureau, car, depuis qu'elle s'etait enfuit des pirates, elle avait réquisitionnée toute la demeure familiale pour elle. Bien entendue, elle avait laissé le strict nécessaire à son père: une chambre où dormir et travailler.
Elle triait donc des dossiers, des journaux de bord qu'elle écrivait au fil de ses voyages en quete de faire regner l'ordre et mettre fin à la piraterie. Oui... Elle avait un noble but, mais Miranda avait pourrie de l'interieur, et ce but etait mêlé avec de la rancoeur et une pointe de vengeance.

Elle perçut le bruit des pas des chevaux lorsqu'ils arrivent dans sa demeure. C'était simple à entendre, le chemin était remplie de cailloux blanc, donnant à l'entrée exterieur un aspect pur et simple. Miranda était alors redevenue fraiche et souriante. Elle se leva et accourra hors de son bureau.

Attendez une minute... souriante? Accourrir? C'est une blague? Elle s'arrêta et remit sa robe en ordre. Un robe plutot longue, d'un magnifique bleu nuit. D'ailleurs... C'était la même qu'elle avait mise lors du bal où elle avait vu le petit trésor de la baronne.
Elle se calma une petite minute, reprit sa mine habituelle, pas de sourire, juste un regard froid. On ne devait pas la voir excitée pire qu'une gamine attendant son cadeau d'anniversaire. Elle marcha avec grace et lenteur jusqu'a l'exterieur, ou la porte du carrosse venait à peine de s'ouvrir, la dame toute de rouge vêtue descendant à l'aide d'un majordome.

Miranda s'avança, et, à la surprise de son amie, ne fit aucune révérence. La rousse attendait simplement qu'elle la salut d'abord. C'etait elle la maitresse de maison, elle ne s'abaisserait pas pour saluer quelqu'un d'aussi méprisable.
La noble invitée fit la révérence, gagnant seulement un hochement de tête de la part de son 'amie'.
Elles s'échangèrent quelques banalités, si le voyage n'avait pas était trop long, si la chaleur n'avait pas etait trop dur à supporter. Tout en souriant bien entendu, façade pour l'acquisitrice, un détail l'avait quelques peu... énervée.

« Duchesse, voici votre présent, emballé et livré par mes soins. Je vous demanderais bien d'en prendre soin. Mais en fait, je m'en fiche. Il est à vous. »

Au moins c'était clair et net. Même si son visage disait le contraire. Elle ne s'en fichait aucunement, bien au contraire, ses yeux la trahissaient, elle n'avait aucune envie de s'en séparer. Et bien sur, cela ravissait l'héritière Trish. Voir cet infime air de tristesse sur son visage était un spectacle jouissif.

Elle invita La Baronne Lyas à entrer, ordonnant à quelques domestiques à porter son cadeau dans la même pièce qu'eux sans pour autant le détacher.
La demeure était grande, et il fallu tout de même un bon moment avant d'arriver dans une pièce ressemblant à un salon. C'était une des pièces préférées de la jeune femme. Elles s'asseyèrent donc parlant de choses et d'autres, laissant l'hybride près d'eux, toujours les yeux bandés.
Elles détournèrent la conversation vers ce dernier avant de conclure. La femme prête à partir.

Bien sur, cela n'allait pas se passer ainsi. Miranda souria donc. Restant assise, décroisant les jambes, doucement.

"Croyez vous vraiment que je vais vous laissez partir ainsi ma chère amie? Vous puez le foutre et l'effort. Je serais vraiment naive si je ne l'avais pas remarqué et sentie. Vous n'êtes pas quelqu'un de confiance, médiocre... C'est comme si..., Miranda se leva, venant d'un pas nonchalant chercher la Baronne, comme si j'avais commandé un gateau et que vous y aurez croquer à pleine dent avant que je puisse le voir complet~"

Elle l'attrapa délicatement par le bras et la redirigea vers le canapé. Lui demandant si ce qui s'etait passer la dernière fois ne lui avait pas suffit. L'ancienne maitresse de Griel ne répondit pas.
Miranda lui ordonna donc de se mettre à quatre pattes.
Sa fierté etait encore là, et elle refusa à différentes reprises. Il fallait y aller à la manière forte, et pour cela, les cheveux étaient un très bon moyen, la rabaissant donc jusqu'a ce que les lèvres de la jeune femme touchent le bout des talons de la rousse.

"Bien. Je vais vous montrer ce que l'on obtient lorsqu'on salit les acquits des Trish."

Elle lui donna un coup dans le bas des reins avec la pointe de sa chaussure, lui arrachant un petit cri. Elle était comblée, et se tourna vers le serpent, bien que ses yeux ne pouvaient voir, ses oreilles étaient parfaitement en marche. Elle se déplaca vers une commode, coulissant un tiroir, en sortant un fouet.
Normalement destiné aux esclaves de son père, ce bout de cuir goutera à la peau fragile d'une noble, connaissant que richesse et soumission. Pour une fois, c'est elle qui serait à cette place.

Miranda revint, souriant. Son amie la regardait, sans envie, ni crainte d'ailleurs.

"Serrez les dents, au bout d'un moment, ca risque de piquer, et surtout de s'infecter."

Un premier coup s'abbatit sur son dos. Non, Miranda n'avait pas prit la peine de dénuder sa partenaire.
Beaucoup de claquement de fouet se firent entendre. Au debut, aucun son ne sortait de la bouche de l'ancienne amante de notre belâtre à écaille, mais avec la succession de coup, les cris apparaissèrent timide, devenant vite des longs cris de souffrance.

La belle robe rouge qu'elle avait mit, n'était devenue qu'un tissu en lambeaux. Elle s'arrêta un peu, soufflant. Cela etait tout de même physique d'infliger une tel punition.

"Oh.. Mais le petit ne voit pas le spectacle... Attendez un peu chère amie, je reviens tout de suite~"

Elle vint arracher le morceau de tissu voilant la vue du jeune homme, elle souria doucement, le saluant avec un petit "Salut toi~", comme si l'on essayer de parler à un hamster.
Elle alla s'asseoir dans son fauteuil, la noble à ses pieds, le lui léchant, le cuir de ses chaussures parfumant la langue de la nouvelle soumise... Elle continuait, sa robe ayant perdue toute sa beauté, l'on pouvait voir sa peau, colorée grace aux failles rouges saillantes de son dos.

"N'est-elle pas magnifique?"

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [-16] Tu seras à moi~ [PV Griel]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[-16] Tu seras à moi~ [PV Griel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tu seras toujours mon fils..[Devil]
» hector • "Tu seras un roi ... mon fils"
» L'académie d'Askelane [ /!\ Interdit aux - de 18 ans]
» Et si la mort rode partout, où seras-tu toi ? [PV Echo du temps]
» Fin de cours avec une étudiante [PV : Victoria Seras]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Demeure Trish-